Abondante récolte de prix pour la relève

2017-09-27

Abondante récolte de prix pour la relève

Deux étudiantes en sciences de l’eau de l’INRS, Marie-Ève Jean et Louise-Emmanuelle Paris, remportent des prix de la relève 2017 de l’Acfas remis lors d’une cérémonie tenue le 22 septembre à l’Assemblée nationale du Québec à l’occasion des Journées de la relève en recherche

La doctorante Marie-Ève Jean est lauréate du prix Ressources naturelles de l’Acfas. Parrainé par Ressources naturelles Canada, ce prix souligne ses excellents résultats à la maîtrise et la qualité de son projet de doctorat qu’elle réalise au sein de l’équipe de la professeure Sophie Duchesne du Centre Eau Terre Environnement. Son objectif : contribuer à protéger la qualité des cours d’eau en implantant des pratiques de gestion optimale des eaux pluviales. Ses travaux auront des retombées importantes pour la société, car ils apporteront des solutions viables aux débordements des réseaux d’égouts lors de pluies ou de la fonte des neiges, solutions qui prendront en compte les changements climatiques, les normes gouvernementales ainsi les préoccupations citoyennes. Rappelons qu’elle est lauréate d’une prestigieuse bourse d’études supérieures Canada Vanier 2017.

L’étudiante à la maîtrise Louise-Emmanuelle Paris a remporté le prix de vulgarisation de la recherche de l’Acfas pour son article audio Le périphyton, la biocaméra de surveillance des rivières. Dans cet article, elle présente les résultats de ses recherches réalisées au sein de l’équipe du professeur Claude Fortin du Centre Eau Terre Environnement en illustrant comment le périphyton permet de mieux détecter la présence de métaux dans les cours d’eau au Nunavik. Cette communicatrice talentueuse a participé à plusieurs concours de vulgarisation scientifique, remportant notamment le premier prix du SCIENCE SLAM SETAC-Europe. Elle anime aussi sa propre émission radiophonique, Science Énergie, sur les ondes de CKIA, à Québec. 

L’INRS compte parmi ses chercheurs postdoctoraux le lauréat du prix de thèse en cotutelle Québec-France. Il s’agit de Jean-Sébastien Boisvert qui a remporté ce prix pour sa thèse Transition des basses fréquences aux hautes fréquences d’une décharge à barrière diélectrique en hélium à la pression atmosphérique réalisée à l’Université de Montréal et à l’Université de Perpignan. Il poursuit des recherches postdoctorales en physique des plasmas au sein de l’équipe du professeur François Vidal du Centre Énergie Matériaux Télécommunications. Ses travaux, qui portent sur la polarisation de l’hélium-3, pourraient favoriser de multiples applications en physique nucléaire, en science des matériaux, en nanotechnologie, en biophysique et en médecine. 
 

Toutes nos félicitations à nos lauréats passionnés aux parcours inspirants. Bravo! 


Photos : Marc-André Girard Photographie
 
Voir aussi articles parus dans Le Devoir sur les lauréats : 
 
Source :
Gisèle Bolduc
INRS, 27 septembre 2017