Michel Dugas reçoit le Prix Donald O. Hebb de la Société canadienne de psychologie

2017-06-09

Michel Dugas reçoit le Prix Donald O. Hebb de la Société canadienne de psychologie

Le professeur Michel Dugas du Département de psychoéducation et de psychologie, reçoit le Prix Donald O. Hebb 2017 pour son travail exceptionnel dans le domaine des troubles anxieux, un prix qui lui est décerné par la Société canadienne de psychologie (SCP).

La Société remet ce prix à un membre ou à un fellow de la SCP qui a apporté une contribution significative à la psychologie en tant que discipline scientifique. Les lauréats de ce prix sont des psychologues professionnels qui, grâce à leurs travaux de recherche, ont enrichi la base de connaissances de la psychologie, ont eu une influence de premier plan comme enseignant, théoricien, porte-parole de la discipline ou concepteur de politiques publiques ou ont marqué le développement de la psychologie.

« Je suis honoré de recevoir cette reconnaissance et je l’accepte en toute humilité, sachant que mes étudiants et mes collaborateurs des 20 dernières années y ont beaucoup contribué. »

Le professeur Dugas a été mis en nomination par une de ses anciennes étudiantes au doctorat qui est maintenant professeure à l’Université Ryerson à Toronto. 

La SCP souligne que Michel Dugas est un chef de file au niveau international dans le domaine du traitement du trouble d’anxiété généralisée (TAG). Il est directeur du Laboratoire des troubles d’anxiété à l’UQO. Originaire de l’Outaouais, il a travaillé pendant 15 ans à l’Université Concordia et il est arrivé à l’UQO il y a quatre ans.

Pendant ses études de doctorat, le professeur Dugas a élaboré un modèle et un traitement psychologique du TAG fondé sur sa théorie, selon laquelle l’inquiétude pathologique est une réponse non adaptée à l’incertitude. Son modèle de l’intolérance à l’incertitude a transformé la façon dont scientifiques et cliniciens conceptualisent et traitent les personnes atteintes du TAG, qui, nous le savons maintenant, est un problème de santé grave et chronique, qui nuit à la santé physique et la qualité de vie. Son modèle demeure une théorie prééminente et est utilisé dans le monde entier, y compris par le programme Improved Access to Psychological Therapies du Royaume-Uni.

« Il reste encore énormément de travail à faire afin d’améliorer notre compréhension et notre capacité à aider les personnes souffrant du trouble d’anxiété généralisée. Même si je travaille dans ce domaine depuis une vingtaine d’années, et je n’ai certainement pas fini », explique Michel Dugas, qui a également travaillé comme psychologue clinicien, avant sa carrière académique.

Lire la suite >>>

Source :
Service des communications
UQO