L'Université du Québec remet ses prix d'excellence

2010-08-26

L'Université du Québec remet ses prix d'excellence

La présidente de l'Université du Québec, Sylvie Beauchamp, a remis hier les prix annuels d'excellence en enseignement, en recherche et création ainsi qu'en gestion. Ces prix soulignent la contribution des professeurs et des cadres des neuf établissements de l'Université du Québec. Sylvain Robert, de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), Sylvie Doré, de l'École de technologie supérieure (ÉTS), Lori Saint-Martin, de l'Université du Québec à Montréal (UQAM), André Paradis, de l'UQTR et Annik Gélineau, de l'Université du Québec en Outaouais (UQO), ont ainsi été honorés.

De gauche à droite : M. André Paradis (UQTR), Mme Lori St-Martin (UQAM), Mme Sylvie Beauchamp, présidente de l'Université du Québec, Mme Annik Gélineau (UQO), Mme Sylvie Doré (ÉTS) et M. Sylvain Robert (UQTR).

Prix d'excellence en enseignement (volet carrière)

Professeur au département de chimie-biologie de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), Sylvain Robert oeuvre au Centre de recherche en pâtes et papiers. Il travaille également comme professeur associé à l'Institut national de la recherche scientifique, Centre Énergie, Matériaux et Télécommunications de Varennes. Titulaire d'un doctorat en biophysique et d'un post-doctorat en pâtes et papiers de l'UQTR, il s'avère un chercheur très actif et un enseignant avant-gardiste. Recourant aux technologies de l'information et de la communication, il appuie son enseignement de simulations 3D et d'un site Web interactif pour ses étudiants. De plus, il a développé une bibliothèque virtuelle de molécules de renommée internationale. Pédagogue fort apprécié par ses étudiants, il a enseigné plus d'une vingtaine de cours depuis son entrée en fonction comme professeur. Il a aussi dirigé une trentaine d'étudiants aux cycles supérieurs. En 2009, il a obtenu le Prix 3M Canada de Reconnaissance en enseignement universitaire. En 2007, il recevait également le Prix Raymond-Gervais, de l'Association pour l'enseignement de la science et de la technologie au Québec (ASPQ) et le Prix d'excellence en enseignement de l'UQTR. Pour l'ensemble de sa carrière, l'Université du Québec lui décerne le Prix d'excellence en enseignement.

Prix d'excellence en enseignement (volet réalisation)

Professeure au département de génie mécanique de l'École de technologie supérieure (ÉTS), Sylvie Doré est une experte reconnue dans plusieurs domaines du génie, comme les systèmes d'imagerie médicale ainsi que la conception et la fabrication assistée par ordinateur. Elle a su développer dans son enseignement une grande polyvalence professionnelle et scientifique en concevant, seule ou en équipe, des cours variés parmi lesquels Introduction au multimédia, Design pédagogique d'environnements d'apprentissage informatisés, Développement de produits assisté par ordinateur et Prototypage rapide. L'enseignement de Sylvie Doré se caractérise également par la variété des stratégies pédagogiques actives, en classe ou en mode « e-learning ». Ses cours sont en grande partie basés sur une approche par projet et elle a mis au point des séances de résolution de problèmes en mode collaboratif. Enfin, elle est très active dans plusieurs groupes de recherche en pédagogie universitaire. Elle a notamment réalisé son congé sabbatique au Laboratoire en informatique cognitive et environnement de formation de la Télé-Université. Dans ce cadre, elle a organisé le colloque du Centre interuniversitaire de recherche sur les technologies d'apprentissage portant sur le téléenseignement, tenu dans le cadre du Congrès de l'ACFAS 2002. Elle est vice-présidente de l'Association Internationale de pédagogie universitaire. Parmi ses contributions importantes à la l'enseignement et à la recherche, notons le développement d'un procédé de fabrication semi-automatisé de prothèses articulaires personnalisées, son rôle de coordonnatrice canadienne dans le projet « Intelligent Manufacturing Systems – Rapid Product Development » et son leadership dans le projet du réseau de l'UQ sur la pédagogie universitaire qui porte sur la réussite et la persévérance des étudiants de 1er cycle. L'Université du Québec lui décerne le Prix d'excellence 2010 en enseignement, volet réalisation.

Prix d'excellence en recherche et création (volet carrière)

Embauchée au Département d'études littéraires de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) pour y développer un axe de recherche et d'enseignement en études féministes, Lori Saint-Martin est à la fois chercheure, essayiste, nouvelliste, critique et traductrice. Ses travaux novateurs sur l'écriture des femmes au Québec ont eu un effet important sur la recherche dans son domaine. Elle a notamment proposé des fondements théoriques et méthodologiques pour soutenir la critique féministe littéraire et offrir des analyses des grandes tendances de l'écriture des femmes et d'oeuvres classiques, mais aussi contemporaines. Parmi les innovations découlant de ses travaux, le terme de « métaféminisme » est aujourd'hui largement employé par l'ensemble de la critique féministe. Parallèlement à ses recherches sur les problématiques familiales dans la littérature québécoise contemporaine, Lori Saint-Martin a entrepris un vaste projet d'études sur l'oeuvre pionnière de Gabrielle Roy. Le livre qui en a résulté lui a valu deux prix prestigieux : le prix Gabrielle-Roy décerné par l'Association des littératures canadienne et québécoise et le prix Raymond-Klibansky de la Fédération canadienne des sciences humaines. Elle est l'auteure de 14 livres, de deux recueils de nouvelles et a dirigé sept numéros de revues savantes. Également, Madame Saint-Martin a traduit, en collaboration avec Paul Gagné, une cinquantaine d'oeuvres littéraires. Les deux collaborateurs ont reçu de nombreux prix dont celui de la traduction décerné par la Quebec Writer's Federation (2004, 2006 et 2008) et le prix littéraire du Gouverneur général (2000 et 2007). À ce jour, elle a supervisé le travail de 45 étudiants à la maîtrise, de cinq étudiants au doctorat et de quatre stagiaires postdoctoraux. Elle reçoit cette année le Prix d'excellence en recherche et création de l'Université du Québec.

Prix d'excellence en gestion (volet carrière)

Vice-recteur aux études de premier cycle et au soutien académique de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), André Paradis a joué depuis le début de sa carrière un rôle de premier plan dans le développement de cette université, Grâce à son travail, l'UQTR est aujourd'hui considérée comme un établissement avant-gardiste en matière de gestion intégrée des ressources. Plusieurs projets lancés sous sa direction, parmi lesquels le dossier étudiant, la bibliothèque virtuelle et les modules de gestion académique sont à ce point efficaces qu'ils servent de modèles ailleurs ou ont été acquis par des partenaires. Lorsque les bibliothèques des établissements du réseau de l'Université du Québec ont voulu acquérir un nouveau système intégré de gestion, l'équipe de Monsieur Paradis s'en est vu confier la gestion. Depuis, l'UQTR héberge et exploite cinq applications informatiques pour le compte des bibliothèques de treize universités québécoises. De plus, monsieur Paradis a orchestré la mise en place de plusieurs initiatives structurantes favorisant la pédagogie universitaire ainsi que l'apprentissage et la réussite des étudiants. Membre de nombreux comités et instances de l'Université du Québec, il a également contribué à des organismes importants du système universitaire québécois, comme le Réseau d'informations scientifiques du Québec et le Centre de recherche informatique de Montréal. Coordonnateur hors pair, rigoureux et structuré, André Paradis a l'immense mérite d'avoir contribué à faire évoluer en parallèle les ressources pédagogiques, médiatiques, informatiques et réseautiques de l'UQTR. Son travail a généré des gains majeurs en termes de cohérence et de synergie pour son établissement universitaire. Il reçoit le prix d'excellence en gestion, volet carrière.

Prix d'excellence en gestion (volet réalisation)

Directrice du soutien aux études au campus de Saint-Jérôme de l'Université du Québec en Outaouais (UQO), Annik Gélineau a largement contribué à la transformation de ce point de service en un véritable campus universitaire. Depuis son arrivée en poste en 2008, elle a oeuvré au plein déploiement de la mission de l'UQO dans les Laurentides. Madame Gélineau a abordé son mandat en adoptant une vision large de son rôle. Elle a opté pour une approche plaçant l'étudiant au coeur de la mise en oeuvre des activités et services entourant l'enseignement. Elle a mis en place une série de moyens favorisant le développement d'un sentiment d'appartenance et établi de multiples partenariats régionaux, notamment avec le Cégep et la Ville de Saint-Jérôme, la Conférence régionale des élus des Laurentides, le Forum jeunesse des Laurentides et l'Agence de la santé et des services sociaux des Laurentides. Grâce à son implication dans des projets régionaux, l'UQO s'est affirmée comme un acteur de développement de cette région. Madame Gélineau a alimenté la réflexion de la direction de l'Université tant sur les aspects de développement organisationnel et structurel du campus de l'UQO à Saint-Jérôme que sur le positionnement régional de l'UQO dans les Laurentides. En janvier 2010, l'inauguration d'un bâtiment accueillant la communauté universitaire de l'UQO dans les Laurentides a contribué à stimuler la vie universitaire à Saint-Jérôme. Madame Gélineau reçoit le prix d'excellence en gestion, volet réalisation.

À propos de l'Université du Québec

Les neuf établissements du réseau de l'Université du Québec ont pour mission de faciliter l'accessibilité à l'enseignement universitaire, de contribuer au développement scientifique du Québec et au développement de ses régions. Aujourd'hui, ce sont 87 000 étudiants qui fréquentent plus de 750 programmes offerts par les établissements du réseau: l'Université du Québec à Montréal, l'Université du Québec à Trois-Rivières, l'Université du Québec à Chicoutimi, l'Université du Québec à Rimouski, l'Université du Québec en Outaouais, l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, l'Institut national de la recherche scientifique, l'École nationale d'administration publique et l'École de technologie supérieure. Au total, ce sont 6 200 professeurs et chargés de cours et près de 4 000 employés réguliers qui assurent dans le quotidien la mission universitaire d'enseignement et de recherche.

Source :
Valérie Reuillard
Directrice des communications
Université du Québec
Tél. : (418) 657-4432