L’UQO accueille une délégation de l’ULiège et reçoit le ministre belge de l’Enseignement supérieur

2018-02-13

L’UQO accueille une délégation de l’ULiège et reçoit le ministre belge de l’Enseignement supérieur

L’Université du Québec en Outaouais a accueilli, ce 12 février 2018, une importante délégation composée du ministre de l’Enseignement supérieur de la Belgique, Jean-Claude Marcourt, et de représentants de l’Université de Liège (ULiège). La visite au pavillon Alexandre-Taché, à Gatineau, comprenait la signature d’une lettre d’intention de collaboration entre les deux établissements, qui se traduira par la signature d’un accord-cadre dans les prochaines semaines.

Le recteur de l'UQO, monsieur Denis Harrisson, le ministre belge de l’Enseignement supérieur, monsieur Jean-Claude Marcourt et le premier Vice-Recteur de l'Université de Liège, monsieur Éric Haubruge, lors de la signature de l’entente de collaboration. 

Ce partenariat est issu des travaux menés par la professeure Anne-Marie Étienne de la faculté de psychologie de l’ULiège et le professeur Bouchard dans le domaine de la cyberpsychologie. L’ULiège souhaite en effet offrir à toutes ses facultés l’utilisation du numérique dans les activités de recherche, d’enseignement et de formation continue.

Lors de cette visite, le recteur de l’UQO, Denis Harrisson, qui était accompagné de la vice-rectrice à la recherche et à l'enseignement, Sylvie de Grosbois, a présenté un bref historique de l’Université et parlé des projets de développement de programmes. Il a expliqué la réalité transfrontalière de l’Outaouais et l’importance pour l’UQO de se démarquer via le développement de nouveaux programmes qui ne s’offrent pas ailleurs.

Le ministre Marcourt a fait écho aux propos de monsieur Harrisson, expliquant que les universités belges ont aussi de la concurrence et travaillent à attirer des étudiants avec de nouveaux programmes. Il a souligné l’importance des nouvelles formes d’enseignement avec notamment l’utilisation du numérique et a salué la collaboration entre l’Université de Liège et l’UQO en cyberpsychologie. Le ministre Marcourt s’est dit ravi d’être à l’UQO et d’avoir accompagné la délégation de l’Université de Liège.

En plus de procéder à la signature du partenariat, la délégation belge a visité le Laboratoire en compagnie du responsable, le professeur Stéphane Bouchard, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en cyberpsychologie clinique.

Le développement de projets spécifiques entre les deux partenaires, autant sur le plan de la recherche que celui de l’enseignement, se concrétisera par des échanges de professeurs-chercheurs et d’étudiants, des publications et des manifestations scientifiques communes.

Le professeur Bouchard a souligné le travail de la professeure Anne-Marie Étienne qui a ouvert la voie à cette entente. « C’est un très beau travail. Je suis content qu’on puisse se rendre à ce point-ci. Il y a une chimie entre les deux universités que je trouve fascinante ».

En plus du ministre Marcourt, la délégation belge était composée des personnes suivantes :

  • Eric Haubruge, professeur et Premier Vice-Recteur
  • Anne-Marie Étienne, professeure et Vice-Doyenne Enseignement, Faculté de Psychologie, Logopédie et Sciences de l’Éducation
  • Pascal Detroz, professeur IFRES : Pédagogie de l'Enseignement supérieur
  • Michael Schyns, professeur et Vice-Doyen Etudes, HEC-Ecole de Management
  • Roland Billen, professeur et Vice-Doyen Enseignement, Faculté des Sciences
  • Björn-Olav Dozo, professeur à la Faculté de Philosophie et Lettres

L’Université de Liège (ULiège) est située en Belgique-francophone et se déploie dans trois provinces wallonnes et sur quatre campus rassemblant 10 facultés et une école de gestion. Comptant plus de 23 000 étudiants, elle est engagée dans une pédagogie active, très impliquée dans les programmes internationaux de recherche et en relation avec plus de 600 institutions dans le monde. C’est une université intégrée au grand espace européen d'enseignement supérieur (Processus de Bologne) et de recherche (Stratégie de Lisbonne), et plus globalement aux grands réseaux scientifiques internationaux.

Source :
Service des communications
UQO, 13 février 2018