Les chercheurs des établissements de l'Université du Québec au Congrès de l'Acfas : mardi 9 mai 2017

2017-05-08

Les chercheurs des établissements de l'Université du Québec au Congrès de l'Acfas : mardi 9 mai 2017

Les dix établissements du réseau de l'Université du Québec présenteront de nombreuses contributions scientifiques lors de la 85e édition du Congrès de l'Association francophone pour le savoir (Acfas). Ils seront des centaines de professeurs et de chercheurs du réseau à livrer plusieurs exposés, tant lors de colloques que de communications libres.

Tout au cours de l’Acfas, l'Université du Québec mettra quotidiennement de l'avant une communication scientifique sélectionnée pour chacun des dix établissements du réseau.

 

Parmi les sujets du mardi 9 mai :


UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL (UQAM)

L’éthique de la diffamation
Ania Wroblewski - UQAM
Qu’en est-il quand on veut dire du mal de quelqu’un? Existe-t-il un moyen de le faire de manière éthique, ou, du moins, littéraire? Peut-on « tuer » avec les mots?
15 h 40
Bâtiment - Local : (OM) OTTO MAASS - (OM) 328
Relations de presse : André Valiquette, 514-987-3000 poste 3268, valiquette.andre@uqam.ca


UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES (UQTR)

Intégration dans la communauté des aînés vivant avec un trouble mental
Ginette Aubin et Pierre-Yves Therriault - UQTR
Les aînés vivant avec un trouble mental ou des difficultés psychosociales (ADP) vivent de l’isolement, de la marginalisation et de l’exclusion. Leur intégration dans la communauté est un processus menant à l’accomplissement d’activités significatives avec autrui dans la communauté. L’approche d’accompagnement citoyen personnalisé d’intégration communautaire (APIC), a été expérimentée en Mauricie. Elle est effectuée par un accompagnateur-citoyen issu de la communauté. Il rencontre hebdomadairement un aîné pour le soutenir dans ses démarches d’intégration. L’étude pilote visait à s’assurer de l’acceptabilité et la faisabilité de l’APIC auprès d’ADP et à mieux en comprendre les effets sur les accompagnés.
14 h
Bâtiment - Local : (WH) WILSON HALL - (WH) 110
Personne-ressource : Ginette Aubin, 819-376-5011 #3744, Ginette.Aubin@uqtr.ca 
Relations de presse : Jean-François Hinse, 819-244-4119, jean-francois.hinse@uqtr.ca


UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À CHICOUTIMI (UQAC)

Enjeux politiques de la représentation de la sexualité dans les séries télévisées
Anne-Martine Parent - UQAC
Mon étude des téléséries est fondée sur une méthodologie acquise en études littéraires et sur une perspective influencée par les études féministes et culturelles. La série télévisée est ainsi à la fois : 1) un objet d’étude en soi, avec ses stratégies de représentation et de signification narratives, visuelles, sonores, etc.; et 2) un produit culturel qui interagit avec les discours sociaux et possède une capacité de reconduction ou de remise en question de ces discours. Je propose de montrer, dans ma communication, cette double nature de la série télévisée impliquée par mon approche, et la méthodologie qu’elle engage. J’utiliserai comme exemple la représentation de la sexualité dans les séries télévisées et ses enjeux politiques. J’analyserai quelques scènes représentant explicitement des actes sexuels tirées de séries comme Girls (HBO), Sense8 (Netflix) et Broad City (Comedy Central) afin de démontrer les stratégies utilisées en matière de représentation et de signification et leurs effets discursifs en termes d’enjeux politiques féministes et culturels.
10 h 40
Bâtiment – Local  : (BR) BRONFMAN - (BR) 340
Personne-ressource : Anne-Martine Parent, 418 290-0384
Relations de presse : Marie-France Audet, 418 545-5011, poste 2274, marie-france.audet@uqac.ca


UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI (UQAR)

Les règles de financement et leur instrumentation
Martin Maltais - UQAR
Le financement des universités est la trame d'influence principale de leur développement. Si elles connaissent depuis leurs premiers jours des pressions des institutions religieuses et étatiques, jamais l'influence sur leur développement n'a été aussi précise et efficace. La présentation aborde l'effet de transformations plus récentes dans le financement des universités au Québec, transformations qui ont débuté par la dernière révision des règles de financement en 2005-2006, faites par le gouvernement du Québec et qui sont le prélude à l'avènement d'une différenciation accrue des universités québécoises et de son corps professoral.
9 h 50
Bâtiment – Local : (L) LEACOCK – (L) 232
Personne-ressource : Martin Maltais, professeur en sciences de l’éducation, martin_maltais@uqar.ca.
Relations de presse : Jean-François Bouchard, 1 418 723-1986, poste 1426, jean-francois_bouchard@uqar.ca


UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN OUTAOUAIS (UQO)

Cadre conceptuel de la Chaire UNESCO Démocratie, citoyenneté mondiale et éducation transformatoire
Paul R. Carr, professeur au Département des sciences de l’éducation – UQO, Gina Thésée, professeure au Département de didactique de la Faculté des sciences de l’éducation – UQAM
Le professeur Carr est le titulaire de la toute première Chaire UNESCO à l’UQO. Celle-ci a été lancée officiellement le 23 mars 2017. Cette session se veut d’ailleurs une présentation de la Chaire UNESCO en Démocratie, citoyenneté mondiale et éducation transformatoire (DCMÉT), que les deux conférenciers viennent d’obtenir, respectivement comme titulaire et cotitulaire.
Les deux professeurs présenteront leur projet de recherche (2012-2017) Démocratie, alphabétisation politique et éducation transformatoire (DAPET) et qui fut précédé par le Global Doing Democracy Research Project (Projet de recherche international sur la démocratie participative), cofondé par Paul R. Carr et David Zyngier. Depuis plus d’une décennie, Paul R. Carr et Gina Thésée se sont engagés dans plusieurs projets, débats et collaborations sur le plan local, national et international, contribuant ainsi au champ reliant l’éducation et la démocratie. L’objectif de cette session est de présenter certains des modèles conceptuels et théoriques qu’ils ont développés à partir des résultats issus des deux projets de recherche, notamment en lien avec des notions transdisciplinaires reliant divers domaines tels les médias, l’environnement, les perspectives sociocritiques (antiracisme, anticolonialisme, féminisme, pédagogie critique).
8 h 40
Bâtiment – Local : (T) TROTTIER - (T) 70
Relations de presse : Louis Lafortune, 819-595-3900 poste 3956, louis.lafortune@uqo.ca


UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE (UQAT)

La gestion de certaines MRF comme les boues de désencrage peut-elle avoir un rôle dans la lutte contre le changement climatique?
Emna Marouani, étudiante – UQAT, Ahmed Koubaa, professeur titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la valorisation, la caractérisation et la transformation du bois – UQAT et coll.
L’épandage des matières résiduelles fertilisantes (MRF) sur les sols agricoles et forestiers s’est avéré par rapport à l’enfouissement et aux autres formes de valorisation énergétique, une piste prometteuse et efficace pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. D’autant plus, que d’ici 2020, il serait interdit d’enfouir les MRF. Parmi les MRF, on cite les boues de désencrage (BDD), qui sont d’origine lignocellulosique avec un rapport C : N élevé, favorisant ainsi le stockage et la séquestration du carbone plutôt que la minéralisation ou la dégradation de la matière organique. Certains auteurs ont comparé les effets sur le sol d’un amendement par les BDD aux effets du non-labour (semis direct). Ce qu’on propose à travers ce travail dans un premier temps, c’est de produire un compost et des granules fertilisantes à base de ces boues pour des usages agricoles et sylvicoles tout en évaluant l’impact sur l’environnement et de comparer et quantifier l’émission de CO2 entre les différentes formes (boue non traitée, compost, granules). Pour l’épandage sylvicole, la valorisation en granules fertilisantes semble être une voie intéressante pour favoriser le stockage du carbone et contribuer à la lutte contre les changements climatiques. Dans une approche plus globale, l'épandage des BDD sur des sols forestiers contribue à rétablir un certain équilibre. En effet, les BDD sont issues de la pâte à papier, produite à partir des copeaux de bois, qui eux sont issus de la forêt.
14 h 25
Bâtiment – Local : (W) WONG - (W) 1030
Relations de presse : Nathalie Cossette, 1 877 870-8728 poste 2628, nathalie.cossette@uqat.ca


INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE (INRS)

La recomposition familiale au prisme des relations entre (beau) parent et (bel) enfant
Mélanie Pearson et Laurence Charton de l’INRS
L’arrivée d’un nouveau conjoint dans une famille déjà formée conduit en effet à d’importants changements structurels, mais aussi relationnels, que ce soit entre parent et enfant(s), entre nouveaux conjoints ou entre beau-parent et bel-enfant. L’analyse de 30 entrevues réalisées récemment auprès de 15 couples de parents et beaux-parents québécois, contribuera à mieux comprendre les dynamiques familiales au sein d’une famille recomposée et le rôle qui est joué par chaque conjoint, un enjeu qui n’a pas encore fait l’objet de recherches poussées.
14 h
Bâtiment – Local : (BH) BURNSIDE HALL - (BH) 1B23
Relations de presse : Gisèle Bolduc, 418 654-3817, gisele.bolduc@adm.inrs.ca


ÉCOLE NATIONALE D’AMINISTRATION PUBLIQUE (ENAP)

Les projets novateurs d’habitation pour personnes âgées au Québec : que sont-ils devenus 10 ans plus tard?
Louis Demers - ENAP
En 2003, le ministère de la Santé et des Services sociaux lançait un programme de subvention permettant à des entreprises privées ou à des organismes sans but lucratif d’offrir un lieu d’habitation avec services à des aînés en perte d’autonomie dans le cadre d’un partenariat avec un centre de santé et de services sociaux. Chaque projet devait également inclure des partenaires du milieu.
L’appel à projets a suscité des propositions très variées. La dynamique de formulation et de mise en œuvre des projets et le partage des responsabilités entre les partenaires ont ainsi varié d’un projet à l’autre. Ces projets constituent de beaux cas d’innovation sociale puisqu’ils visaient explicitement à expérimenter des modes de collaboration inédits entre deux « mondes », soit celui, public, de la santé et des services sociaux et celui, privé – à but lucratif ou non –, de l’habitation. En 2006 et 2007, nous avons étudié huit des 31 projets novateurs financés, sélectionnés selon deux critères : taille du projet (nombre de places <16, ≥16) et statut juridique du principal partenaire privé : à but lucratif ou à but non lucratif.
Cette présentation vise à proposer une typologie des huit projets étudiés, à rendre compte des facteurs qui ont favorisé la réussite de leur lancement, à présenter ce qu’ils sont devenus en 2017 et à interpréter la trajectoire de ces innovations sociales à la lumière d’une réflexion sur la structuration des services aux personnes âgées au Québec.
10 h 15
Bâtiment – Local : (L) LEACOCK - (L) 26
Personne-ressource : louis.demers@enap.ca
Relations de presse : Manon Malenfant, 418 641-3000, poste 6212, manon.malenfant@enap.ca


ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE (ÉTS)

Techniques de visualisation et d’exploration ontologique et applications autoadaptatives
Louis Bhérer - ÉTS
À l’intérieur des bases de données sémantiques, les modèles de données sont pérennisés dans le même langage que les données elles-mêmes, ce qui permet d’écrire des requêtes interrogeant les deux simultanément. Ces requêtes génériques, si elles sont appuyées par des fonctions génériques dans la partie serveur et par des composantes génériques dans l’interface client, peuvent mener à des systèmes d’information génériques.
Ce constat a mené au développement de deux paradigmes de visualisation et d’exploration ontologique. D’une part un constructeur de requête visuelle a été développé. Celui-ci permet de parcourir un modèle de données et de construire visuellement une requête SPARQL qui ramène les données voulues. D’autre part, un système d’information autoadaptatif permettant de parcourir un modèle par ses instances a aussi été développé. Celui-ci offre une approche beaucoup plus intuitive à l’exploration ontologique, mais son expressivité est moindre par rapport au constructeur de requête visuelle.
Ces deux paradigmes seront présentés, discutés et comparés.
10 h 45
Bâtiment – Local : (BR) BRONFMAN - (BR) 45
Personne-ressource : Louis Bhérer, louisbherer@hotmail.com


TÉLUQ

Formation en ligne sur l’intervention en contexte de diversité : expérience d’une conception en partenariat
Patrick Plante, professeur, Département Éducation – Université TÉLUQ
Intervenir dans le domaine psychosocial dans les services Info-Social et AAOR en contexte d’immigration récente et de diversité culturelle est une formation en ligne dont l’objectif est de valoriser l’approche en interculturel dans les services sociaux. Plus spécifiquement, la communication portera sur les résultats des processus mis en place afin d’améliorer l’ergonomie pédagogique de la formation.
Au-delà des activités de validation propres à la formation et qui servent à mesurer les apprentissages et à offrir des rétroactions, plusieurs outils et méthodologies (quantitative et qualitative) ont été utilisés afin de mesurer la qualité de l’ergonomie de la plateforme et de la formation. Utilisant une méthodologie fondée sur une approche centrée sur l’utilisateur (Nielsen, 2000; Nogier, 2008), quatre questionnaires ont permis de collecter de l’information sur la convivialité, la lisibilité, l’interface et le design de l’environnement d’apprentissage auprès de 40 personnes. Des entretiens téléphoniques ont permis d’identifier ou de confirmer l’ajout d’améliorations. Le processus itératif de la production impliquant plusieurs personnes, jumelé aux outils de validation de l’ergonomie ont permis de créer une formation adaptée aux besoins du milieu et des utilisateurs au profit d’une meilleure intervention en contexte de diversité.
13 h 25
Bâtiment – Local : (WH) Wilson Hall – (WH) 103
Relations de presse : Denis Gilbert, 1 800 463-4728 poste 5282, denis.gilbert@teluq.ca


À propos de l'Université du Québec
Les établissements de l’Université du Québec poursuivent leur mandat d’accessibilité à l’enseignement supérieur, de développement scientifique du Québec et de développement de ses régions en rendant les connaissances disponibles sur les différents défis qui confrontent nos sociétés.

Ensemble, les dix établissements du réseau de l’Université du Québec représentent une force vive. Aujourd’hui, ce sont 102 000 étudiants qui fréquentent plus de 1 000 programmes offerts par les établissements du réseau : l’Université du Québec à Montréal, l’Université du Québec à Trois-Rivières, l’Université du Québec à Chicoutimi, l’Université du Québec à Rimouski, l’Université du Québec en Outaouais, l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, l’Institut national de la recherche scientifique, l’École nationale d’administration publique, l’École de technologie supérieure et la TÉLUQ. Plus de 7 000 professeurs et chargés de cours et plus de 4 200 employés réguliers y assurent dans le quotidien la mission universitaire d’enseignement et de recherche.

-30-

Source :
Valérie Reuillard
Directrice des communications
Université du Québec
Téléphone : 418 657-4432
Cellulaire : 418 573-5785