2014-07-15 | INRS

La professeure Monique Bernier de l'INRS préside l'IGARSS 2014

La professeure Monique Bernier du Centre Eau Terre Environnement de l'INRS préside le comité organisateur de l'International Geoscience and Remote Sensing Symposium (IGARSS) et du 35e Symposium canadien de télédétection qui se déroulera sous le thème «L'énergie et notre Terre en mouvance». Du 13 au 18 juillet 2014, plus de 1800 participants provenant de partout dans le monde sont attendus à la plus grande conférence mondiale dans le domaine de la télédétection, parrainée cette année par la Geoscience and Remote Sensing (GRSS) de l'IEEE et la Société canadienne de télédétection (CRSS-SCT). En 34 ans d'existence, c'est la première fois que ce congrès est présenté au Québec et présidé par une professeure de l'INRS.

La communauté scientifique en géoscience et en télédétection fera le point sur les avancées scientifiques et les applications récentes en télédétection et discutera de la question énergétique, un enjeu important pour toutes les nations. D'ailleurs, des conférenciers prestigieux provenant du Québec, de France, des États-Unis et d'Afrique du Sud feront le point sur les technologies de télédétection et leur potentiel en matière de gestion des ressources énergétiques, lors de la séance plénière du lundi 14 juillet. Leurs présentations seront précédées par les allocations de bienvenue du général à la retraite Walter Natynczyk, président de l'Agence spatiale canadienne (ASC); du Dr. Brian Gray, sous-ministre adjoint, Secteur des sciences de la Terre, Ressources naturelles du Canada; de la Dr. Marina Ruggieri, directrice de l'IEEE Division IX; de la Dr. Melba Crawford, présidente de l'IEEE GRSS; et de la Dr. Anne Smith, vice-présidente de la CRSS-SCT. Deux prestigieux prix de la GRSS-SCT seront aussi remis avant la cérémonie de remises des prix et distinctions de la GRSS présentée par le Dr. Werner Wiesbeck.

«En plus des sessions thématiques habituelles, IGARSS 2014 et le 35e Symposium canadien incluront l'observation de la Terre pour la recherche en milieu arctique, l'énergie renouvelable, les bilans énergétiques et la modélisation, les futures missions satellitaires, les changements environnementaux globaux, la coopération internationale, les nouvelles technologies en télédétection, la défense, la sécurité et le développement durable», précise la présidente Monique Bernier. Il sera aussi question d'exploration pétrolière, gazière et minière, de bioénergie, d'énergie renouvelable (éolien, bioénergie, hydroélectricité et solaire), de restauration et d'évaluation environnementale et de télédétection dans les pays en développement.

Lire l'article complet

Source :
Gisèle Bolduc
Direction des communications, INRS
10 juillet 2014