2014-11-07 | INRS

Des étudiants de l'INRS effectuent un séjour d'étude au Mexique

Une dizaine d'étudiants de 2e cycle en études urbaines de l'INRS et de l'UQAM ont effectué, du 19 au 25 octobre 2014, un séjour d'étude à Mexico, considérée comme la troisième ville la plus peuplée au monde. À cette occasion, ils ont visité plusieurs secteurs de la ville, notamment Tépito, un des plus vieux quartiers de la capitale, Azcapotzalco, Alvaro Obregon et le Centre historique. Cette expérience d'immersion, qui a bénéficié du soutien financier du Service des études supérieures et postdoctorales, constituait un moment fort du cours Transition urbaine dans les pays du Sud donné par la professeure Julie-Anne Boudreau du Centre Urbanisation Culture Société de l'INRS.

«Ce séjour a été intense, super stimulant et inégalable tant sur plan humain que du savoir. En plus de donner lieu à des discussions passionnantes, cette expérience sur le terrain a rendu plus concrets les problèmes abordés dans nos lectures, par exemple la question de l'approvisionnement en eau. Être sur le terrain, c'est acquérir un savoir unique qui surpasse tout ce qu'on peut apprendre en classe», s'enthousiasme Lydia Gaudreault, étudiante à la maîtrise en études urbaines.

Au programme, des conférences magistrales et des visites de différents quartiers animées par des universitaires et des leaders d'association ont permis aux étudiants de mieux comprendre les conséquences de la densification urbaine sur le vécu quotidien des populations. Comment se déplacer dans une ville congestionnée en manque de transports collectifs? Comment planifier une ville complexe aux prises avec d'importantes inégalités socioéconomiques et spatiales? Quel rôle joue l'État dans la lutte aux narcotrafiquants? Quels sont les conflits pour l'accès à l'eau? En plus d'aborder ces questions, les conférenciers ont mis en lumière certains phénomènes liés à la pauvreté et aux pratiques informelles, à l'apparition de lotissements privés, à la présence de vendeurs ambulants et à la rénovation urbaine.

Lire l'article complet

Source :
Gisèle Bolduc
Service des communications, INRS