L’UQTR reçoit d’importantes subventions pour la recherche sur les cellules souches et l’intervention précoce

2017-08-21

L’UQTR reçoit d’importantes subventions pour la recherche sur les cellules souches et l’intervention précoce

Les professeurs Patrick Narbonne (biologie médicale) et Carmen Dionne (psychoéducation) de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) ont obtenu récemment d’importantes subventions gouvernementales pour l’acquisition d’infrastructure de recherche de pointe, ce qui favorisera la poursuite de leurs travaux sur les cellules souches (Narbonne) et l’intervention précoce (Dionne).


Les professeurs Patrick Narbonne (biologie médicale) et Carmen Dionne (psychoéducation).

Cellules souches et cancer

Le professeur Patrick Narbonne a reçu un montant de 320 862$ pour le financement d’un laboratoire de recherche sur la régulation des cellules souches adultes. Les travaux menés au sein de ce laboratoire permettront de mieux comprendre les mécanismes qui contrôlent la prolifération des cellules souches, ces dernières pouvant devenir cancéreuses lorsqu’elles se multiplient de façon incontrôlée.

Le professeur Narbonne utilisera notamment le ver nématode C. elegans pour réaliser des études innovantes sur les cellules souches. Ultimement, ces travaux pourraient mener à la découverte de nouveaux moyens pour réguler la prolifération des cellules souches humaines. Ces avancées permettraient l’amélioration des stratégies de prévention et de traitement du cancer et des progrès en médecine régénératrice.

Le financement obtenu pour ce projet de laboratoire provient de différentes sources : 125 189$ de la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI), 125 188$ du gouvernement du Québec ainsi que 70 485$ de fournisseurs d’équipements.

Partage des connaissances en intervention précoce

Pour sa part, la professeure Carmen Dionne s’est vu octroyer 342 495$ pour la création d’une plateforme interactive Web portant sur le thème de l’intervention précoce (du dépistage à l’accès aux services spécialisés). Cet outil servira d’interface avec le grand public (parents, éducateurs, etc.) en présentant différents moyens de partage de connaissances. Outre des activités de diffusion et de mobilisation, cette plateforme permettra la cueillette de données. Elle servira également de réseau privé de travail pour les chercheurs s’intéressant à l’intervention précoce.

Ce nouvel outil comprendra trois principaux volets: les politiques et pratiques de gestion relatives à l’inclusion, les pratiques partenariales des intervenants ainsi que les pratiques inclusives du personnel éducateur utilisées en accompagnement au développement de tous les enfants.

Trois organismes contribuent financièrement à ce projet : la FCI (133 759$), le gouvernement du Québec (133 759$) ainsi que la Fondation de l’UQTR (74 977$).

Rappelons que la professeure Carmen Dionne est titulaire de la Chaire UNESCO en dépistage et évaluation du développement des jeunes enfants. Le projet de plateforme interactive sur l’intervention précoce est connexe aux travaux de cette chaire.

Source :
Service Communications
UQTR, 21 août 2017