Mieux mesurer les réserves d’eau souterraine à l’aide de capteurs orbitaux

2018-01-17

Mieux mesurer les réserves d’eau souterraine à l’aide de capteurs orbitaux

Les travaux de recherche sur l’approvisionnement en eau souterraine au Mexique réalisés par Pascal Castellazzi alors qu’il était doctorant en sciences de l’eau à l’INRS retiennent l’attention de la NASA. Dans son rapport annuel Sensing Our Planet - NASA Earth Science Research Features 2017, elle y consacre un article intitulé In Mexico’s escalating water crisis, a view from the sky provides answers.  
 
 
Hydrogéologue de formation, Pascal Castellazzi a utilisé la géodésie spatiale pour suivre les variations des stocks d’eau souterraine dans une des régions les plus densément peuplées du Mexique. Un sujet d’importance pour la grande région de Mexico qui connaît une surexploitation de cette ressource, la seule disponible en quantité et en qualité suffisante pour approvisionner la population. Entre autres conséquences, cela provoque l’affaissement des sols de l’ordre de 3 à 25 cm/an, ce qui compromet l’intégrité des infrastructures urbaines. De plus, la compaction des aquifères amoindrit sa capacité à stocker l’eau sur le long terme, en diminuant de manière largement irréversible sa porosité.
 
 
Au cours de ses recherches doctorales réalisées à l’INRS sous la direction du professeur Richard Martel et la codirection de Jaime Garfias et Alfonso Rivera, Pascal Castellazzi a comparé les limites et le potentiel de deux techniques, l’interférométrie radar (InSAR) et la gravimétrie par satellite (GRACE). En les combinant, il a développé de nouvelles applications pour mieux cartographier et quantifier les variations de stockage de l’eau souterraine. 
 
Plusieurs professeurs et chercheurs provenant du Mexique, des États-Unis, de la France et du Canada ont participé à cette recherche dont les résultats obtenus représentent certes une importante avancée qui prépare le terrain pour « un suivi apolitique des stocks d’eau et indépendant des systèmes de gouvernance ». D’autres recherches devront être menées pour une utilisation opérationnelle de la gestion de l’eau souterraine. Dès janvier 2018, Pascal Castellazzi poursuivra ses recherches en exploration des ressources naturelles en tant que chercheur postdoctoral au Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation (CSIRO) à Adelaïde, en Australie. 
 
Pour en savoir davantage : 
 
Castellazzi P., Longuevergne L., Martel R., Rivera A., Brouard C., Chaussard E. (2018) Combining GRACE and InSAR for quantitative mapping of groundwater depletion at the water management scale. Remote Sensing of Environment. 205, 408-418
 
Castellazzi P., Garfias J., Martel R., Brouard C., Rivera A. (2017). InSAR to support sustainable urbanization over compacting aquifers: the case of Toluca Valley, Mexico. International Journal of Applied Earth Observation and Geo-information 63, 33-34. 
 
Castellazzi, P., R. Martel, D. Galloway, L. Longuevergne, and A. Rivera (2016) Assessing groundwater depletion and dynamics using GRACE and InSAR: potential and limitations. Groundwater, 54 (6): 768-780.
 
Castellazzi, P. Martel, R., Rivera, A.,  Huang, J., Pavlic, G., Calderhead, A., Chaussard, E. and J. Gárfias.(2016) Groundwater depletion in Central Mexico: use of GRACE and InSAR to support water resources management. Water Ressources Research.  52, 5985–6003.
 
Castellazzi, P., Arroyo-Domínguez, N., Martel, R., Calderhead, A.I., Normand, J.C.L., Gárfias, J., Rivera, A. (2016). Land subsidence in major cities of Central Mexico: interpreting InSAR-derived land subsidence mapping with hydrogeological data. International Journal of Applied Earth Observation and Geoinformation. 47, 102-111. 
 
Source :
Gisèle Bolduc
INRS, 17 janvier 2018