2014-09-29 | UQTR

Une trace laissée par le maître de la criminalistique Pierre Margot

En voyage privé au Québec, le professeur Pierre Margot, directeur de l'École des sciences criminelles de Lausanne, doyenne des universités en ce domaine, était de passage à l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) le 11 septembre afin de livrer une conférence axée sur l'évolution récente et le futur de la criminalistique.

L'événement, fort attendu par les étudiants des trois années du profil de criminalistique du baccalauréat de chimie, a fait salle comble grâce à la participation de plus de 100 personnes réunies au 4020, pavillon Ringuet. Cette rencontre avec le maître de la criminalistique a également attiré de nombreux partenaires régionaux et québécois, notamment des représentants du Laboratoire des sciences judiciaires et de médecine légale, de l'École nationale de police du Québec et de la Sécurité publique de Trois-Rivières.

Pierre Margot est une référence mondiale en science forensique. Ayant défendu sa thèse en 1980 sur les champignons hallucinogènes à l'Université de Glasgow (Écosse), il a poursuivi ses travaux postdoctoraux en toxicologie à Salt Lake City (Utah, USA). Son expertise déborde largement le seul domaine de la toxicologie, Pierre Margot étant aussi considéré comme un expert en matière d'analyse de documents. Au milieu des années 80, il participe activement, à l'Université nationale de Canberra (Australie), au développement de méthodes de révélations fluorescentes des traces digitales et est l'un des coinventeurs du Polilight®, ayant servi de modèle aux sources lumineuses aujourd'hui utilisées sur toutes scènes de crime.

Sur la photo (de gauche à droite): Sylvain Delisle, vice-recteur aux études et à la formation; Sylvain Robert, directeur du Département de chimie, biochimie et physique (DCBP); Emmanuel Milot, professeur en interprétation criminalistique au DCBP, chercheur du Centre international de criminologie comparée (CICC); Pierre Margot, directeur de l'École des sciences criminelles (ESC) de Lausanne; Benoit Daoust, professeur au DCBP; Frank Crispino, professeur de criminalistique au DCBP, chercheur du CICC; Julian Broséus, maître assistant à l'ESC, professeur suppléant de criminalistique au DCBP; André Lajeunesse, professeur en chimie criminalistique au DCBP, chercheur au CICC; Chantal Plourde, professeure au Département de psychoéducation, directrice du CICC-UQTR. (Photo Daniel Jalbert)

Lire l'article complet

Source :
Rédaction EnTête
29 septembre 2014