Les risques à considérer dans les évaluations prospectives (ex ante) des mégaprojets

2016-11-30

Les risques à considérer dans les évaluations prospectives (ex ante) des mégaprojets

Le professeur Moktar Lamari cosigne (avec René Prévost et Line Poulin-Larivière) le chapitre «Ex ante evaluation of megaprojects in a time of uncertainty: What counts and what is countable in the Canadian context?» dans l'ouvrage collectif «Socioeconomic Evaluation of Megaprojects – Dealing with uncertainties» publié chez Routledge.

Le chapitre signé par M. Lamari et ses collaborateurs présente les résultats d’une recherche empirique portant sur les risques à considérer dans les évaluations prospectives (ex ante) des mégaprojets.

On y apprend que seule la prise en compte des divers risques peut aider à contrer les pathologies liées à la réalisation des mégaprojets : 
  • dépassement des coûts (pouvant atteindre 100 % des prévisions)
  • retard dans la livraison (50 % des prévisions)
  • corruption endémique
  • défauts de fabrication
  • etc.

La recherche identifie cinq catégories de risques à considérer :

  1. les risques technologiques
  2. les risques économiques
  3. les risques sociaux
  4. les risques environnementaux
  5. les risques politiques

Le texte préconise une approche évaluative multicritères et holistique. Elle est conduite dans une démarche adaptative, transparente et ouverte aux parties prenantes. La recherche arrive à point nommé, considérant que le Canada envisage de mobiliser, durant la prochaine décennie, plus de 130 milliards de dollars pour renforcer les infrastructures. Le Québec est aussi concerné par cette problématique, considérant l’importance des dépenses et enjeux notamment dans le secteur des transports et les infrastructures collectives.

En vente aux éditions Routledge

Source :
Service des communications
ENAP, 25 novembre 2016