2014-09-22 | UQAM

Réfléchir aux transports intelligents

Pour souligner le 100e anniversaire de l'Association des transports du Canada, l'UQAM accueille un colloque sur les transports à Montréal, au Québec et au Canada, le 23 septembre prochain, à l'amphithéâtre du pavillon Sherbrooke. Cette journée de réflexion se terminera par une conférence portant sur le développement des transports intelligents, d'hier à demain. Le colloque est organisé par l'Association des transports du Canada, en collaboration avec le Forum Urba 2015, le Laboratoire d'histoire et de patrimoine de Montréal, le Département d'histoire et le Département d'études urbaines et touristiques.

Les systèmes de transport intelligents (STI) font référence aux nouvelles technologies appliquées aux réseaux de transport pour en améliorer la gestion et l'exploitation ainsi que les services aux utilisateurs. Les STI permettent, entre autres, d'accroître la fluidité de la circulation, de réduire la consommation d'essence et le temps de déplacement ou encore d'augmenter la sécurité du transport routier.

«Les transports intelligents sont apparus bien avant l'arrivée des nouvelles technologies, rappelle Dany Fougères, professeur au Département d'histoire. Dès le milieu du 19e siècle, le télégraphe et le câble sous-marin transatlantique permettaient de prévoir les heures de départ et d'arrivée des marchandises par bateau ou par train.» Lorsque la voiture fait son apparition au début du 20e siècle, Montréal devient une plaque tournante dans le développement des transports au Canada en raison de son importance démographique, géographique et économique. «C'est à Montréal que l'on voit apparaître le premier code de la route. Le déneigement des rues débute au tournant du siècle à Montréal, alors qu'il faut attendre aux années 1930 dans le reste du Québec», explique le professeur.

Photo : Le développement des systèmes de transport intelligents a été au coeur de la construction du métro de Montréal en 1966. Photo : Archives, Ville de Montréal.

Lire l'article complet

Source :
Jean-François Ducharme
ACTUALITÉS UQAM
18 septembre 2014