Appuyer la recherche de pointe

2016-12-07

Appuyer la recherche de pointe

L'UQAM a obtenu 2 millions de dollars pour la création de 2 Chaires de recherche du Canada et pour le renouvellement de 2 autres chaires. À l'échelle canadienne, 203 chaires de recherche réparties dans 48 établissements d'enseignement postsecondaire ont été financées. L'annonce a été faite par Ottawa le 2 décembre dernier.


Photo: Istock

Nouvelles chaires

Mohammad-Ali Jenabian, professeur au Département des sciences biologiques, est le titulaire de la Chaire en immunovirologie. Son programme de recherche s'intitule «The role of regulatory T cells in HIV infection and musocal immunity». Près de 35 millions de personnes vivent avec le VIH dans le monde, dont 70 000 au Canada. Même si la thérapie antirétrovirale a globalement amélioré la santé et la défense immunitaire des personnes vivant avec le VIH, la fonction des cellules immunitaires qui contrôlent la multiplication du virus demeure altérée. Ainsi, le vieillissement précoce, dû à l'inflammation chronique, continue d'affliger les personnes affectées par le VIH. Le programme de recherche de Mohammad-Ali Jenabian porte sur la plasticité et la fonction des cellules T régulatrices (Tregs) – une sous-population de lymphocytes T CD4 qui ont des propriétés immunosuppressives – ainsi que sur les mécanismes de l'immunité mucosale. Il vise à comprendre le rôle des Tregs dans la progression de la maladie et dans le vieillissement précoce et à concevoir de nouvelles stratégies thérapeutiques.

Le professeur du Département de chimie Mohammed Siaj, directeur adjoint du Centre de recherche NanoQAM sur les nanomatériaux et l'énergie, est le titulaire de la Chaire sur les matériaux bidimensionnels pour des applications dans les domaines des capteurs chimiques et biologiques ainsi que de la télédétection. Son programme de recherche, intitulé «Functionnal Electroactive 2D-Materials for Bio and Chemical Sensing», s'intéresse principalement à la synthèse, à la caractérisation et à l’application des nouveaux matériaux 2D, incluant le graphène, dont il est l'un des spécialistes mondiaux. Les progrès spectaculaires réalisés en matière de contrôle des propriétés électroniques de ces nanomatériaux 2D conduira à des applications variées, à la fois dans le domaine de l’optique, de l’électronique et des capteurs chimiques et biologiques. Cela représente une occasion unique pour renforcer la position du Canada dans la synthèse des nouvelles générations de matériaux 2D électroactifs et de leurs applications.

Lire la suite >>>

Source :
Service des communications
Actualités UQAM, 6 décembre 2016