L'Université du Québec remet ses Prix d'excellence 2017

2017-08-31

L'Université du Québec remet ses Prix d'excellence 2017

Pour leur contribution en recherche et création, en enseignement ou en gestion, six professeurs et cadres des établissements du réseau de l’Université du Québec ont été honorés. En présence de la ministre responsable de l’Enseignement supérieur, Hélène David, des Prix d’excellence ont ainsi été remis hier par la présidente, Johanne Jean, à Kristian Behrens, de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), à François Guillemette et Benoit Séguin, de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), à Thomas Collombat, de l’Université du Québec en Outaouais (UQO), à François Deschênes, de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) et à Luc Favreau, de l’École de technologie supérieure (ÉTS). 

Prix d’excellence en recherche et création, volet Réalisation

Professeur au Département des sciences économiques de l’École des sciences de la gestion de l’UQAM depuis 2007, Kristian Behrens est également titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les répercussions régionales de la mondialisation. Il est l’un des rares chercheurs au Québec à s’intéresser à la nouvelle économie géographique, une approche née des divergences observées entre le développement économique des régions et les prévisions des modèles économiques existants.

Dès 2007, Kristian Behrens développe, en collaboration avec le professeur Yasusada Murata (Nihon University, Japon), le modèle mathématique CARA. Ce dernier est un outil flexible applicable à un grand nombre de contextes économiques et avec lequel il réalisera des travaux importants sur la concurrence monopolistique, les frictions frontalières en contexte de commerce interrégional, et le développement des économies urbaines. Il a aussi contribué au développement de l’analyse des grappes et l’utilisation de données microgéographiques au Canada.

Par l’analyse des structures géographiques et des conditions favorables au développement local, le professeur Behrens contribue à la conception, l’application et l’évaluation des politiques publiques. Depuis 2005, il a ainsi obtenu près de 1,5 million de dollars d’organismes subventionnaires canadiens ou internationaux. Il est l’auteur d’une cinquantaine d’articles et chapitres de livres scientifiques.

Pour l’exemplarité de son parcours et sa contribution novatrice au champ de la nouvelle économie géographique, l’Université du Québec remet à Kristian Behrens le Prix d’excellence en recherche et création, volet Réalisation.

Prix d’excellence en enseignement, volet Leadership

Professeur au Département des sciences de l’éducation de l’UQTR depuis 2007, François Guillemette exerce un leadership en pédagogie de l’enseignement supérieur tant dans son établissement, que dans le réseau de l’Université du Québec, mais aussi à l’échelle internationale.

Très impliqué en recherche, il a créé de nombreuses structures permettant aux enseignants (professeurs et chargés de cours) d’améliorer leurs pratiques pédagogiques ou d’adopter une attitude réflexive à propos de celles-ci. Il a développé, en 2011, avec le Cégep de Trois-Rivières, le Centre interdisciplinaire de perfectionnement pédagogique et de recherche en enseignement supérieur (CIPPRES). Il a également contribué à fonder l’Observatoire de la pédagogie en enseignement supérieur, en 2016, qui s’intéresse au perfectionnement pédagogique, à la recherche scientifique ainsi qu’à la diffusion et à la promotion de la pédagogie en enseignement supérieur. Avec le Groupe d’intervention et d’innovation en pédagogie (GRIIP) du réseau de l’Université du Québec, il participe actuellement au développement d’un programme d’autoformation en pédagogie qui sera prochainement offert en ligne à tous les enseignants du réseau. 

Depuis 2010, François Guillemette a offert des dizaines d’ateliers en pédagogie à l’intention des nouveaux enseignants de l’UQTR, en collaboration avec quelques collègues. Il a également dispensé ces ateliers ailleurs au Québec et dans le monde, notamment au Maroc et au Sénégal. Depuis 2012, il agit à titre de conseiller en approche par compétences dans différents programmes universitaires en santé, en gestion, en ingénierie, et ce, dans différents pays en Amérique du Sud, en Europe et en Afrique.  

Pour son leadership collaboratif et sa contribution exemplaire au développement de la pédagogie universitaire, l’Université du Québec décerne à François Guillemette le Prix d’excellence en enseignement, volet Leadership.

Prix d’excellence en enseignement, volet Réalisation

Professeur au Département des sciences sociales de l’UQO depuis 2012, Thomas Collombat consacre ses activités de recherche et d’enseignement à l’économie politique, aux relations internationales et à la politique comparée.

Thomas Collombat se distingue par ses méthodes pédagogiques novatrices et la richesse du contenu de ses enseignements fondés sur les principes d’apprentissage collaboratif, d’éducation inclusive et d’analyse réflexive. Pour transmettre les connaissances à ses étudiants, il fait appel à diverses méthodes pédagogiques multidimensionnelles, incluant l’utilisation des nouvelles technologies et des médias sociaux tel Twitter. Il utilise les plus récentes percées dans le domaine de la pédagogie universitaire tels les jeux de rôle, les simulations, la théorie par l’expérience, les débats, la résolution d’études de cas, la construction de consensus. 

Le professeur a ainsi converti l’activité extracurriculaire Simulation des Nations Unies en un cours ouvert à l’ensemble des étudiants de l’UQO. Cette simulation des Nations Unies, qui est l’une des plus importantes à travers le monde, favorise le développement de compétences variées telles que le leadership, la résolution de problèmes, le travail d’équipe et la négociation dans un contexte multiculturel. À plusieurs reprises, la délégation de l’UQO y a ainsi remporté la mention « Honorable Delegation ». 

 Thomas Collombat compte à son actif de nombreuses publications scientifiques, incluant des articles dans des revues prestigieuses tant au Canada qu’à l’international. Il participe à plusieurs équipes de recherche subventionnée, notamment des réseaux stratégiques du Fonds de recherche Société et Culture, et collabore avec des collègues sur plusieurs continents, réseaux dont il fait bénéficier les étudiants. Il coordonne depuis cette année l’Équipe de recherche Travail et société, de l’UQO.

Prix d’excellence en gestion, volet Carrière

Directeur du Service de la bibliothèque de l’UQTR, Benoit Séguin connaît une carrière remarquable depuis qu’il s’est joint à cet établissement en 1984. D’abord conseiller en documentation, il devient responsable de la Division de la collecte et de l’organisation des collections, puis directeur des services automatisés et du traitement. Il participe alors à l’implantation d’un nouveau mode d’organisation des services de soutien académique, technologique et informationnel. Il travaille également à l’intégration des Technologies de l’information et de la communication (TIC) au niveau des services de soutien de l’enseignement, mais aussi dans les bibliothèques des universités québécoises. Sollicité pour son expertise en bibliothéconomie par des organismes externes, il implante, en 1994, un système de gestion de bibliothèque de l’Institut national des sciences comptables et de l’administration des entreprises (INSCAE) de Madagascar.

 Au fil des ans, il a travaillé sur plusieurs dossiers au sein du réseau des bibliothèques de l'Université du Québec. Directeur du développement et des services techniques et informatisés depuis 2002, il coordonne, quatre ans plus tard, les efforts de 150 personnes afin de déployer un système de gestion documentaire dans huit établissements du réseau de l’Université du Québec (UQ). Ce nouveau système à la fine pointe de la technologie permet à ces huit bibliothèques universitaires de mieux répondre aux besoins grandissants des étudiants, des professeurs et des chercheurs dans leurs activités. Première implantation francophone en Amérique du Nord pour le fournisseur Ex Libris, le modèle utilisé a permis de réaliser des économies de l’ordre de 1,2 million $ sur six ans. En 2008, pour ce travail colossal, il reçoit le Prix d’excellence en gestion — volet Réalisation de l’Université du Québec. Puis, en 2011, il obtient pour ce projet, avec ses collègues du réseau, le Prix de la qualité et de la productivité de l’Association canadienne du personnel administratif universitaire — Québec.

 En 2014, alors responsable des activités de la bibliothèque de l’UQTR, il propose, à ses confrères des autres universités québécoises, au nom du regroupement des bibliothèques UQ9, de collaborer à l’implantation d’une plateforme partagée de services pour l’ensemble des bibliothèques universitaires. Ce projet en cours de réalisation deviendra l’un des plus importants jamais réalisé dans le domaine de la bibliothéconomie canadienne. 

Pour sa contribution significative à l’administration et à l’optimisation des ressources universitaires, Benoit Séguin obtient le Prix d’excellence en gestion, volet Carrière, de l’Université du Québec.

Prix d’excellence en gestion, volet Innovation (ex aequo)

Vice-recteur à la formation et à la recherche de l’UOAR, François Deschênes a fait preuve d’habiletés politiques hors du commun en fédérant plusieurs centres de recherche, regroupements stratégiques et universités du Québec ainsi que des acteurs publics, privés et communautaires pour construire et mettre en œuvre le Réseau Québec maritime (RQM). Cette plateforme intersectorielle de recherche ─ sans équivalent au Québec ─ qui est dédiée aux enjeux d’un développement maritime durable, est aujourd’hui composée de plus de 115 institutions membres, dont 50 universités, collèges et centres de recherche, ainsi que de 65 membres issus des gouvernements, de l’industrie et des communautés. 

Grâce à une vision très structurée, à une capacité à saisir les sensibilités et à communiquer les enjeux, François Deschênes a su amener des acteurs d’horizons fort diversifiés, peu habitués à travailler ensemble, à concilier leurs intérêts au sein d’une démarche fédératrice et inclusive contribuant à positionner stratégiquement le Québec. Il a tout au long de cette démarche fait preuve d’une grande transparence quant à sa vision et aux intentions de l’UQAR d’évoluer dans une approche ouverte, ce qui a eu pour effet de susciter la confiance et l’adhésion de tous ces acteurs.

Le rôle de premier plan joué par François Deschênes dans la création du RQM renforce le positionnement de l’UQAR comme chef de file québécois en matière de développement maritime. Le gouvernement du Québec a d’ailleurs confirmé le leadership de cette université en lui accordant la gestion et la coordination de ce réseau qui répond aux objectifs gouvernementaux d’avancement et de transfert de connaissances en matière de stratégie maritime.

Pour l’originalité et l’envergure de la réalisation du RQM et pour le rayonnement que celui-ci procure à l’UQAR, François Deschênes reçoit le Prix d’excellence en gestion, volet innovation, de l’Université du Québec.

Prix d’excellence en gestion, volet Innovation (ex aequo)

Directeur de la logistique académique à l’ÉTS, Luc Favreau a su faire preuve d’audace et d’innovation pour mettre en place le Cheminement universitaire en technologie. À un moment où les clientèles étudiantes plafonnaient, il a développé une nouvelle formation, d’une année, permettant aux titulaires d’un DEC en sciences de la nature d’avoir accès à ses baccalauréats en génie.

Afin de mettre en place ce nouveau cheminement, en 2006, Luc Favreau, à l’époque directeur du Service des enseignements généraux, a embauché deux nouveaux maîtres d’enseignement ayant des formations d’ingénieurs et reconnus pour leur créativité et leur débrouillardise. En collaboration avec les départements, cette nouvelle équipe a défini le contenu de cette formation axée sur les réalisations pratiques afin de préparer les étudiants à l’orientation appliquée des programmes ; le nombre d’heures de travaux pratiques est ainsi supérieur au nombre d’heures d’enseignement.

Cette nouvelle passerelle cégep-université connaît désormais un véritable succès puisque 85 % des étudiants du cheminement s’inscrivent ensuite dans un programme de baccalauréat en génie à l’ÉTS. Quinze pour cent d’entre eux poursuivent ensuite aux cycles supérieurs. Sur la base du nombre d’étudiants, équivalent à temps plein par année (EETP/année), le Cheminement universitaire en technologie se classe comme le programme de l’ÉTS le plus couru. Son rayonnement dans tous les cégeps de la province est aussi indéniable et l’intérêt pour ce programme lors des événements « portes ouvertes » est phénoménal.

Onze ans après sa formation, l’équipe du Cheminement universitaire en technologie de l’ÉTS compte maintenant six maîtres d’enseignement, plus de 35 chargés de cours, appuyés par deux techniciens et un magasinier. Toujours en pleine croissance, cette filière devrait recevoir 460 nouveaux étudiants à l’automne 2017, soit un nombre record.

Pour la réalisation de ce cheminement innovant à l’ÉTS, Luc Favreau remporte le Prix d’excellence en gestion, volet Innovation de l’Université du Québec.

À propos de l’Université du Québec

Les établissements de l’Université du Québec poursuivent un mandat d’accessibilité à l’enseignement supérieur, de développement scientifique du Québec et de développement de ses régions en rendant les connaissances disponibles sur les différents défis qui confrontent nos sociétés.

Ensemble, les dix établissements du réseau de l’Université du Québec représentent une force vive. Aujourd’hui, ce sont 102 000 étudiants qui fréquentent 1 200 programmes offerts par les établissements du réseau : l’Université du Québec à Montréal, l’Université du Québec à Trois-Rivières, l’Université du Québec à Chicoutimi, l’Université du Québec à Rimouski, l’Université du Québec en Outaouais, l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, l’Institut national de la recherche scientifique, l’École nationale d’administration publique, l’École de technologie supérieure et la TÉLUQ. Plus de 7 300 professeurs et chargés de cours et plus de 4 200 employés y assurent dans le quotidien la mission universitaire d’enseignement et de recherche.

— 30 —

Sur la photo (de gauche à droite) : à l’arrière, Jean-Pierre Ouellet, recteur de l’UQAR, Kristian Behrens, lauréat de l’UQAM, Robert Proulx, recteur de l’UQAM, Hélène David, ministre responsable de l’Enseignement supérieur, Johanne Jean, présidente de l’Université du Québec, Denis Harrisson, recteur de l’UQO, Pierre Dumouchel, directeur général de l’ÉTS, Luc Favreau, lauréat de l’ÉTS; à l’avant, François Deschênes, lauréat de l’UQAR, François Guillemette, lauréat de l’UQTR, Daniel McMahon, recteur de l’UQTR, Benoit Séguin, lauréat de l’UQTR et Thomas Collombat, lauréat de l’UQO.

Source :
Valérie Reuillard
Directrice des communications
Université du Québec
Téléphone : 418 657-4432