Les chercheurs des établissements de l'Université du Québec au Congrès de l'ACFAS à Montréal pour le vendredi 11 mai 2012

2012-05-10

Les chercheurs des établissements de l'Université du Québec au Congrès de l'ACFAS à Montréal pour le vendredi 11 mai 2012

Québec, le 10 mai 2012 - Les neuf établissements du réseau de l'Université du Québec présenteront près de 30 % des contributions scientifiques diffusées dans le cadre de la 80e édition du Congrès de l'Association francophone pour le savoir (ACFAS). Ils sont 675 professeurs et chercheurs du réseau qui livreront 1 278 exposés scientifiques, tant lors de colloques que de communications libres.

Parmi les sujets du vendredi 11 mai :

UQAM
La téléréalité, symptôme d'une « nouvelle écologie du factuel »

Pierre Barrette
Les Occupation Double, Star Académie et Un Souper presque parfait amorcent-ils une démocratisation de l'espace télévisuel?
13 h - 16 h 30
Palais des congrès - 515B
Relations de presse : André Valiquette, 514 987-3000, poste 3268,
valiquette.andre@uqam.ca

TÉLUQ - L'université à distance de l'UQAM
Les services de communication interne d'entreprise : quels pouvoirs pour quel rôle?

Fedwa Jebli, TÉLUQ - L'université à distance de l'UQAM
La communication interne (CI) fait partie des champs de la communication d'entreprise qui suscite de plus en plus d'intérêt. Une partie importante des grandes entreprises actuelles sont dotées des structures fonctionnelles dédiées à la CI pour accompagner leur management et leur identité d'entreprise. La communication d'entreprise, et avec elle la CI, reflète l'essor qu'a connu le champ de la communication organisationnelle depuis ces dernières décennies. Dans le cadre d'une recherche doctorale portant sur le rôle des services de la CI dans le contexte multiculturel de l'entreprise multinationale, nous avons constaté la domination d'un discours représentant la communication comme étant la solution « miracle » pour régler tous les maux relationnels internes à l'entreprise, et notamment les relations avec un environnement interne multiculturel. Ce discours attribue à la CI un pouvoir hiérarchique et communicationnel mis en valeur par une panoplie des techniques de communication et par le recrutement des responsables en communication dynamiques et interactifs. Ces derniers sont mobilisés pour développer à l'interne l'image de l'entreprise communicante auprès de l'ensemble des acteurs. Il s'agit dans cette communication de se questionner sur les jeux de pouvoir qui conditionnent le quotidien de la CI en partant de nos conclusions tirées de l'observation des cas pratiques de services de CI des filiales multinationales.
9 h
Palais des congrès - 515B
Personne-ressource : Fedwa Jebli, 1 800 463-4728, poste 2863, jebli.fedwa@teluq.ca
Relations de presse : Gilbert Denis, 514 843-2015, poste 5282, gilbert.denis@teluq.ca

UQTR
Passages à l'acte contre autrui : enjeux psychologiques, criminologiques et sociaux

Suzanne Léveillée, UQTR
Dans ce colloque, nous nous intéressons à la violence dirigée contre autrui, exercée à l'intérieur de la famille ou à l'extérieur de la famille. Ainsi, le lien à la victime s'avère un des éléments clés dans la commission de comportements violents contre autrui. Il est possible d'ajouter que les enjeux psychologiques, criminologiques et sociaux varient en fonction de la personne et du lien affectif entre la victime et l'agresseur. Dans l'introduction, les organisateurs de ce colloque présenteront le symposium et aborderont les définitions principales du passage à l'acte (en s'appuyant notamment sur les écrits de Frédéric Millaud) ainsi que les différents enjeux relationnels entourant le passage à l'acte (grâce notamment aux différents apports théoriques de Michel Bénézech). Par la suite, la journée sera divisée en deux volets. Le premier volet sera consacré à la violence dans la famille, avec une présentation sur le parricide, et plusieurs présentations sur la violence conjugale (les thèmes abordés étant l'intervention auprès des hommes qui exercent de la violence conjugale, la recherche sur le changement et ensuite la reconnaissance des émotions comme moyen de changement). Le deuxième volet sera consacré à la violence en dehors de la famille. Seront regroupées ici des présentations portant sur la dépression en lien avec la criminalité, et sur la violence commise par les femmes.
8 h 30 à 16 h 45
Palais des congrès - 512C
Personne-ressource : Suzanne Léveillée, Suzanne.Leveillee@uqtr.ca
Relations de presse : Jean-François Hinse, 819-244-4119, jean-francois.hinse@uqtr.ca

UQAC
L'approche écoconseil du développement durable, une démarche éthique et praxéologique de
l'enseignement

Ian Segers, étudiant au DESS éco conseil, UQAC
L'approche écoconseil du développement durable enseignée depuis 10 ans à l'Université du Québec à Chicoutimi propose une exploration d'un concept flou, polysémique, controversé, mais désormais invoqué dans toutes les controverses socio-environnementales. La nébuleuse que forme le développement durable nous incite à développer une formule pédagogique non conventionnelle, axée sur l'apprentissage pragmatique de la complexité. L'enseignement est dispensé par deux professeurs principaux qui sont accompagnés tout au long de la formation par une communauté de pratique multidisciplinaire (plus de 60 intervenants, conférenciers et chargés de cours). Le programme s'articule autour de thématiques liées au développement durable et utilise des dispositifs didactiques originaux. L'approche écoconseil du développement durable met en dialogue des savoirs pratiques, théoriques et l'expérimentation sur le terrain. Ce mouvement praxéologique, entre la pratique et la théorie, aide à former des praticiens réflexifs capables d'analyser les problématiques socio-environnementales dans la complexité, mais aussi d'observer et d'adapter leur propre action sur le terrain. L'orientation éthique de la formation amène les écoconseillers à actualiser les valeurs du développement durable dans leur pratique professionnelle tout en développant leur capacité d'autoéthique.
15 h 15
Palais des congrès - 510A
Relations de presse : Jean Wauthier, 418-540-0450, Jean.wauthier@uqac.ca

UQAR
Trente ans de géomorphologie fluviale au Québec

Thomas Buffin-Bélanger de l'UQAR et Pascal Biron de l'Université Concordia
La géomorphologie fluviale est une science qui examine les interactions entre la nature des écoulements, le transport des sédiments et le développement des formes du lit des cours d'eau. Au Québec, cette science basée sur une quantification de la dynamique des cours d'eau a pris naissance vers les années 80 et s'est fortement enracinée depuis. D'abord orientée sur les connaissances fondamentales liées à l'organisation des systèmes fluviaux, la discipline s'est rapidement penchée sur les processus se déroulant à même les cours d'eau. Les connaissances acquises ont ensuite trouvé une niche dans la caractérisation et la gestion des habitats fluviaux. Aujourd'hui, la discipline vise une meilleure intégration de ces connaissances dans la gestion des cours d'eau avec une perspective de développement durable, mais aussi de gestion des risques fluviaux. Ces créneaux, tous très actifs au Québec, dynamisent la recherche autant fondamentale qu'appliquée. La nécessité de bien comprendre l'ensemble des processus à l'échelle d'un bassin versant avant d'intervenir dans les cours d'eau est aussi en voie de devenir la norme au Québec, comme ailleurs. Ceci se reflète par une nouvelle appellation pour cette discipline, soit l'hydrogéomorphologie.
Plusieurs chercheurs ont contribué à l'évolution de la discipline au Québec, mais le colloque veut souligner de manière plus particulière la contribution remarquable du professeur André Roy dans la formation de la relève et dans le développement des connaissances qui ont marqué la discipline durant les 30 années où il a oeuvré au Département de géographie de l'Université de Montréal (1982-2012). Le colloque vise à regrouper des chercheurs et des praticiens en géomorphologie fluviale au Québec pour dresser un portrait de l'avancement des connaissances fondamentales et appliquées de la discipline. Ce colloque permettra d'établir un bilan des études des 30 dernières années, mais aussi de cerner les défis à venir pour cette discipline.
16 h 30
Palais des congrès - 513D
Personne-ressource : Thomas Buffin-Bélanger, 418 723-1986, thomas_buffin-belanger@uqar.ca et Pascal Biron, 514 848-2424, poste 2061, pascale.biron@concordia.ca
Relations de presse : François Cormier, 418 723-1986 ou 1 800 511-3382, poste 1335, francois_cormier@uqar.ca

UQO
L'interaction des connaissances et le rôle des technologies langagières comme agents sociaux

Julia Mihalache, et Myriam Legault-Beauregard de l'UQO
Nous nous proposons ici de montrer comment la recherche dans d'autres champs de savoirs (l'apprentissage en ligne, la gestion des connaissances, les organisations apprenantes, la sociologie de la traduction) peut aider à analyser les processus d'interaction entre les connaissances des étudiants, des langagiers professionnels et des entreprises en technologies, grâce aux technologies.
Dans un contexte de libération du contenu numérique, qui favorise un mouvement de la traduction vers un écosystème et une écologie de la traduction collaborative, l'accès à distance à une boîte à outils regroupant plusieurs technologies, assorti de la possibilité d'apprendre en ligne et d'assumer virtuellement différents rôles langagiers, s'avère un moyen intéressant d'assurer le développement réfléchi des compétences technologiques langagières nécessaires aujourd'hui et à l'avenir. Nous constatons d'ailleurs que dans un monde technologisé, les langagiers sont incités à développer une cognition managériale qui leur permette de cibler les regroupements stratégiques pour prendre des décisions ou innover. Le projet « Un outil d'aide à l'appropriation des technologies langagières chez les étudiants en traduction » (section Écosystème de la traduction) a pour but de créer un espace virtuel et collaboratif d'apprentissage des technologies, afin que les futurs professionnels développent des compétences qu'exigent le travail avec les technologies et la collaboration au sein de diverses communautés.
9 h 30
Palais des congrès - 512E
Relations de presse : Gilles Mailloux, 819 595-3900 poste 3981; gilles.mailloux@uqo.ca

UQAT
L'itinérance autochtone à Val-d'Or : expériences et solutions

Stéphane Grenier de l'UQAT et Al
La migration des personnes autochtones vers les centres urbains apporte beaucoup plus de bénéfices que d'inconvénients. Cela étant dit, lorsque les communautés se rencontrent, souvent sont mises à nues leurs principales faiblesses et lacunes. La communication traitera de ces faiblesses et de ces lacunes. La problématique qui sera centrale à notre exercice sera celle de l'itinérance. En effet, l'itinérance nous renvoie directement à la personne humaine et à notre capacité en tant que collectivité à produire de la solidarité. La façon dont nous nous occupons des plus vulnérables parmi nous est le reflet de notre humanité. La communication traitera de trois éléments distincts. Cette communication est tirée de notre engagement social en tant que chercheur auprès de l'organisme La Piaule de Val-d'Or. Premièrement, il sera question de l'itinérance autochtone à Val-d'Or. Nous tâcherons de la caractériser, de l'expliquer et de la comprendre de façon dynamique dans l'urbanisme local. Deuxièmement, il sera question de l'inscription de cette itinérance autochtone dans le dispositif de services et de prise en charge locale. Nous aborderons les adaptations culturelles nécessaires à cette prise en charge pour prévenir les problèmes de santé de cette population et les risques de propagation du VIH/SIDA. Finalement, nous aborderons la question de la criminalité que cette problématique amène pour voir comment elle s'insère dans l'ensemble des éléments dont il aura été question.
13 h
Palais des congrès - 511A
Personne-ressource : Stéphanie Grenier, 819 354-0751, stephane.grenier@uqat.ca
Relations de presse : Stéphanie Duchesne, 819 762-0971 poste 2222, stephanie.duchesne@uqat.ca

INRS
L'action politique des jeunes au Québec : quels liens entre les formes d'action et les positionnements identitaires?

Nicole Gallant, INRS
De nouvelles formes d'action politique des jeunes viennent nuancer l'image populaire d'une crise de leur participation. Cette communication documentera certaines des nouvelles formes d'engagement des jeunes.
8 h 45
Palais des congrès - 513A
Personne-ressource : Nicole Gallant, nicole.gallant@ucs.inrs.ca
Relations de presse : Gisèle Bolduc, 418 654-3817, Gisele.Bolduc@adm.inrs.ca

ÉTS
Gouvernance et exploitation des mines à ciel ouvert dans un pays en développement : cas du Bénin; problématiques en lien avec la santé, la sécurité du travail et l'environnement

Sèmirath Lagnika, ÉTS
Grâce à notre expérience du milieu, cette étude permet de ressortir les enjeux de ces activités, les problématiques en lien avec la santé, la sécurité du travail, l'environnement, le rôle de l'état et la responsabilité des entreprises. Notre synthèse facilite l'évaluation du potentiel administratif béninois et des entreprises pour une meilleure gestion des activités minières. Les avantages économiques, la dégradation de l'environnement et la prévention au travail déficiente au Bénin s'inscrivent dans une réalité complexe. Il est impératif de réfléchir sur le rôle de l'état et la responsabilité sociale des entreprises minières béninoises.
14 h
Palais des congrès - 514A
Personne-ressource : Sèmirath Lagnika, étudiante au doctorat, 514 621-2211
Relations de presse : Olivier Audet, 514 396-8800, poste 8466, 514 605-2942 (cellulaire) Olivier.Audet@etsmtl.ca

À propos de l'Université du Québec
Les neuf établissements du réseau de l'Université du Québec ont pour mission de faciliter l'accessibilité à l'enseignement universitaire, de contribuer au développement scientifique du Québec et au développement de ses régions. Aujourd'hui, ce sont 92 000 étudiants qui fréquentent les 750 programmes offerts par les établissements du réseau : l'Université du Québec à Montréal, l'Université du Québec à Trois-Rivières, l'Université du Québec à Chicoutimi, l'Université du Québec à Rimouski, l'Université du Québec en Outaouais, l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, l'Institut national de la recherche scientifique, l'École nationale d'administration publique et l'École de technologie supérieure. Ce sont 6 600 professeurs et chargés de cours et près de 4 000 employés réguliers qui assurent dans le quotidien la réalisation de la mission universitaire d'enseignement, de recherche et de service à la collectivité.

-30 -

 

Source :
Valérie Reuillard
Directrice des communications
Université du Québec
Téléphone : 418 657-4432
Cellulaire : 418 573-5785