2014-06-17 | UQAR

UQAR - Vers une politique éolienne durable et acceptable

Finissant au doctorat en sciences de l'environnement, Évariste Feurtey a récemment soutenu avec succès sa thèse intitulée « Conception et validation d'un modèle d'analyse et de suivi pour une politique énergétique durable et acceptable de l'énergie éolienne - étude comparative France-Québec », dans laquelle il analyse les diverses composantes d'une politique énergétique de type éolien des gouvernements québécois et français.

Dans sa thèse, M. Feurtey cerne les facteurs institutionnels qui influencent l'établissement de parcs éoliens dans un contexte d'acceptabilité sociale. Le doctorant a développé un modèle conceptuel qui illustre les interactions entre le contexte énergétique, les groupes de pression, les influences supra-nationales, le niveau d'engagement politique, le cadre réglementaire et financier, l'acceptabilité sociale et les mécanismes d'évaluation politique.

Le doctorant démontre qu'une politique énergétique de type éolien sera davantage acceptée socialement si la filière est pertinente dans le contexte énergétique actuel, si les porteurs de projets sont perçus favorablement par la majorité de la population et si les projets sont acceptés à l'échelle locale. « Cette constatation confirme les résultats de Jegen (2011) à l'effet qu'un modèle hybride basé sur une diversité de type de porteurs de projets, de tailles de projets et de mécanismes tarifaires serait un compromis acceptable permettant d'atteindre cet équilibre », note M. Feurtey.

Par ailleurs, les citoyens devraient être davantage impliqués dans le processus décisionnel menant à l'établissement d'un parc éolien, estime le doctorant. « Il y a lieu d'améliorer la manière dont on évalue les projets ou les politiques, les plans et les programmes, car les citoyens devraient avoir un effet plus direct sur leur élaboration pour favoriser une acceptation sociale des projets éoliens.

Lire l'article complet

Sur la photo : Évariste Feurtey est finissant au doctorat en sciences de l'environnement.

Source :
Jean-François Bouchard
UQAR-Info, 17 juin 2014