Endettés en période de crise

2017-04-10

Endettés en période de crise

Au cours des 25 dernières années, la dette totale des ménages par rapport au revenu disponible a presque doublé. Qu’adviendrait-il si une période d’instabilité financière survenait?

Illustration : Luc Melanson

Le bas de laine des Canadiens est en péril. À la fin de l’année 2015, les ménages y déboursaient près de 170 % de leur revenu afin de rembourser leurs dettes. Par comparaison, en 1990, la proportion était plutôt de 90 %! L’une des causes de cet endettement record : les prêts hypothécaires et les taux d’intérêt historiquement bas, qui ont stimulé la consommation dans les dernières années. Qu’arriverait-il à tous ces ménages vulnérables s’il survenait une nouvelle crise financière?

Une instabilité économique augmenterait les taux d’intérêt, entraînerait une récession et, possiblement, de nombreuses pertes d’emplois, répond Nicolas Boivin, professeur titulaire au département des sciences comptables de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR).

« Ce ne sont pas les PDG qui perdent leur emploi en premier. Ce sont plutôt ceux situés au bas de l’échelle, les gens les plus endettés », estime le professeur. Ces surendettés courent plus de risques d’être au chômage, dans le pire des cas, de faire faillite et, enfin, de recourir à l’aide sociale. « On ne laissera personne sans filet, rappelle Nicolas Boivin, mais il faut comprendre que toutes ces mesures sont payées par les deniers publics. »

Une fois pris à la gorge, ces surendettés ne contribuent plus à la croissance économique du pays. « Au contraire, ils deviennent dépendants. Collectivement, on assume donc les coûts de cette dégringolade », dit Nicolas Boivin.

Outre la société, c’est aussi l’individu et son couple qui peuvent souffrir du surendettement ! Après avoir sondé des milliers de ménages quant à leurs habitudes financières, Hélène Belleau, professeure en sociologie à l’INRS, s’est rendue à l’évidence que tout ce qui touche l’argent, hormis les dépenses quotidiennes, n’est pas un sujet facile. « La logique amoureuse fait en sorte qu’on se montre désintéressé, qu’on essaie de faire passer les intérêts du couple avant ses intérêts personnels; ce sont donc des questions très délicates à aborder », résume-t-elle. Pourtant, la chercheuse n’hésite pas à parler de « dettes transmises sexuellement » : des dettes accumulées par le ménage, qui peuvent peser lourd lors d’une séparation, du décès du conjoint ou au moment de la retraite.

Lire la suite >>>

Source :
Anabel Cossette Civitella
La recherche dans le réseau
de l'Université du Québec
Québec Science
Avril-mai 2017, p. : XVI.