L’INRS développe un nouvel outil d’analyse et de gestion du risque d’inondation

2016-05-11

L’INRS développe un nouvel outil d’analyse et de gestion du risque d’inondation

Alors que le nombre d’inondations majeures augmente constamment, il n’existe à ce jour aucun outil opérationnel de cartographie et d’analyse du risque lié aux inondations. Une lacune que l’équipe des professeurs Karem Chokmani et Monique Bernier du Centre Eau Terre Environnement de l’INRS est en voie de combler avec le développement d’un nouvel outil de gestion et d’analyse du risque d’inondation, appelé GARI. 
 
 
Réalisé en collaboration avec des partenaires gouvernementaux québécois et canadiens, ce projet bénéficie d’un important financement gouvernemental d’une durée de trois totalisant près de un million de dollars, dont 900 000 $ provenant du Programme canadien pour la sûreté et la sécurité dirigé par le Centre des sciences pour la sécurité de Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC CSS), en partenariat avec Sécurité publique Canada. GARI aura d’importantes retombées en matière de sécurité civile, car il permettra d’intervenir de façon plus efficace avant et pendant l’inondation.
 
Se présentant sous la forme d’une application intégrée à un système d’information géographique (SIG), cet outil sera composé de modules opérationnels de cartographie et de caractérisation qui permettront de visualiser et d’analyser en mode préparatoire et opérationnel le risque lié aux inondations. GARI donnera accès à des informations détaillées en temps réel sur : 
  •  le risque d’inondation
  • l’état de la situation réelle
  • l’étendue des dommages réels et potentiels pour les populations, les bâtiments et infrastructures

S’arrimant aux travaux en cours à l’INRS sur la cartographie dynamique des risques d’inondations en zones urbaines, ce projet  fournira un appui à la décision de première importance pour la prévention, la préparation et l’intervention des organisations municipales et gouvernementales face aux risques d’inondation. « GARI permettra d’améliorer les opérations d’évacuation de la population, ainsi que la protection et la surveillance des infrastructures physiques lorsque survient une inondation », précise le professeur Chokmani.

Cet outil, qui aidera les collectivités à mieux se préparer aux situations d’urgence, sera  d’abord testé et validé sur le territoire de la municipalité de St-Jean-sur-Richelieu. Il sera par la suite appliqué à d’autres bassins au Canada soumis aux risques d’inondation. 
 
Partenaires du projet GARI : rôles
 
Détenant une expertise reconnue en développement d’outils SIG opérationnels, en hydrologie et en télédétection, l’équipe du professeur Chokmani travaillera en étroite collaboration avec : 
 

Source :
Gisèle Bolduc
INRS, 11 mai 2016