2014-12-11 | UQ

La science sous zéro - Des technologies pour affronter l'hiver

Nos voitures, nos routes, nos lignes électriques, nos éoliennes arriveront-elles un jour à faire fi du froid, du gel et du givre? Ce sont quatre défis qui retiennent l'attention de nos ingénieurs chercheurs.

1 - Des batteries de voitures intelligentes

Il est loin ce temps où la jument familiale assurait le transport de toute la maisonnée en tirant la charrette ou le traîneau. Quoique rustique, ce mode de transport avait l'avantage de fonctionner aussi bien l'été que l'hiver. Aujourd'hui, nous nous déplaçons plus loin et plus vite. Mais à l'aube du remplacement des voitures à essence par leurs équivalentes électriques, l'hiver constitue notre défi technologique principal.

Pour Loïc Boulon, professeur au Département de génie électrique et génie informatique, et chercheur principal à l'Institut de recherche sur l'hydrogène de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), le défi du transport électrique est double. «D'abord, les batteries ne peuvent livrer qu'une fraction de leur énergie, puisque le froid ralentit leurs réactions chimiques internes, dit-il. Ensuite, on doit tirer plus d'énergie de ces batteries, déjà moins performantes, pour chauffer l'habitacle et assurer le confort des passagers. En fin de compte, poireauter dans les bouchons de Montréal par -30 °C peut épuiser la batterie en une heure, pour une autonomie concrète de 2 km! Toute l'électricité disponible est utilisée pour le chauffage.»

Sur la photo : Assis dans la cabine, Loïc Boulon, professeur au département de génie électrique et génie informatique à l'UQTR. À droite, Daniel Herrera, étudiant à la maîtrise en génie électrique.

Lire la suite

Source :
Joël Leblanc
La recherche dans le réseau de l'Université du Québec
Vol. 4, no 2, 2014, p.VIII-XI.