Le perfectionnisme

Version complète / imprimable

Définitions

Perfectionnisme

Tendance à établir et à poursuivre des standards de performance ou des objectifs personnels très élevés, accompagnée d’autres caractéristiques telle une forte tendance à l’autocritique. (Burns, 1980; Hamachek, 1978; Hollender, 1965; Pacht, 1984)

Trait de personnalité positif, associé à une motivation pour la réussite, ou comme un trait négatif caractérisé par des comportements névrotiques, obsessionnels-compulsifs. (Hamachek, 1978)

Problème largement répandu et extrêmement débilitant révélant une motivation malsaine. (Pacht, 1984)

Le perfectionnisme est un style de personnalité multidimensionnelle qui est associé à un grand nombre de difficultés sur le plan psychologique, interpersonnel et du succès. Il ne s’agit pas d’un trouble, mais plutôt d’un facteur de vulnérabilité qui engendre des problèmes chez l’adulte, l’adolescent et l’enfant. (site Web: http://www.cpa.ca/perfection%5Ffr.htm)

Le perfectionnisme peut être considéré à la fois comme un trait de personnalité, une motivation (drive), un comportement ou une maladie. Le perfectionnisme est une façon de penser, une attitude, une croyance ou un schéma de base au sens des cognitivistes (Beck et al., 1979, Beck et Emery, 1985; Ellis, 1962; Young, 1994), c’est-à-dire une structure profonde de la pensée qui se manifeste par certains comportements ou émotions à la surface. (Boivin, et Marchand, 1996)

Les perfectionnistes exacerbés sont d’une certaine façon des malades qui aiment s’imposer des objectifs pratiquement impossibles à atteindre. (De Baleine, 1984)

Un perfectionniste est quelqu’un qui, effectuant un travail, l’achève dans les moindres détails. Il ne pense avoir réussi que s’il a obtenu un résultat parfait. Les perfectionnistes visent un niveau si déraisonnablement élevé qu’ils ne peuvent pas l’atteindre; ils poursuivent sans trêve des buts irréalisables et ne se jugent qu’en termes de rendement et de réussite. (Burns, 1981)

Recherche excessive de la perfection de toute chose. (Larousse, 2000)

Recherche excessive de la perfection. Le perfectionnisme émerge d’un trait obsessionnel où l’angoisse de l’individu le rend inapte à mettre un terme définitif à une production quelconque, car il ne la juge jamais assez parfaite. Dans le milieu scolaire, les remises tardives de travaux peuvent parfois dépendre de ce trait obsessionnel. (Legendre, 1993)

 

Perfectionniste pathologique

C’est le "toujours mieux" des créateurs, des virtuoses, des êtres qui ont des exigences dans leur profession, leur passion, etc. (Taubes, 1998)

 

Narcissisme égocentrique (véritable perfectionniste)

Le narcissique égocentrique se veut parfait pour s’aimer, et le perfectionniste maniaque du détail jusqu’à l’obsession est généralement une plaie pour son entourage. (Taubes, 1998)

 

Perfectionniste

Qui fait preuve de perfectionnisme, qui le dénote. (Larousse, 2000)


Origine

Atteinte de la perfection. Ne jamais faire d’erreur dans toutes les réalisations entreprises.

Selon Taubes (1998), le trait de caractère du perfectionnisme apparaît au moment de l’apprentissage de la propreté (ce trait de caractère n’est pas inné).

Le perfectionnisme n’est que la face visible d’une souffrance plus profonde qu’il convient d’éliminer.


Causes

- Environnement familial ou l’amour et l’approbation sont conditionnels à la performance;

- Les parents sont très souvent responsables de l’acquisition de ce schéma perfectionniste chez les enfants, en adoptant certaines attitudes et comportements:

a. L’enfant reçoit rarement de renforcement positif pour ses comportements et essaie toujours de faire mieux afin d’obtenir ce renforcement;

b. L’approbation des parents peut être présente, mais de manière inconsistante. Ils renforcent le jeune pour ses bons comportements mais pas suffisamment;

c. Les parents deviennent un modèle de perfectionniste pour l’enfant quand ceux-ci le sont;

d. Les parents considèrent l’enfant comme leur préféré, celui sur lequel les parents ont projeté leurs propres fantasmes mégalomanes inassouvis;

e. Absence de modèle. Lorsque l’enfant n’a pas de modèle, alors celui-ci doit lui-même élever ses propres standards à partir de l’extérieur, médias, professeurs, relations ou chez les voisins. L’enfant est désorganisé;

 

- Tout jeune, l’enfant nourrit des fantasmes de toute puissance (ex: jeu d’enfant: "Si je marche de telle façon sur le trottoir, quelqu’un va mourir"). Il se nourrit de ces fantasmes pour compenser son manque d’autonomie;

- Le perfectionnisme n’est pas inné, il se développe et devient un trait de notre personnalité;


Caractéristiques

Perfectionnisme sain ou positif

L’individu présentant une attitude et des comportements perfectionnistes a des standards élevés pour lui-même, mais se sent généralement libre d’être plus ou moins précis ou parfait selon les situations. Son investissement est proportionnel à l’importance de la tâche. (Boivin et Marchand, 1996)

 

Caractéristiques du perfectionnisme sain ou positif

- Possède une bonne actualisation de soi;

- Précise les objectifs à atteindre;

- Est apte à prendre des décisions importantes;

- Consacre beaucoup de temps à l’analyse et à la recherche (ne compte pas son temps et ses efforts);

- Vise des standards élevés;

- Travaille minutieusement;

- Augmente son estime de soi;

- Analyse de manière systématique les situations;

- Travaille méthodiquement;

- Est très consciencieux de son travail;

- Recherche les détails;

- Prend des risques;

- Gagne en confiance et en assurance;

- Etc.

 

Perfectionnisme négatif ou pathologique

L’individu présentant des idéaux perfectionnistes pathologiques possède des exigences très élevées pour lui-même et entretien la conviction qu’il ne peut se permettrent de commettre des erreurs. Il exagère l’importance des tâches et situations et doit donc être parfait dans tout ce qu’il fait malgré qu’il ne puisse atteindre cet objectif. (Boivin et Marchand, 1996)

 

Caractéristiques du perfectionnisme négatif ou pathologique.

- A tendance à établir et à poursuivre des standards et des objectifs rigides et hautement irréalistes;

- S’auto-critique de façon excessive et intense;

- Veut être parfait;

- Cherche à plaire à ses supérieurs hiérarchiques;

- Cherche l’approbation;

- Aime que l’on s’intéresse à lui;

- Est éduqué de manière à davantage valoriser son travail que sa personnalité;

- Réagit sceptiquement aux compliments personnels;

- A des buts impossibles à atteindre;

- Est un éternel insatisfait, même si le travail est très bien;

- Démontre beaucoup d’anxiété;

- Est souvent confus;

- Est vidé émotionnellement;

- Possède une vie sans joie, impossible et absurde;

- Refuse d’arriver en deuxième place;

- Est caractérisé comme névrotique avide de toujours briller;

- Fonctionne sur le mode du tout ou rien;

- Cultive une image grandiose de lui-même;

- Est une personne extrêmement friable;

- S’aime de façon inappropriée;

- S’aime au faîte de la gloire et se déteste dès qu’il n’y est plus;

- Est souvent odieux envers son entourage;

- Se mesure à un idéal impossible à atteindre;

- Déplaisant en général;

- Vieillisse très mal;

- Passe leur vie à se sentir détruit et à voir leur image s’effriter;

- Considère les autres comme des agresseurs;

- Vient à être abandonné par les autres;

- Vise toujours plus haut. Ses succès ne font qu’augmenter la barre;

- Souhaite que leur univers soit sans défaut;

- A une insuffisance dans tout ce qu’il entreprend;

- Se concentre principalement sur ses faiblesses et ne porte aucun regard sur ses capacités et ses forces;

- Évite les nouvelles expériences, car le niveau d’erreur est trop élevé;

- Désire atteindre le sommet à tout prix;

- Baisse de rendement;

- Peuvent souffrir de trouble de la santé;

- Manque de contrôle de soi;

- Manque de contrôle de sociabilité;

- Vulnérable à certains troubles psychiques;

- Peuvent souffrir de troubles graves tel que la dépression, le trac et la peur des examens;

- Souffre de timidité en société, de crampe de l’écrivain ou de névrose obsessionnelle;

- Risque plus élevé de maladies coronariennes;

- Vit dans la solitude;

- Se tient sur la défensive face aux critiques;

- Indispose son entourage par ses réactions habituelles;

- Est mené par la conviction que tout doit être parfait pour être accepté;

- Tient les confidences en horreur;

- Partage rarement leurs pensées profondes;

- Bloque dans les communication intime;

- Souffre du sentiment de ne jamais pouvoir atteindre leur but;

- Etc.

 

Les déformations d’esprit évoquées par les perfectionniste

- Opte pour la philosophie du tout ou rien;

- Craint l’erreur et en dramatise les conséquences;

- Généralise tout, à les entendre, un événement négatif devrait se répéter indéfiniment;

- Abuse du mot "devoir";

- S’imagine que tout est facile pour les autres mais pas pour eux;

- Etc.

 

Type de fonctionnement d’un perfectionniste

Comportement typique:

  • Est une personne compétente faisant les choses correctement avec retenue et prudence

But:

  • Réalise des choses durables et prévisibles

Juge les autres:

  • A des critères de précisions

Influence les autres:

  • A une personnalité qui reflète le détail, l’attention et la précision

Apport à l’organisation:

  • Est consciencieux, il défend les normes et le contrôle de qualité

Abuse:

  • A tendance à porter son attention sur des procédures et le contrôle du genre "bon ou mauvais"
  • A une surdépendance envers les gens, les produits et les processus avec lesquels il a travaillé par le passé

Sous pression:

  • Devient rusé et diplomate

Craint:

  • D’être placé en situation d’opposition

Serait plus efficace si lui:

  • Était plus souple
  • Avait davantage confiance en lui-même

Besoin:

  • Voulant des responsabilités bien définies

Désirs:

  • Désire et recherche la précision et un environnement sécuritaire

Peurs:

  • Craint de perdre sa sécurité
  • Craint les changements trop soudains

Styles de travail:

  • Précis
  • Critique
  • Introverti

Orientation de son travail:

  • Axé sur des tâches de précision
  • Axé sur la qualité et le service

Pour le motiver, lui donner:

  • Des standards, de l’attention soignée
  • De la sécurisation

Physionomie:

  • Est une personne réservée et sensible
  • Verbalise son inquiétude par des questions

Source: Site Web, www.synergimax-international.com/html/demo_test/troisieme.html

 

Effets négatifs du perfectionnisme

- Occasionne des troubles de la personnalité;

- Peut mener à la dépression;

- Regard négatif des autres ou d’une situation (ex: "Les autres peuvent se permettre des erreurs, car ils ne sont pas infaillibles, mais pas moi");

- Est fanatique de l’hypercontrôle;

- Réagit très mal aux mauvaises critiques;

- Devient facilement anxieux, confus, épuisé parce qu’il ne se laisse pas de marge d’erreur;

- Peut aboutir dans une paranoïa déchaînée;

- Provoque de l’insomnie;

- Peut aboutir au rejet;

- Dépendant de substances;

- Peut provoquer des troubles alimentaires, tels que la boulimie et l’anorexie;

- Est une source de stress;

- Présente des signes d’alcoolisme;

- Est obsessionnel compulsif;

- A tendance à la procrastination;

- Développe un sentiment de culpabilité;

- Possède une faible estime de soi;

- Vit souvent dans l’indécision;

- Est frustré et colérique;

- Développe la vanité;

- Ressent le regret, le ressentiment, la honte;

- Est envieux et jaloux;

- Doit faire face au désespoir;

- Peut développer des comportements suicidaires;

- Etc.

 

- Le perfectionnisme n’est que la face visible d’une souffrance plus profonde qu’il faut éliminer avant que le mal ne détruise cette personne, sa famille et son entourage.

 

Différenciation du perfectionniste du narcissique selon Taubes (1998)

 

Perfectionniste

Narcissique

Définition

Nettement plus pénible, car encore plus enfermé dans sa problématique, tel est le perfectionniste au sens propre du terme. Il vise moins à briller qu’à transformer le monde en un lieu sans aspérité ou rien ne dépasse, où tout tourne rond : net, propre, sans faux plis.

Le narcissique cultive une image grandiose de lui-même mais extrêmement friable.

Névrotique, avide de briller, qui fonctionne sur le mode du tout ou rien.

Caractéristiques

  • L’horreur de la faille est au cœur même de son fonctionnement;
  • Facilité à critiquer et à traquer la faille en particulier chez ses proches;
  • Dépense très peu d’argent;
  • Colérique et pique facilement une crise lorsque l’ordre n’est pas respecté;
  • Grand angoissé;
  • Fanatique de l’hypercontrôle;
  • Investissement dans des systèmes de classement si alambiqués que nul ne les comprends;
  • Difficulté à exprimer ses émotions;
  • Emmerde souvent son entourage;
  • Etc.
  • S’aime mal;
  • S’aime au faîte de la gloire;
  • Odieux avec son entourage;
  • Dépressif;
  • Nourrissait des fantasmes de toute-puissance lorsqu’il était jeune enfant;
  • Souvent, il est l’enfant préféré;
  • Projection des fantasmes mégalomanes des parents sur l’enfant;
  • Sentiment de culpabilité lorsqu’il se permet un plaisir;
  • Obligation inconditionnelle à réussir dans tout;
  • Tendance à oublier l’existence des autres;
  • Etc.


Type de perfectionnisme

Perfectionnisme narcissique:    - Sens très aiguisé de l’organisation et de l’efficacité
- Manque d’estime de soi
- Exige beaucoup de sa personne
- Cherche la perfection absolue
- Pas de milieu entre échec et succès
Perfectionnisme narcissique sadique:

- Obsédé par les standards élevés
- Fait peu de cas de sa propre perfection, c’est plutôt celle des autres qui l’intéresse

Perfectionniste dépendant:

- Exige d’être parfait pour les autres
- Se fixe des buts irréalisables
- Ses buts sont fixés principalement par son entourage et la société

Perfectionniste vaniteux:

- Ne veut que se pavaner devant les autres
- Désir incontrôlable de se montrer aux autres sous un jour parfait
- Évite d’être pris en défaut

 

Perfectionnisme multidimensionnel

Type

Explications

Risques

 Perfectionnisme axé sur soi

Exige la perfection de soi. C’est habituellement à quoi nous pensons quand on utilise le qualificatif "perfectionniste".

- Dépression clinique;
- Anorexie;
- Hausses prolongées des réponses cardiovasculaires;
- Problèmes interpersonnels;
- Reflète un surcroît de responsabilité;
- Etc.

Perfectionnisme axé sur autrui

Exige que les autres (conjoint, enfant, subalternes, autres personnes en général) soient parfaits.

- Problèmes de relations personnelles;
- Problèmes maritals;
- Insatisfaction sexuelle;
- Colère envers autrui;
- Etc.

Perfectionnisme social

 

La perfection que les autres (parents, patron, les personnes en général) exigent de soi.

- Anxiété;
- Dépression;
- Troubles de l’alimentation;
- Hostilité;
- Pensées et comportements suicidaires;
- Procrastination;
- Handicap intentionnel (personne passant leur temps à trouver des excuses pour leur échec plutôt que de se préparer à la réussite);
- Etc.

Source : site Web, www.cpa.ca/factsheets/perfection_fr.htm


Interventions

Thérapie cognitivo-comportementale (Boivin & Marchand, 1996)

C’est en modifiant le type et le contenu des pensées automatiques dysfonctionnelles, ainsi que les schémas inadaptés qui sous-tendent ces pensées, que l’on peut diminuer la symptomatologie.

Modifier les attentes, les croyances négatives, les anticipations et permettre une vision plus réaliste des attitudes perfectionnistes.

 

Psychothérapie

Traitement qui s’avère intensif et qui doit être réalisé sur une période plutôt longue (voir plus de 1 an).

 

Thérapie cognitive

- Questionnement socratique: 

Stratégie consistant à confronter la validité logique des pensées automatiques perfectionnistes par des questions bien ciblées (ex: Qu’est-ce que cela implique de ne pas être parfait?, Quelle est la pire chose qui peut m’arrivez ?, etc.).

- Informer, démystifier:  Intervenir dans le but de "recadrer" la personne souffrant de perfectionnisme. On l’informe de ses symptômes, on l’informe afin de lui faire comprendre les situations, on dédramatise et on confronte la validité des anciens schémas (peurs irréalistes, réactions anxieuses et leurs conséquences).
- Tester l’hypothèse:  On encourage la personne perfectionniste à inscrire ses prédictions quant à la réalisation d’événements craints. On analyse ensemble la réalisation de ses craintes lors d’un échec ou d’un insuccès.
- Technique de "décentrage":

 On remet en question la croyance entretenue qu’une personne perfectionniste devient le centre de l’attention de tous.

- Technique de réattribution:  On fait réaliser au perfectionniste, que certains événements sont inévitables et sur lesquels on ne peut avoir de véritable contrôle. Faire la différence entre se surresponsabiliser pour des événements incontrôlables et celui d’exercer de façon responsable son influence dans certaines situations.
- Évaluation des points forts et faibles:

 Rédaction des pour ou contre d’être perfectionniste.


Test d’évaluation du perfectionnisme (Test de Burns, 1981)



Répondez en utilisant le code suivant:

+ 2: je suis tout à fait d’accord;

+ 1: je suis assez d’accord;

- 1: je ne suis pas tout à fait d’accord;

- 2: je ne suis absolument pas d’accord

#

Questions

 

+1

+2

-1

-2

1.

Si je ne m’impose pas de critères d’un niveau supérieur, je risque de devenir un bon-à-rien.

         

2.

On aura probablement une moins bonne opinion de moi si je fais une erreur.

         

3.

Si je ne peux pas faire une chose très bien, j’aime autant ne pas la faire du tout.

         

4.

Je serais bouleversé si je faisais une erreur.

         

5.

Si je m’en donne la peine, je peux réussir à merveille tout ce que j’entreprends.

         

6.

J’ai honte lorsque je montre mes faiblesses ou lorsque je me conduis bêtement.

       

7.

Je ne devrais pas retomber plusieurs fois dans la même erreur.

         

8.

Un résultat moyen ne peut pas me satisfaire.

         

9.

Je me sens diminué si je subis un échec important.

         

10.

Si je me reproche de mener une vie qui n’est pas à la hauteur de mes ambitions, cela m’aidera à mieux faire par la suite.

         
 

Total :

   

 

Notation: Additionnez vos points sans oublier que nombres positifs et nombres négatifs s’annulent mutuellement (ex: si vous avez cinq réponses -1, et cinq réponses +1, votre total sera 0). Si vous avez noté chaque réponse +2, votre total sera + 20, ce qui signifie un très haut degré de perfectionnisme. Si vous avez noté chaque réponse -2, votre total sera de -20, ce qui signifie un état d’esprit très peu perfectionniste. Des études préliminaires indiquent que la moitié environ de la population aura probablement entre +2 et +16, ce qui correspond à des degrés variables de perfectionnisme.


Références

Beck, A.T. et Emery, G. (1985). Anxiety disorders and phobias : A cognitive perspective. New York : Basic Books.

Beck, A.T., Rush., Shaw, B.F. et Emery, G (1979). Cognitive therapy of depression. New York : Guilford.

Boivin, J. et Marchand, A. (1996). Le perfectionnisme et les troubles anxieux. Revue Québécoise de psychologie, 17(1), 131-163.

Burns, D.D. (1980). Feeling good: The new mood therapy. New York: New american Library.

Burns, D.D. (1981). Les obsédés de la perfection se vouent-ils à l’échec? Psychologie, 133, 48-55.

De Baleine, M. (1984). Le perfectionnisme est-il une maladie ? Psychologies, 13, 42-47.

Hamachek, D.E. (1978). Psychodynamics of normal and neurotic perfectionism. Psychology, 15, 27-33.

Hollender, M. (1965). Perfectionism. Comprehensive Psychiatry, 6(2), 94-103.

Larousse (2000). Le petit Larousse illustré 2001. Paris: Larousse.

Legendre, R. (1993). Dictionnaire actuel de l’éducation. Montréal: Guérin.

Pacht, A. R. (1984). Reflections on perfection. American Psychologist, 39(4), 386-390.

Taubes, I. (1998). Perfectionniste: pour le meilleur... ou le pire? Psychologies, 163, 32-34.

Young, J. (1994). Cognitive therapy of personnality disorders. Sarasota, Fl : Professionnal Resource Press.


Bibliographie

Chang, E.C. (1996). Cultural differences, perfectionism and suicidal risk in a college population: Does social problem solving still Matter? Cognitive Therapy and research, 22(3), 237-254.

Ellis, A. (1962). Reason and emotion in psychotherapy. New York : Lyle Stuart.

Flett, G.L., Hewitt, P.L. et De Rosa, T. (1996). Dimensions of perfectionism, psychosocial adjustement and social skills. Personnality and individual differences, 20(2), 143-150.

Genest, F. (1990). Êtes-vous perfectionniste? Santé, 57,10.

Hayward, L. et Arthur, N. (1998). Perfectionnism and post-secondary students. Canadian journal of counseling, 32(3), 187-199.

Hendlin, S.J. (1994). La perfection si non rien. Psychologies, 116, 46-47.

Labrecque, J., Stephenson, R., Boivin, I. et Marchand, A. (1998). Validation de l’échelle multidimensionnelle du perfectionnisme auprès de la population francophone du Québec. Revue francophone de clinique comportementale et cognitive, 3(4), 1-14.

Portelance, C. (1994). La peur de décevoir. Psychologies, 123, 46-47.

Terry-Short, L.A., Owens, R.G., Slade, P.D. et Dewey, M.E. (1995). Positive and negative perfectionism. Personnality and individual differences, 18(5), 663-668.

Wyatt, R. et Gilbert, P. (1998). Dimensions of pefectionism: a study exploring their relationship with perceived social rank and status. Personnality and individual differences, 24(1), 71-79.


Sites WEB

La psychologie et le perfectionnisme

www.cpa.ca/factsheets/perfection_fr.htm

Ce site est un court texte sur le thème du perfectionnisme. Il est simple à lire et apporte des éléments très intéressants sur le sujet, tels que les styles de perfectionnisme et leurs effets sur l’être humain.

 

Votre type de perfectionnisme

www.synergimax-international.com/html/demo_test/troisieme.html

Court site qui est en fait une auto-évaluation dans le but de connaître votre type de perfectionnisme. Il donne une courte information sur le sujet et constitue un beau résumé sur le sujet.