Les chercheurs des établissements de l'Université du Québec au Congrès de l'ACFAS : le jeudi 12 mai 2016

2016-05-11

Les chercheurs des établissements de l'Université du Québec au Congrès de l'ACFAS : le jeudi 12 mai 2016

Les dix établissements du réseau de l'Université du Québec présenteront de nombreuses contributions scientifiques lors de la 84e édition du Congrès de l'Association francophone pour le savoir (Acfas). Ils seront des centaines de professeurs et de chercheurs du réseau à livrer plusieurs exposés, tant lors de colloques que de communications libres.

Tout au cours de l’Acfas, l'Université du Québec mettra quotidiennement de l'avant une communication scientifique sélectionnée pour chacun des dix établissements du réseau.

 

Parmi les sujets du jeudi 12 mai :

UQAM
Regard sur la mode de luxe
Marie-Eve FAUST - UQAM et al.
La mode de luxe est un créneau important de l’industrie de la mode. Le colloque propose un regard sur la création, la beauté, le superflu et l’ostentatoire de la mode de luxe, secteur d’activités économiques internationales en pleine croissance, un créneau qui s'adapte aux nouveaux marchés, aux pratiques durables et à la lutte à la contrefaçon.
9 h à 16 h
Bâtiment – Local : Pavillon de Mode, local : DM-1010
Relations de presse : André Valiquette, 514 987-3000, poste 3268, cell. : 514 574-0969, valiquette.andre@uqam.ca

UQTR
PDGmd-Santé : un outil pour l’évaluation et la gestion de la santé du dirigeant de PME et de son entreprise
Stéphanie AUSTIN- UQTR
L’innovation sociale présentée est un outil de diagnostic qui permet au dirigeant d’une PME de cibler les leviers sur lesquels il est possible d’agir pour prévenir, maintenir et améliorer sa santé, et ce, tout en contribuant au succès de son entreprise. Le contenu de l’outil a été développé à partir de travaux de recherche dans les domaines de la santé au travail et de la performance des PME. Il évalue : l’état de santé psychologique; les contraintes et les ressources psychosociales; les capacités de gestion; et la performance de l’entreprise. Cet outil permet aussi d’aider les organismes qui les accompagnent à détecter la vulnérabilité des PME et les diverses difficultés rencontrées à partir de l’état de santé de leur propriétaire dirigeant.
9 h 30
Bâtiment – Local : Pavillon J.-A.-DeSève (DS) – DS-2518
Personne-ressource : Stephanie Austin, 819 376-5011, poste 3170, Stephanie.Austin@uqtr.ca
Relations de presse : Jean-François Hinse, 819 244-4119, jean-francois.hinse@uqtr.ca

UQAC
FausTechnology : la séduction de l’immersion audiovisuelle
Yan Breuleux - UQAC
« La raison de vivre, l'homme l'apprend par les emblèmes, les images, les miroirs. Qui manie le miroir tient l'homme à sa merci ». Pierre Legendre
FausTechnology(2000) est une expérience nouveaux médias de 40 minutes basée sur une interprétation contemporaine du mythe de Faust à la lumière des changements technologiques. Faust, rêvant de donner à ses sens toutes les joies, à son esprit l'essor de l'aigle, à son ambition l'empire du monde, et ne pouvant réussir qu'avec le secours du Diable, se résout à signer un pacte avec lui. Une fois ce contrat diabolique signé, Méphistophélès, pour célébrer son triomphe, lui offre un spectacle. C'est à ce moment précis que débute la performance FausTechnology. Selon l’angle choisi pour la représentation de cette composition audiovisuelle, il s'agit d'adopter la perspective du Diable en faisant la démonstration de son pouvoir sur le public. Le public consent de ce fait à perdre son âme durant la présentation du spectacle. Formellement, le spectacle du diable est composée d'une progression lente d'une série de boucles visuelles et musicales en parfaite synchronisation visant à créer chez les spectateurs un état de transe hypnotique. L'oeuvre est conçue pour une projection sur trois écrans de très grande dimension formant une seule image et un système de sonorisation de haute puissance à multiples canaux. Nous nous intéresserons à l’interprétation du projet FausTechnology en lien avec les dimensions séductrices de l’immersion audiovisuelle
11 h 00
Bâtiment – Local : Pavillon Paul-Gérin-Lajoie (N) – N-M120
Personne-ressource : Yan Breuleux, 514 288-3447, poste 422, Yan_Breuleux@uqac.ca
Relations de presse : Marie-France Audet, 418-545-5011, poste 2274, Marie-France_Audet@uqac.ca

UQAR
L’université (ré)interprétée selon les référentiels de politiques publiques
J
ean Bernatchez - UQAR
Un référentiel est une « vision du monde »  qui se traduit dans l’action politique. Il est global lorsqu’il conditionne tous les secteurs de la société, comme c’est le cas avec le capitalisme financier. Il est sectoriel lorsqu’il conditionne un secteur de la société, l’enseignement supérieur par exemple, avec le capitalisme cognitif. On observe une transition d’un référentiel global à un autre, à cause d’un nouveau régime d’action publique (l’État désectorisé) et d’un nouveau régime de citoyenneté (la citoyenneté en réseaux). Comment ce changement paradigmatique se traduira-t-il dans l’université de demain ?
9 h 30
Bâtiment – Local : Pavillon J.-A.-DeSève – DS-2508
Personne-ressource : Jean Bernatchez, professeur en sciences de l’éducation, 418 723-1986, poste 1267, jean_bernatchez@uqar.ca
Relation de presse : Jean-François Bouchard, Service des communications, 418 723-1986, poste 1426, jean-francois_bouchard@uqar.ca  

UQO
Communautés territoriales et vitalité linguistique : quels terreaux sont les plus fertiles?
Mathieu Charron, professeur au Département des sciences sociales - UQO
Cette présentation porte sur la capacité des communautés minoritaires à agir sur leur développement. Plusieurs concepts visent à circonscrire les conditions qui font que certaines communautés parviennent mieux que d’autres à leurs fins. Ces concepts peuvent être considérés comme autant d’outils permettant de mieux comprendre la capacité de mobilisation des  communautés et, en quelque sorte, ils renvoient aux communautés comme acteurs politiques. On peut les regrouper en deux grandes catégories : pouvoir économique et pouvoir social. Après avoir défini ces principaux concepts, je présenterai quelques résultats qui laissent croire que les communautés francophones en situation minoritaire ne bénéficient pas toutes des mêmes capacités d’auto-détermination.
Il s’avère que les communautés bien nanties en pouvoir social composent pour la plupart avec des situations économiques décroissantes qui, inévitablement, nuisent à leur développement. À l’opposé, des communautés plus minoritaires et volatiles, généralement mieux pourvues en pouvoir économique, doivent composer avec des déficits identitaires qui peuvent nuire à la vitalité de français.
La discussion des concepts de pouvoir social et de pouvoir économique et leur organisation géographique, sera appuyé par des résultats statistiques provenant des microdonnées de recensement et de l’Enquête sur la vitalité des minorités de langue officielle.
15 h 50
Bâtiment – Local : Pavillon Paul-Gérin-Lajoie (N) – N-M110
Relations de presse : Louis Lafortune, 819 595-3900, poste 3956, louis.lafortune@uqo.ca

UQAT
Relation de confiance, un ancrage incontournable en contexte de recherche autochtone : témoignages de recrutement de participants atikamekw, inuits, innus et anicinapek en éducation
Yvonne Da silveira, professeure à l’Unité d'enseignement et de recherche en sciences de l'éducation, directrice de l'Unité de recherche, de formation et de développement en éducation en milieu inuit et amérindien (URFDEMIA) – UQAT, Glorya Pellerin et Véronique Paul - UQAT, Elisabeth Jacob et Annie Charron - UQAM, Christiane Blaser - Université de Sherbrooke
Cette communication présente trois témoignages décrivant trois expériences vécues du processus de recrutement de participants en contexte de recherche autochtone et qui confirment l’affirmation que « le recrutement va de pair avec le consentement ». Le premier témoignage provient d’une recherche doctorale en cours portant sur les rôles des enseignantes autochtones à l’éducation préscolaire pour favoriser l’émergence de l’écrit en contexte de jeu symbolique (Jacob, 2016); le deuxième découle d’une recherche visant la mise en place d’une approche d’accompagnement à la formation des enseignants inuit par la vidéoconférence (Pellerin et al., 2011); et le troisième, d’une recherche qui a porté sur l’exploration de nouvelles pratiques d’enseignement pour favoriser le développement de la compétence à écrire d’élèves autochtones du primaire (da Silveira et al., 2015).
15 h 15
Bâtiment – Local : Pavillon J.-A.-DeSève (DS) – DS-1420
Relation de presse : Nathalie Cossette, 819 762-0971, poste 2628, nathalie.cossette@uqat.ca

INRS
Les stratégies d’innovation des municipalités dans la gestion des risques de désastres naturels
Kaddour Mehiriz -  INRS et Pierre Gosselin - Université Laval
Les municipalités au Québec sont les premiers répondants dans le cas d’aléas météorologiques extrêmes. Pour prendre en charge correctement cette responsabilité, elles doivent continuellement améliorer leurs pratiques afin de s’adapter aux nouvelles réalités résultant des changements climatiques. Nous présentons ici les résultats d’un sondage relatifs aux stratégies d’innovation des municipalités dans la gestion des risques de désastres naturels qui a été réalisé au Québec en 2014. L’étude permet ainsi de mettre la lumière sur un sujet qui a fait l’objet de peu d’études en administration publique.
14 h
Bâtiment – Local : Pavillon Paul-Gérin-Lajoie (N) – N-M340
Relations de presse : Gisèle Bolduc, 418 654-3817, gisele.bolduc@adm.inrs.ca

ENAP
La résilience de la santé publique comme pilier de la résilience de la population face aux nouveaux dangers : les leçons à tirer de la gestion de crise
Julie-Maude Normandin - ENAP
Au-delà des catastrophes de grande envergure, la gestion de crise vise à mieux comprendre le comportement des organisations confrontées à un événement qui provoque une perte de références. Dans un contexte où les organisations en santé publique subissent une diminution de leurs capacités tout en devant répondre à des risques grandissants en pleine mutation, cette discipline offre des pistes de solutions multiples et adaptées. D’abord, nous analyserons comment les importantes vagues de compressions en santé publique peuvent non seulement provoquer d’importantes remises en question parmi les professionnels, mais également accroître la vulnérabilité des organisations à vivre des crises. Par la suite, nous démontrerons de quelles façons les organisations en santé publique peuvent développer leur résilience organisationnelle et interorganisationnelle afin de mieux faire aux crises comme les conséquences des changements climatiques. Enfin, nous nous pencherons sur les nouveaux défis que devra relever la santé publique pour mieux développer la résilience de la population face aux crises.
13 h 20
Bâtiment – Local : Pavillon J.-A.-DeSève (DS) – DS-2520
Personne-ressource : julie-maude.normandin@enap.ca
Relations de presse : Manon Malenfant, 418 641-3000, poste 6212, manon.malenfant@enap.ca

ÉTS
Enlèvement intensif des nitrates par utilisation de procédé électrochimique
Ahmed Enmili - ÉTS, Frédéric Monette et Abdelkrim Azzouz
La pollution des milieux aquatiques par les nitrates constitue un problème qui touche autant les eaux souterraines (ex. : nappes phréatiques, puits) que les eaux de surface (ex. : lacs, rivières, lagunes). L'utilisation massive d'engrais artificiels a entraîné la dispersion de grandes quantités d’azote dans les eaux souterraines et de surface, en plus des rejets industriels et urbains riches en composés azotés. Les concentrations importantes en nitrates sont à l’origine du phénomène de l’eutrophisation des lacs, rivières et même des mers. Une forte concentration de nitrates dans l'eau peut provoquer une méthémoglobinémie ou « syndrome du bébé bleu ». Dans cette perspective, le présent projet de recherche vise à développer une méthode d’enlèvement intensif des nitrates pour répondre aux besoins en matière d’épuration des eaux usées et d’enlèvement des nitrates. Les processus électrochimiques permettent la réduction des nitrates par leur transformation en deux produits non nocifs à savoir l’azote gazeux  et l’oxygène. L’étude vise à évaluer l’efficacité de la réduction des nitrates dans l’eau contaminée par des nitrates en ajoutant l’un des trois groupes d’agents promoteurs de réaction électrochimiques (ou une combinaison de ceux-ci), soit des sels, des acides et des argiles (bentonite, illite, kaolin ). La présentation illustrera les résultats d’une recherche en cours en s’appuyant sur des essais effectuées à l’aide d’un montage pilote de laboratoire.
13 h 00 - 16 h 30
Bâtiment – Local : Pavillon Sainte-Catherine (V) – V-2830
Personne-ressource : Frédéric Monette, 514 396-8498, frederic.monette@etsmtl.ca

TÉLUQ
Les contributions de la science politique à la santé des populations : propositions pour un agenda de recherche
France Gagnon, professeure, École des sciences de l’administration - TÉLUQ
Le champ contemporain québécois de la santé des populations est confronté à de nombreuses contraintes qui proviennent de sources diverses. On constate ainsi la mise en place de nouvelles politiques de santé et de gouvernance marquées par des transformations dans les modes d’organisation dans les réseaux de santé et de services sociaux. Celles-ci visent à améliorer l’intégration des différents services offerts à la population dans une perspective territoriale, ce qui nécessite de nombreuses adaptations sur le plan juridique et administratif, financier et organisationnel. Mais elles s’accompagnent aussi de tendances à la privatisation privilégiant une approche de type entrepreneurial, d’où une reconfiguration des rapports entre les domaines public et privé. Les mesures d’austérité économiques ne sont pas non plus sans avoir des conséquences sur le financement des services et leur accès. Comment ces transformations politiques et systémiques touchent-elles les populations et leur état de santé? Contribuent-elles à maintenir, ou non, les inégalités sociales et les vulnérabilités en santé? Comment interviennent-elles sur les pratiques et les stratégies d’intervention des professionnels de la santé? Sur les enjeux éthiques, la formation, la recherche et la relève? Ces tendances se retrouvent-elles ailleurs dans le monde? Pour répondre à ces questionnements, le Réseau de recherche en santé des populations du Québec (RRSPQ) organise un colloque international, interuniversitaire, interdisciplinaire et intersectoriel. Les thèmes retenus pour explorer ces problématiques renvoient aux axes de réflexion stratégiques privilégiés par le Réseau : éthique; inégalités sociales, de santé, et soins de première ligne; politiques publiques; santé mentale; santé mondiale; technologies de l’information et de la communication (TIC) et santé; formation interdisciplinaire. Ce colloque est l’occasion de créer un espace de rencontre entre des chercheurs et des étudiants locaux, nationaux et étrangers.
14 h
Bâtiment – Local : Pavillon des Sciences de la gestion (R) – R-M140
Relations de presse : Denis Gilbert, 1 800 463-4728 poste 5282, denis.gilbert@teluq.ca

 

À propos de l'Université du Québec
Les établissements de l’Université du Québec poursuivent leur mandat d’accessibilité à l’enseignement supérieur, de développement scientifique du Québec et de développement de ses régions en rendant les connaissances disponibles sur les différents défis qui confrontent nos sociétés.

Ensemble, les dix établissements du réseau de l’Université du Québec représentent une force vive. Aujourd’hui, ce sont 102 000 étudiants qui fréquentent plus de 1 000 programmes offerts par les établissements du réseau : l’Université du Québec à Montréal, l’Université du Québec à Trois-Rivières, l’Université du Québec à Chicoutimi, l’Université du Québec à Rimouski, l’Université du Québec en Outaouais, l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, l’Institut national de la recherche scientifique, l’École nationale d’administration publique, l’École de technologie supérieure et la Télé-université. Plus de 7 000 professeurs et chargés de cours et plus de 4 200 employés réguliers y assurent dans le quotidien la mission universitaire d’enseignement et de recherche.

-30-

 

Source :
Valérie Reuillard
Directrice des communications
Université du Québec
Téléphone : 418 657-4432
Cellulaire : 418 573-5785