Retour à la liste
2011-11-11 | ACTUALITÉS |Université du Québec

La réalité virtuelle au service de la neurologie

Lorsque des troubles de la mémoire apparaissent chez une personne âgée, il est difficile pour les médecins de savoir s'il s'agit d'une conséquence normale du vieillissement ou du premier signe de la maladie d'Alzheimer. «Pour poser le diagnostic, on utilise des tests qui consistent, par exemple, à retenir une liste de mots, mais c'est un exercice très éloigné du quotidien des personnes âgées», déplore Pierre Nolin, chercheur en neuropsychologie à l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR).

Pour évaluer les capacités cognitives des patients dans un environnement plus familier, le chercheur a eu l'idée d'utiliser la réalité virtuelle. À l'aide d'une visière électronique ou d'une «voûte» où sont projetées des images, la personne entre dans un appartement virtuel, où elle peut ensuite remplir son réfrigérateur, ranger ses placards ou faire du café...

«En testant ces tâches et en mesurant les temps de réaction, on espère repérer, parmi les personnes qui ont un léger déficit cognitif, celles qui vont évoluer vers la maladie d'Alzheimer», explique Pierre Nolin qui travaille en collaboration avec Hélène Forget, neuropsychologue à l'Université du Québec en Outaouais (UQO).

Le projet commence à peine, mais il est bien accueilli par les premiers «cobayes». «On craignait que la technologie fasse peur aux personnes âgées. Mais pas du tout, elles sont habituées à surfer sur Internet, et l'environnement virtuel est plus ludique que les tests traditionnels», s'amuse le chercheur.

Source :
"Vieillir dans un monde qui bouge"
Bulletin semestriel - La recherche dans le réseau de l'Université du Québec
Vol. 1, no 2, octobre 2011, p. VIII

 

   

Retour à la liste

Copyright © 2008 Université du Québec - Tous droits réservés. Avis légal   Webmestre