Les enjeux éthiques en ergothérapie: comprendre pour mieux intervenir

2017-05-11

Les enjeux éthiques en ergothérapie: comprendre pour mieux intervenir

Il n’est pas rare d’être confronté à un enjeu éthique, c’est-à-dire une situation qui compromet l’actualisation d’au moins une de nos valeurs. Marie-Josée Drolet, ergothérapeute et professeure d’éthique appliquée au Département d’ergothérapie à l’Université du Québec à Trois-Rivières, a soulevé plusieurs enjeux de ce type qui se présentent dans le système de santé québécois.

Marie-Josée Drolet, professeure au Département d’ergothérapie de l’UQTR. (Photo Annie Brien)

Après avoir travaillé une dizaine d’années comme ergothérapeute, Marie-Josée Drolet a relevé plusieurs enjeux éthiques qui se présentaient dans des situations auxquelles elle a fait face. Des enjeux tels l’accès à des soins de santé qui étaient inadéquats ou discriminatoires, des fins d’interventions douteuses, des consentements aux soins plus ou moins éclairés, etc. Éthicienne de formation, elle a donc mené une recherche afin de soulever les enjeux éthiques pouvant être rencontrés dans la profession d’ergothérapeute.

Méthodologie de recherche

Pour cette étude, Mme Drolet a recruté 180 ergothérapeutes de milieux différents et dont la clientèle est variée. Les ergothérapeutes ont été divisés en plusieurs sous-groupes selon leur milieu de travail: travaillant au public, au privé, avec des personnes âgées, dans les milieux scolaires, avec une clientèle composée d’enfants, auprès d’autochtones et faisant de l’enseignement et de la supervision de stages.

Les données ont été recueillies à partir d’entrevues menées selon un cadre très structuré d’après le modèle de Swisher et al. Ce modèle propose quatre types d’enjeux éthiques: «Les dilemmes éthiques, où deux valeurs ne peuvent pas être actualisées en même temps; la tentation éthique, où une valeur est compromise par un intérêt personnel ou corporatif; le silence éthique qui est une situation où on observe qu’il y a un manquement éthique, mais on garde le silence; la détresse éthique qui est une situation où la personne sait ce qu’elle a à faire, mais trop de barrières sont devant elle, ce qui l’épuise», explique Marie-Josée Drolet.

La professeure a aussi documenté trois niveaux d’enjeux : les enjeux micro comme les liens entre le client et l’ergothérapeute, les enjeux méso, qui sont liés aux institutions et à leur mode de financement, et les enjeux macro, qui concernent l’organisation même du système de santé.

Lire la suite >>>

Source :
Vice-rectorat recherche et développement
UQTR, 11 mai 2017