Les chercheurs des établissements de l'Université du Québec au Congrès de l'ACFAS : le mercredi 8 mai 2013

2013-05-07

Les chercheurs des établissements de l'Université du Québec au Congrès de l'ACFAS : le mercredi 8 mai 2013

Les dix établissements du réseau de l'Université du Québec présenteront près de 30% des contributions scientifiques diffusées dans le cadre de la 81e édition du Congrès de l'Association francophone pour le savoir (ACFAS). Ils sont 723 professeurs et chercheurs du réseau qui livreront 976 exposés scientifiques, tant lors de colloques que de communications libres.



Pour chacune des journées du Congrès, un communiqué de l'Université du Québec mettra de l'avant une communication scientifique sélectionnée par établissement pour le lendemain ainsi que les coordonnées des personnes à contacter.

Parmi les sujets du mercredi 8 mai :

UQAM
Communication internationale et conflits dans le monde à l'ère des technologies émergentes
Jean-Jacques BOGUI, Christian AGBOBLI, UQAM
Après avoir cru naïvement que les médias sociaux allaient révolutionner l'information et faire contrepoids aux grands conglomérats de presse, nous vivons maintenant à l'ère où le risque de manipulation et de mensonge, dans les médias sociaux, est multiplié.
8 h 30 ? 10 h 30
Pavillon Charles-de Koninck ? 3E
Relation de presse : André Valiquette, 514-987-3000 poste 3268, valiquette.andre@uqam.ca

UQTR
Sexe, alcool et rock'n roll : l'étudiante universitaire et la prise de risques
Sara-Maude Joubert UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières, Julie Carpentier UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières, Chantal Plourde À déterminer, Julie Marcotte, Natacha Brunelle UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières, Natacha Brunelle.
De nombreuses études ont documenté les comportements à risque (CAR) adoptés par les hommes qui fréquentent des institutions d'enseignement post-secondaires, mais très peu sur les femmes en explorant plusieurs catégories de CAR (physique, financier, sexuel, académique, etc). L'objectif de cette étude est de documenter la propension à la prise de risques des étudiantes post-secondaires québécoises âgées entre 18 à 30 ans. Il s'agit de vérifier si la propension à la prise de risque dans certains domaines est plus élevée en fonction de certaines variables sociodémographiques.
8 h 30
Pavillon Charles-de Koninck ? 1257
Personne-ressource : Julie Carpentier, 819-376-5011, poste 4090, julie.carpentier@uqtr.ca
Relations de presse : Jean-François Hinse, 819-244-4119, jean-francois.hinse@uqtr.ca

UQAC
Impact du vieillissement sur la microstructure surfacique et la mouillabilité du tremble (Populus tremuloides) traité thermiquement
Xianai HUANG UQAC - Université du Québec à Chicoutimi, Duygu KOCAEFE UQAC - Université du Québec à Chicoutimi, Yasar KOCAEFE UQAC - Université du Québec à Chicoutimi, Yaman BOLUK, André PICHETTE UQAC - Université du Québec à Chicoutimi
Le traitement thermique du bois à haute température (entre 180°C et 230°C) confère des nouvelles propriétés au bois : meilleure stabilité dimensionnelle et résistance biologique contre les microorganismes, couleur foncée attirante. Mais est-ce que ce bois vieillit bien ?
10 h 00 - 13 h 00
Pavillon Ferdinand-Vandry ? Atrium du niveau 1 (zone B)
Personne-ressource : Duygu Kocaefe, 418-812-7205, duygu_kocaefe@uqac.ca
Relations de presse : Jean Wauthier, 418-545-5011 poste 5007, jean_wauthier@uqac.ca

UQAR
Le vécu psychologique des jeunes victimes de violence à l'école
Julie Beaulieu, UQAR
La violence constitue une réalité à laquelle les élèves sont confrontés quotidiennement. Au cours des dernières années, l'intensité des actes violents perpétrés en milieu scolaire a augmenté, affectant ainsi plus durement les victimes. L'étude présentée dans le cadre de cette communication a pour but de tracer le portrait du vécu psychologique des élèves victimes de violence par leurs pairs à l'école secondaire. Plus précisément, elle vise à décrire la relation entre la victimisation par les pairs, l'estime de soi, la dépression et les idées
suicidaires.
Pavillon J.-A-de Sève ? 1245
Personne-ressource : Julie Beaulieu, professeure en sciences de l'éducation, 418 833-8800 poste 3267, julie_beaulieu@uqar.ca
Relations de presse : Jean-François Bouchard, Service des communications de l'UQAR, 418 723-1986 poste 1426, jean-francois_bouchard@uqar.ca

UQO
Repenser la famille, renouveler les pratiques, adapter les politiques
Isabel Côté, professeure au Département de travail social de l'Université du Québec en Outaouais.
Deux mères, un donneur et des enfants : motivations des actrices et acteurs quant à l'établissement de la famille lesboparentale avec donneur connu

Une des pratiques familiales émergentes méconnue est la famille homoparentale. Bien qu'elle soit l'objet de recherche depuis plusieurs années, il reste un important travail de production de savoirs sur cette dynamique familiale. Cette communication présente une partie des résultats d'une recherche portant sur un type spécifique de famille homoparentale soit la famille lesboparentale dont les enfants sont nés d'un donneur de sperme connu. Plus spécifiquement, nous analyserons les motivations des mères à avoir leurs enfants avec un donneur connu et les raisons qui ont amené les donneurs à collaborer à l'établissement du projet parental du couple lesbien.
11 h
Pavillon Charles-de Koninck, local 1260
Relations de presse : Gilles Mailloux, 819-595-3900 poste 3981; gilles.mailloux@uqo.ca

UQAT
Prise en charge d'activités d'aménagement forestier par les communautés autochtones : réflexions issues d'une recherche exploratoire au Québec

Hugo Asselin, professeur-chercheur titulaire de la Chaire de recherche du Canada en foresterie autochtone, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
Longtemps polarisés entre les acteurs étatiques et privés, la gestion et l'aménagement des ressources forestières impliquent de plus en plus de nouveaux acteurs territoriaux, telles les communautés autochtones. Au Canada ? sur la base de droits ancestraux reconnus par la constitution ? les communautés autochtones sont porteuses de revendications politiques et territoriales. Basée sur les résultats d'une recherche qualitative exploratoire, cette communication s'intéresse à des initiatives actuelles et passées d'aménagement forestier en contexte autochtone au Québec.
14 h 30
Pavillon Charles-de Koninck ? 1443
Relations de presse : Anne-Marie Nadeau, 1 877 870-8728 poste 2204, Cellulaire : 819 277-0764

INRS
Les télécommunications en zone de désastre

Jean-Charles Grégoire, INRS
Regards sur la gestion des risques et des crises dans le contexte d'une société de plus en plus interdépendante envers ses larges systèmes technologiques : énergie, transport, eau potable, télécommunications.
14 h ? 15 h
Pavillon Ferdinand-Vandry ? 1226
Relations de presse : Stéphanie Thibault, 450 687-5010, poste 8865, stephanie.thibault@adm.inrs.ca

ÉTS
Réseau électrique intelligent : de l'idée à la réalité
Table ronde (Experts - Décideurs)

François Gagnon et al. - École de technologie supérieure
La recrudescence des problèmes environnementaux résultant des changements climatiques ont permis de mettre en évidence notre surconsommation d'énergie. Cette dépendance énergétique atteint aujourd'hui un sommet sans précédent dans l'histoire et force les grands décideurs à s'activer pour mettre en place des politiques d'efficacité énergétique. Plusieurs compagnies électriques et les organismes dans le domaine de l'énergie dans le monde multiplient les initiatives dans la promotion « des énergies propres et renouvelables », comme signes tangibles de ce virage « vert ». Au-delà d'une prise de conscience collective, il faut fournir les outils et les informations permettant aux utilisateurs finaux, d'une part, et aux producteurs, transporteurs et distributeurs d'énergie, d'autre part, de collaborer dans cet effort d'efficacité énergétique. Pour répondre à ce besoin, la communauté scientifique s'accorde sur l'utilisation des technologies de l'information et de la communication pour rendre le réseau électrique plus interactif, efficace et robuste.
15 h 45 - 17 h 00
Pavillon Alexandre-Vachon, local 2870
Relation de presse : Antoine Landry, 514-396-8649, antoine.landry@etsmtl.ca

TÉLUQ
Les politiques de propriété intellectuelle des établissements d'enseignement supérieur et le bien public

Marc Couture, TÉLUQ
Selon les textes fondateurs, la propriété intellectuelle (PI) vise à favoriser le progrès des connaissances. Mais deux approches s'affrontent ici. D'après la première, que l'on peut qualifier de mercantile, la PI encourage la création en permettant à la créatrice ou au créateur, qui détient les droits d'utilisation sur ses créations, de les céder, avec compensation financière, à un tiers qui les commercialisera avec profit. Cela convient à celles et à ceux qui entendent vivre de leur activité et aux entreprises qui commercialisent leur créations. Selon la seconde, qui se réclame du bien public, le progrès des connaissances repose sur la (ré)utilisation maximale des créations, la PI devant servir cet objectif. Cela interpelle les organisations financées par les fonds publics, dont notamment les établissements d'enseignement supérieur, lieux privilégiés de création. Ces établissements doivent se doter de politiques qui définissent les types de créations couvertes, le partage des droits entre les personnes ayant contribué à la création et les règles couvrant leur utilisation. Chacun de ces éléments fait intervenir des valeurs et des traditions, pouvant varier selon les contextes ou les domaines. Ces politiques doivent aussi prendre position sur l'enjeu mentionné plus haut. À la lumière de l'étude exhaustive de la réglementation des universités canadiennes en matière de PI, comment l'élaboration ou la révision des politiques peut-elle s'inspirer de cette seconde approche ?
10 h 20
Pavillon Alexandre-Vachon (local 3860)
Personne-ressource : Marc Couture, 1 800 463-4728, poste 2830, marc.couture@teluq.ca
Relations de presse : Denis Gilbert, 1 800 463-4728, poste 5282, denis.gilbert@teluq.ca

À propos de l'Université du Québec
Les dix établissements du réseau de l'Université du Québec ont pour mission de faciliter l'accessibilité à l'enseignement universitaire, de contribuer au développement scientifique du Québec et au développement de ses régions. Aujourd'hui, ce sont 92 000 étudiants qui fréquentent les 750 programmes offerts par les établissements du réseau: l'Université du Québec à Montréal, l'Université du Québec à Trois-Rivières, l'Université du Québec à Chicoutimi, l'Université du Québec à Rimouski, l'Université du Québec en Outaouais, l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, l'Institut national de la recherche scientifique, l'École nationale d'administration publique, l'École de technologie supérieure et la Télé-université. 6 600 professeurs et chargés de cours et près de 4 000 employés réguliers y assurent dans le quotidien la mission universitaire d'enseignement et de recherche.

 

-30-


Source :
Valérie Reuillard
Directrice des communications
Université du Québec