Les valeurs

Version complète / imprimable

Définitions

Les valeurs humaines sont d’abord et avant tout les choses qui constituent l’être humain en santé totale (santé du corps, santé mentale, santé affective, intelligence, volonté, etc.); ce sont les choses qui entrent comme matériaux dans la "construction de l’homme". (Blais, 1980)

La valeur d’une personne, d’un animal, d’un végétal, d’un outil, c’est une aptitude à agir de telle ou telle manière, c’est une aptitude à remplir une fonction. Leur valeur se manifeste et s’apprécie dans l’exercice de leur aptitude. (Blais, 1980)

La valeur signifie une activité qui remplit une vie. Une activité que l’on tient à exercer parce qu’elle manifeste la valeur au premier sens du terme. (Blais, 1980)

Une valeur est intimement liée à l’individu et à sa conduite. Elle est intérieure à l’individu et elle nomme ses gestes quotidiens (...) La valeur nomme l’individu et légitime ses gestes. Elle traduit souvent ce qu’il y a de plus profond en lui. Par contre, il convient de noter qu’une valeur individuelle n’est pas statique. Au fur et à mesure de nos expériences de vie, elle se consolide ou encore elle se transforme.

En fait, il s’agit de prendre les valeurs pour ce qu’elles sont, c’est-à-dire des références déterminantes pour la conduite d’une vie. (Paquette, 1982)

La valeur est plus qu’une croyance. Elle ne laisse que peu ou pas de place au doute; elle est une adhésion totale de l’esprit à un objet considéré comme absolument vrai. De ce fait, la valeur transcende de beaucoup l’opinion, cette dernière faisant une grande place à la subjectivité et au doute. Issue d’une mûre réflexion, la valeur s’impose à l’esprit comme une certitude objective et commune à plusieurs êtres humains. (Legendre, 1993)

La valeur peut être vue comme une inclination, une option et une préférence. Comme une inclination, car la valeur est un sentiment qui fait que l’on éprouve le désir conscient d’une chose généralement bonne; une option, car toute valeur est un choix nécessaire entre plusieurs possibilités qu’on peut obtenir simultanément; comme une préférence, car la valeur est un acte par lequel on pose un choix à partir de motifs intellectuels dénués de visées pratiques. (Legendre, 1993)

Élément d’un ensemble composé de croyances, d’aspirations, d’options, d’idées, de sentiments, de principes dans lesquels se reconnaît et par lesquels s’exprime une collectivité humaine. (Legendre, 1993)

Qualité, mérite, utilité ou importance intrinsèque d’une personne, d’une chose, d’un ensemble de savoirs ou d’activités. (Legendre, 1993)

Élément essentiel et fondamental d’un personne, d’une société, d’une organisation, d’un domaine de savoirs ou d’activités. (Legendre, 1993)

 

Valeurs religieuses

Elles sont issues de la révélation divine (la charité, la pudeur, etc.).

 

Valeurs personnelles

Elles sont créés par l’être humain, selon ses progrès intellectuels, l’avancement de la science , le développement de la civilisation, etc. (le sens de l’amitié, la poursuite de l'excellence dans le travail, etc.). (Legendre, 1993)

Une valeur est une croyance persistante lorsqu’un mode spécifique de conduite ou qu’un but de l’existence est préférable à un autre. Une valeur est croyance durable à l’effet qu’un mode de conduite spécifique ou une fin d’existence est personnellement ou socialement préférable à son opposé ou à sa contrepartie. (Rockeach, 1993, dans Desmeules, 2000)

Ce que nous trouvons important pour une qualité de vie de la personne individuellement et en collectivité. Chez nous, le sens commun reconnaît comme valeur ce qui correspond à des normes idéales d’attitudes ou de conduites. (Bergeron, 1981, dans Desmeules, 2000)

Une valeur est une croyance durable qui laisse peu ou pas de place au doute. (Bourassa, Serre, Ross, 2000)


Origine

- Conscience vers le bien;

- Pression individuelle interne (ex: "Je ne veux pas donner ce gilet à mon amie seulement parce qu’elle en a plus besoin que moi. Cependant, on ma toujours dit de partager. Alors je vais lui donner");

- Influence de la société et des institutions;

- Transformation de nos besoins individuels selon les exigences de la société et des institutions;

- Donner dans un sentiment et valider par un jugement ("j’ai envie de quelque chose, de faire partie de, de dire cela, et ma conscience me dicte la même chose");

- Émerge à partir de nos expériences de vie personnelles;

- Influence du patrimoine génétique qui influence grandement nos structures mentales et, par voie de conséquence, notre manière de penser et d’organiser les informations que nous produiront et celles que notre organisme reçoit;

- Influence du patrimoine culturel par ses normes, ses mythes, ses valeurs, etc.

- Influence de la cellule éducative reçue par les agents et/ou les organisations qui influencent directement ou indirectement notre éducation, notre style, notre vie;

- Influence de nos expériences personnelles harmonieuses et celles dites conflictuelles;

- Etc.

Graphique expliquant l’influence et les origines qui forme notre centre des valeurs

Paquette, C. (1982). Analyse de ses valeurs personnelles. S’analyser pour mieux décider. Québec: Éditions Québec/Amérique.

 


Caractéristiques

Exemples de valeurs

  • la sécurité;
  • la liberté;
  • la responsabilité;
  • l’autonomie;
  • l’indépendance;
  • le partage;
  • l’effort;
  • la solidarité;
  • l’amour;
  • le sens du devoir;
  • l’égalité des droits;
  • l’ordre;
  • le travail;
  • le conformisme
  • la compétition;
  • le respect de soi;
  • le respect des autres;
  • l’éducation;
  • l’amitié;
  • la paix;
  • l’avoir;
  • la créativité;
  • la famille;
  • la justice;
  • le respect de l’autorité;
  • la rivalité;
  • l’altruisme;
  •  

  • la discipline;
  • l’excellence;
  • la participation;
  • la convivialité;
  • la démocratie;
  • le respect de la vie;
  • la tolérance;
  • l’individualisme;
  • la dépendance;
  • l’épanouissement;
  • l’autoritarisme;
  • la soumission;
  • etc.

 

Elles peuvent être singulières (la famille) ou générales (le droit, la justice). Les valeurs correspondent à des éléments de la vie qui sont souhaitables et désirables qui nous guident vers la foi et le bien. Selon les cultures, les croyances ou les religions, sont souvent représentées à l’intérieur de gestes symboliques, par exemple, le partage est représenté à travers un geste de prêt de matériel à une personne dans le besoin sans rien attendre en retour. Les valeurs sont des guides de notre fonctionnement personnel. 

Les valeurs:

- Sont plus ou moins subjectives;

- Sont désirables, souhaitables;

- Sont différentes d’une culture à l’autre, d’une famille à l’autre, d’un individu à l’autre;

- Sont plus ou moins réelles;

- Se représentent à travers nos croyances, nos mœurs;

- Se divulguent par notre fonctionnement personnel et elles nous orientent;

- S’identifient par des rituels ou des gestes significatifs (ex: le partage);

- Nomment l’individu et légitime ses gestes;

- Sont non statiques et peuvent être modifiéess au fur et à mesure de nos expériences de vie;

- Déterminent les préférences personnelles que nous adoptons en fonction de notre éducation, notre milieu de vie, nos coutumes, etc;

- Sont des références pour la conduite d’une vie, elles sont intégrées à notre personne et font partie de nous;

- Etc.

 

Différentes valeurs selon Paquette (1982) 

La valeur est une préférence (nous adoptons telle valeur plutôt qu’une autre)

- Elles sont choisies et préconisées plutôt qu’une autre;

- Elles sont étroitement liées à des aspirations individuelles et collectives;

- Elles peuvent par contre croire fortement en leur importance mais ne pas être automatiquement représentées dans notre conduite quotidienne;

- Elles sont souvent d’ordre du discours;

- Etc.

La valeur est une référence

- Elle est une référence pour la conduite d’une vie;

- Elle est intégrée à notre personne;

- Elle est intérieure et inspire nos gestes et nos décisions;

- Elle a plus de profondeur que la valeur préférence;

- Elle est plus exigeante;

- Elle est plus observable dans nos faits;

- Elle identifie notre situation actuelle dans notre croissance personnelle;

- Elle nous permet de s’analyser justement d’une manière perspective;

- Elle nous centre davantage sur notre réalité;

- Elle est plus engageante face aux autres;

- Elle permet de mieux nous connaître;

- Etc. 

La valeur complète ou partielle

À partir des huit critères qui sont mentionnés plus bas, il est possible d’identifier si nos valeurs sont de type complet ou partiel.

  1. Elle est un choix pour l’individu;
  2. L’individu a une connaissance des conséquences du choix de cette valeur;
  3. Elle est observable dans les gestes quotidiens;
  4. Elle donne un sens, une direction à son existence;
  5. L’individu y est attaché;
  6. L’individu l’affirme publiquement;
  7. L’individu s’implique publiquement dans des activités qui en font la promotion;
  8. Pour l’individu, il y a une forte interaction entre sa vie personnelle et professionnelle.

Principaux éléments selon Rockeach

Représenter une inférence

- Production cognitive, qui ne tombe pas sous le sens et qui n’est pas directement observable.
- Réalité psychologique, un événement mental.
- Quelque chose à laquelle on croit mais qui ne peut être observable directement

Exprimer une attraction

- Poussée vers la réalité donnée et de nature affective.

Créer une dimension d’action

- Perceptible à travers le sens d’un geste ou d’un acte.
- Par exemple; le partage se démontrer à travers le don ou le prêt d’un bien à quelqu’un

 

Classement des valeurs selon Rockeach

 Rockeach (1960) détermine qu’il existe deux grandes catégories de valeurs, soit celles dites terminales (partage, liberté, amour, justice) et des valeurs dites instrumentales (la politesse et le respect qui amène un enfant à être courtois). À partir des valeur terminales, on définit deux sous catégories. La première catégorie est formée des valeurs personnelles Ce sont celles qui se forment, à partir de nos expériences, de notre éducation familiale. La deuxième catégorie est composée des valeurs sociales, qui sont celles qui font que telle ou telle société ou ville possède telle ou telle caractéristique. Par exemple, les gens du Saguenay sont reconnus pour avoir un sens du partage et de l’entraide. Pour ce qui est des valeurs instrumentales, elles sont des outils qui amènent les gens à développer certains comportements plus précis. On retrouve les valeurs morales et les valeurs de compétences. Ces valeurs sont principalement définies par les religions présentes dans la collectivité, l’histoire, les mœurs et les expériences vécues comme peuple.

Valeurs terminales

 Valeurs personnelles 

Valeurs sociales

 

  • Vie confortable
  • Liberté
  • Joie
  • Respect de soi
  • Amitié
  • Sagesse

 

  • Monde de paix
  • Égalité
  • Sécurité nationale

Valeurs morales 

Valeurs de compétences

 
  • Courage
  • Honnêteté
  • Aptitude à l’amour

 

  • Ambition
  • Indépendance
  • Imagination

 

Les valeurs de l’école actuelle selon le ministère de l’Éducation, 1999

Mission générale

- S’instruire, avec une volonté réaffirmée;

- Socialiser, pour apprendre à mieux vivre ensemble;

- Qualifier, selon les voies diverses, selon le champ d’études, selon le cours, etc.

 

Compétence d’ordre intellectuel

1. Exploiter l’information

- Recourir à sa mémoire et à la mémoire collective;

- Construire des questions;

- Sélectionner l’information;

- Valider l’information;

- Traiter l’information.

        2. Résoudre des problèmes

- Décoder le problème;

- Modéliser le problème;

- Formuler des hypothèses de solution;

- Choisir une solution;

- Valider la solution;

- S’engager dans l’action.

        3. Faire preuve d’un jugement critique

- Analyser avec rigueur les faits et les situations;

- Expliquer les liens entre les éléments d’une structure, d’un réseau, d’un système;

- Évaluer la pertinence de ses représentations et de ses croyances;

- Prendre des décisions en fonction de certains critères;

- Justifier ses choix.

4. Exploiter sa créativité

- Inventorier différentes possibilités de création ou d’invention;

- S’investir dans un processus créateur;

- Anticiper l’issue de sa démarche;

- Combiner ses pensées logique et intuitive;

- Réaliser sa création ou son invention en respectant des critères d’éthique et d’esthétique.

 

Compétences d’ordre méthodologique

1. Réaliser des projets

- Concevoir un projet;

- Planifier;

- Exécuter;

- Évaluer,

- S’adapter aux contraintes.

2. Maîtriser certaines technologies de l’information et de la communication comme outils méthodologiques

- S’approprier des systèmes d’exploitation;

- Rechercher l’information à l’aide des technologies de l’information et de la communication;

- Traiter l’information à l’aide de logiciels de base;

- Communiquer à l’aide des technologies de l’information et de la communication;

- Appliquer des stratégies de dépannage et d’apprentissage propres aux technologies de l’information et de la communication.

3. Pratiquer des méthodes efficaces de travail intellectuel

- S’appliquer à la réalisation de chaque tâche entreprise;

- S’organiser dans le temps et dans l’espace;

- Adapter ses méthodes à la tâche et au contexte;

- Appliquer les automatismes intellectuels pertinents.

 

Compétences d’ordre personnel et social

1. Affirmer son identité personnelle et sociale

- Développer son estime de soi;

- S’appuyer sur ses réussites;

- Partager ses émotions, ses sentiments, ses idées et ses opinions;

- Réagir avec conviction et authenticité;

- Mettre à profit ses idées personnelles, ses dons, ses talents, ses aptitudes.

2. Interagir positivement dans le respect de la diversité et de la différence

- Entretenir des relations exemptes de mépris;

- Résoudre les conflits;

- Participer au travail d’équipe en coopération;

- Assumer ses responsabilités dans différents groupes d’appartenance;

- S’adapter continuellement aux diverses situations.

3. Faire preuve de sens éthique dans ses rapports avec autrui

- Reconnaître les éléments de dilemmes moraux;

- Analyser leurs composantes;

- Privilégier les solutions sécuritaires pour soi et pour l’autre;

- S’engager dans un agir moral.

 

Compétences d’ordre de la communication

1. Communiquer de façon claire, précise et appropriée

- Adapter son écoute ou sa lecture à la situation;

- Adapter son message à l’interlocuteur;

- Décoder l’environnement à partir des différents signes: visuels, écrits, verbaux et non verbaux;

- Raconter de façon logique et chronologique les faits et les événements;

- Structurer son message;

- Appliquer un code de communication (langue, arts, sciences);

- S’approprier le vocabulaire précis approprié aux différents domaines.

2. Exploiter l’intention derrière le message

- Cerner l’intention derrière le message;

- Différencier un fait d’une opinion;

- Décoder les messages non verbaux;

- Rechercher différents points de vue;

- Considérer divers moyens de communications.

 

Compétences vs les domaines d’expérience de vie

1. Affirmer sa vison du monde et son identité personnelle à partir de ses perceptions, émotions, opinions, actions et réactions dans un climat de souplesse, de confiance et de respect;

2. Pratiquer de saines habitudes de vie sur le plan de la santé, de la sexualité et de la sécurité pour consolider l’identité personnelle et l’estime de soi;

3. S’engager dans la réalisation de ses projets personnels, scolaires et professionnels dans une perspective de réalisation de soi et d’insertion dynamique dans la société;

4. Contribuer à faire de la classe une communauté d’apprentissage en interagissant de façon responsable;

5. Agir en harmonie avec l’environnement naturel et construit par des comportements et attitudes solidaires et responsables dans un souci d’éthique et d’esthétisme;

6. Participer à la vie démocratique en établissant des relations interpersonnelles solidaires et responsables avec une ouverture sur le monde;

7. Exercer son esprit critique dans l’utilisation du langage et de l’environnement médiatique en se comportant comme un usager des médias et un auteur de production médiatique;

8. Utiliser efficacement les technologies de l’information et de la communication pour réaliser des apprentissages en utilisant certaines fonctions de logiciels utiles dans des situations d’apprentissages ou de production;

9. Adopter des conduites de consommateur averti en vue de satisfaire ses besoins fondamentaux et ses besoins accessoires.

 

Les valeurs de l’éducation selon Reboul (1999)

1. Les valeurs considérées comme les buts de l’éducation, les valeurs auxquelles elle prépare. 

- Varient beaucoup avec la société, les cultures;

- Peuvent être traditionnelles ( privilégient l’intégration au milieu et la fidélité au passé);

- Favorisent l’autonomie de l’individu, l’esprit critique, le jugement, le sens de la responsabilité;

- Faire de l’adulte un être à part entière.

2. Les valeurs indispensables de l’éducation 

- Fondées dans une culture traditionnelle;

- Insistent sur l’obéissance, le respect des aînés, l’esprit de discipline;

- Fondées sur un modèle moderniste;

- Insistent sur l’initiative, la créativité, la libre coopération. 

3. Les valeurs servant à l’éducation comme critère de jugement 

- L’enfant sage, dans la famille;

- Le bon élève à l’école;

- Le chrétien accompli, à l’église;

- De façon plus moderne, on privilégie l’individu capable d’initiative, de débrouillardise et de faire part d’esprit d’équipe.

 

Valeurs humaines du sport

- Mise en valeur des aptitudes et ressources naturelles qui sommeillent et réclament d’être exercées pour s'épanouir;

- Connaissance de soi, ses ressources et ses limites;

- Connaissance de l’autre, coéquipier ou adversaire et l’acceptation entière et généreuse de ce qu’il est, on l’accepte avec ses forces et faiblesses, ses qualités comme ses défauts;

- Poursuite du bien-être physique, qui résulte en une joie d’être , un hymne discret à la vie qui bat, le plaisir dans le travail et les relations humaines;

- Développement des ressources physique du corps, équilibre, santé, vigueur, force, agilité, etc;

- Liquidation de l’agressivité, combat pacifique, esprit d’équipe, complémentarité dans l’atteinte des buts. Attention à l’autre. Respect de tout l’homme, développement harmonieux, souci d’accomplissement personnel et dépassement, etc.

 

Valeurs et éthique sportive

- L’amitié;

- La solidarité;

- Le dépassement de soi;

- La confrontation fraternelle et loyale;

- Le respect de l’adversaire;

 

Les valeurs à travers le temps

Les années 50

  • La stabilité
  • La conformité aux rôles
  • Le respect de l’autorité
  • L’obéissance

Les années 60

  • La démocratisation
  • La liberté
  • La confiance en l’avenir

Les années 70

  • L’éclatement des valeurs traditionnelles
  • La libération sexuelle
  • L’approbation totale de la liberté
  • Le bonheur matériel

Les années 80

  • L’individualisme
  • Le réalisme

Les années 90

  • Le développement d’une société multiethnique
  • La mondialisation
  • La compétitivité
  • L’adaptation constante

Les années 2000

  • La liberté
  • L’autonomie
  • La réussite
  • Le respect
  • L’engagement
  • L’instruction et la qualification
  • La socialisation

Interventions

Bien entendu, avant même de vouloir implanter certaines valeurs dans notre milieu éducatif, le milieu doit passer par diverses étapes. Premièrement, celui-ci doit faire une rétrospective et voir quelles sont les valeurs qui sont présentement véhiculée dans l’école aujourd’hui. Par la suite, il s’en suit une multitude de processus d’analyse, de vision et de critique personnelle. En groupe, il faut tirer un portrait des plus représentatifs du milieu et des valeurs que l’on veut émettre. Le schéma qui suit présente un résumé de ce qu’il faut faire pour permettre le rayonnement de valeurs efficaces dans notre milieu éducatif.

 

Le rayonnement des valeurs, Desmeules (2000)

Quelques outils pour explorer le concept de valeur

Dans son ouvrage, Paquette (1982, p.95-198) propose 16 outils qui nous permettent de mieux saisir l’essence même de tout ce qui entoure nos valeurs. Ce sont souvent des outils qui sont simples à réaliser mais qui apportent un jugement et une analyse critique sur nos valeurs, la manière dont nous les percevons, les identifions, voire même, si elle sont réalistes de nos fondements.

 

Éducation physique et ses valeurs

- Introduire à la santé (pour inculquer quelques valeurs personnelles telles qu'un esprit sain dans un corps sain);

- Introduire des capsules santé dans les périodes d’éducation physique;

- Sensibiliser les jeunes aux bienfaits d’une bonne santé, d’une bonne condition physique;

- Sensibiliser aux bonnes habitudes de vie;

- Favoriser la participation et la coopération pour développer les valeurs sociales (partage, entraîde, respect, etc.);

- Permettre la compétition dans le but de développer l’individu sur des concepts d’acceptation de la défaite, de tirer partie d’une défaite, du respect, etc.;

- Etc.


Références

Blais, M. (1980). L’échelle des valeurs humaines. Montréal: Fides.

Bourassa, B., Serre, F. et Ross, D. (2000). Apprendre de son expérience. Québec: Presses de l’Université du Québec.

Chabot, M. (1987). L’école: milieu-de-vie ou lieu-de-savoir? Vie pédagogique, 49, 39-41.

Desmeules, L. (2000). Nouveaux fondements de l’éducation au Québec. Québec: Éditions du CRP.

Legendre, R. (1993). Dictionnaire actuel de l’éducation. Montréal: Guérin.

Ministère de l’éducation du Québec (1999). Programme de formation de l’école québécoise. Québec: Gouvernement du Québec.

Paquette, C. (1982). Analyse de ses valeurs personnelles. S’analyser pour mieux décider. Québec: Éditions Québec/Amérique.

Reboul, O. (1992). Les valeurs de l’éducation: Paris, PUF.


Bibliographie

Angers , P. et Bouchard, C. (1990). L’activité éducative, une théorie, une pratique. Montréal : Éditions Bellermin.

Fontaine, S., Proulx, J. (1995). Pour la réforme du système éducatif. Sainte-Foy: Le Conseil.

Gagnon, C. (1995). 50 ans de manuels scolaires, de l’enfant sage à l’enfant roi. Revue Interface, 16(2), 50-51.

Harvey, R. (2000). L’école de la réussite. Réseau, 31, 11-17.

Houssaye, J. (1992). Les valeurs à l’école. L’éducation au temps de la sécularisation. Paris: Presses universitaires de France.

Kauffi, V., Laurin, P. et Moreau, A. (1998). Quand l’école se prend en main. Québec: Presses de l’Université du Québec.

Lessard, C. (2000). La réforme du curriculum: une adhésion réfléchie à un changement peu banal. Vie pédagogique, 114, 47-51.

Proulx, J.-.P. (1997). L’école québécoise institution en milieu de vie. Recherche sociographique, 38(2), 221-249.

Robert, M. et Tondreau, J. (1997). L’école québécoise. Anjou: Éditions CEC inc.

Sérieyx, H. (1993). Le big bang des organisations. Paris: Calmann-Lévy.


Site WEB

La charte de l’esprit sportif

www.lebulletinregional.com/aps/charte.htm 

Ce site renferme une description plus précise de la charte de l’esprit sportif. On y retrouve les 10 articles (respect de l’adversaire, respect des officiels, etc.) composant ce site, ainsi qu’une brève explication pour chacun des articles.