L'Université du Québec présente son projet universitaire à la Commission de l'éducation

2007-01-07

L'Université du Québec présente son projet universitaire à la Commission de l'éducation

Québec, le 7 février 2007 - Le président de l'Université du Québec, Pierre Moreau, est venu rendre compte devant la Commission de l'éducation de l'impulsion que donne l'université d'État au Québec. L'exercice a permis de souligner l'importance de la mise en commun des ressources de son réseau d'établissements dans une perspective de développement du Québec.

« Cet exercice de reddition de comptes triannuel est bien plus qu'un simple exposé servant à justifier l'utilisation des fonds publics qui nous sont alloués. C'est une occasion d'illustrer concrètement devant l'Assemblée nationale comment, dans notre réseau universitaire, nous travaillons ensemble à bâtir le Québec de demain », a souligné Pierre Moreau.

Agir ensemble : les chantiers

Pour donner l'impulsion vers l'avenir, l'Université du Québec privilégie le développement de chantiers transdisciplinaires entre ses établissements de manière à appuyer la formation et la recherche dans des domaines ciblés : le développement territorial, l'eau, la forêt, la santé, l'énergie, l'enseignement à distance et la mobilité étudiante.

Les premières démarches entreprises dans le cadre du chantier sur le développement territorial ont permis de tisser des liens entre 8 établissements et 29 regroupements de chercheurs qui travaillent dans des secteurs divers comme l'environnement, l'économie, la société et la gouvernance. Elles ont également permis, pour le chantier sur la forêt, de faire un inventaire des activités au sein du réseau, lequel révèle que 80 chercheurs s'y consacrent et que 10 M$ en recherche y sont destinés.

L'énergie déployée pour fédérer les forces du réseau se concrétise également dans le domaine de la santé puisque 35 regroupements de chercheurs travaillent dans divers créneaux, tels que le cancer, les soins palliatifs, la douleur, les maladies dégénératives, etc. L'effort pour accroître les relations entre les disciplines et appuyer le transfert des connaissances dans le domaine de la santé se réalise aussi par le biais d'une centaine de programmes, aux trois cycles de l'enseignement, et touchent près de 10 000 étudiants du réseau.

Cette mise en commun a aussi pour effet d'intensifier l'usage des approches en formation à distance, d'accroître l'offre de cours et de favoriser l'accès aux études. Elle a également permis la création du Conseil de la formation à distance, la mise en ligne d'un répertoire des cours à distance, le démarrage d'une banque réseau de ressources d'enseignement et d'apprentissage et la fusion entre la Télé-université et l'Université du Québec à Montréal.

Agir ensemble : un levier financier

Pour agir ensemble, les établissements de l'Université du Québec se sont dotés du Fonds de développement académique du réseau (FODAR). Ce fonds, financé à parts égales par les établissements et le siège social, verse près de 2 M$ annuellement. La somme est répartie entre trois volets principaux : les actions stratégiques en formation et en recherche, le soutien au développement de la communauté scientifique du réseau et le soutien au développement de programmes conjoints de formation.

Agir ensemble : partenaires en formation

À l'échelle québécoise, 80 des 105 programmes universitaires offerts en partenariat impliquent l'Université du Québec et la moitié lui sont exclusifs. Ce partenariat prend plusieurs formes : une gestion académique et administrative partagée, dans le cas de programmes conjoints; une gestion académique dans l'établissement d'origine et une gestion administrative dans l'établissement d'accueil, pour les programmes offerts par extension; et une gestion, selon un protocole d'entente, pour les programmes offerts en association ou en collaboration.

Agir ensemble : viser la réussite

L'Université du Québec s'est également fixé comme objectif d'aider ses étudiants à réussir. Pour y arriver, elle a mis en place divers moyens : une série d'enquêtes sur les indicateurs des conditions de poursuite des études (ICOPE), un outil diagnostique qui permet à un étudiant de dresser son profil de succès (PROSPERE) et un Consortium d'animation sur la persévérance et la réussite en enseignement supérieur (CAPRES), dont le but est d'animer et de diffuser les connaissances sur l'accès aux études postsecondaires, la persévérance et la réussite étudiante.

Cet appui aux étudiants s'accompagne d'un soutien aux enseignants car il est important de mobiliser le réseau autour de la valorisation de l'enseignement. À ce chapitre, l'Université du Québec dispose du Groupe d'intervention et d'innovation pédagogique(GRIIP) qui organise des formations et des activités de transfert de connaissances.

Une mission résolument tournée vers le Québec de demain

Jeune université, qui aura 40 ans en 2008, l'Université du Québec s'est donné une triple mission : faciliter l'accessibilité aux études supérieures, aider au développement scientifique du Québec et au développement de ses régions.

L'Université du Québec accueille ainsi une clientèle composée à 70 % d'étudiants de première génération. Cette clientèle préfère, à 85 %, les parcours nontraditionnels au premier cycle, occupe un emploi dans 73 % des cas, étudie à temps partiel dans une proportion de 49 % et travaille en moyenne 28 heures par semaine. Ce profil des étudiants, qui diffère de celui des autres universités québécoises, illustre éloquemment le rôle que joue l'Université du Québec auprès de clientèles qui, autrement, auraient peu accès à l'université.

L'Université du Québec contribue de manière significative au développement des régions grâce à sa présence active dans plus de 50 villes et municipalités du Québec. Moteur de développement scientifique, elle se classe au Canada au 11e rang des universités en matière de financement de la recherche et au 1er rang des universités sans faculté de médecine. Elle occupe également le 4e rang des organismes subventionnés par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) et le 8e rang des organismes soutenus par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG). En 2005, ses activités de recherche étaient de l'ordre de 196 M$.

Devant la Commission de l'éducation, le président de l'Université du Québec, Pierre Moreau, a conclu sa présentation sur cette affirmation : « Nous avons l'ambition d'être notre nom : l'Université du Québec ».

2007-01-7

Sources :
René Beaudet
Agent d'information
Direction des communications
Université du Québec
475, du Parvis (Québec)
G1K 9H7
Téléphone : (418) 657-4304