Mieux visualiser les changements dans le sous-sol et les activités neuronales

2017-09-12

Mieux visualiser les changements dans le sous-sol et les activités neuronales

Deux professeurs de l’INRS bénéficient chacun d’une subvention du Programme de suppléments d’accélération à la découverte du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG). Grâce à ce financement, les professeurs Bernard Giroux du Centre Eau Terre Environnement et Jinyang Liang du Centre Énergie Matériaux Télécommunications pourront pousser plus avant leurs recherches dans les domaines des géosciences et de l’imagerie pour les neurosciences. Leurs projets se démarquent par leur originalité et présentent un haut potentiel d’innovation scientifique et technologique. 

De la surveillance géophysique…
L’exploitation des ressources naturelles du sous-sol et le stockage géologique peuvent présenter des risques pour l’environnement et les populations. La surveillance géophysique joue un rôle important pour réduire ces risques susceptibles de peser sur l’acceptabilité sociale de telles activités. Toutefois, les méthodes géophysiques actuelles comportent des limites. Le professeur Bernard Giroux vise donc à améliorer la robustesse des outils de surveillance et à faciliter l’interprétation des résultats, afin de mieux comprendre les processus en jeu. Avec son équipe, il mettra au point un système compact peu coûteux basé sur l’utilisation de lunettes de réalité augmentée et adapté aux problèmes en sciences de la Terre. 
 
… à l’imagerie en temps réel des activités neuronales 
L’imagerie optique est apparue comme une solution idéale pour mesurer l’activité neuronale, mais l’imagerie en temps réel de ces activités pose de nombreux défis sur lesquels le professeur Jinyang Liang se penche. Son but est de développer avec son équipe des techniques avancées d’imagerie en temps réel pour étudier la dynamique membranaire des neurones. En plus des neurosciences, ce dispositif d’imagerie ultrarapide et ultrasensible trouvera des applications en sciences des matériaux et en physique optique. Ce projet met aussi l’accent sur la formation de personnel hautement qualifié dans les domaines de l’imagerie, du traitement du signal et des neurosciences. 
 
Onze autres professeurs de l’INRS ont obtenu un financement du CRSNG, entre autres pour étudier le stress chez les poissons, caractériser les systèmes aquifères locaux et régionaux, déchiffrer les intercommunications mitochondries-lysosome, évaluer la résistance et la radiosensibilisation bactérienne, développer une plateforme intelligente pour les systèmes de détection. Au total, l’INRS a reçu plus de 2,36 M$ pour réaliser ces recherches.
 
Source :
Gisèle Bolduc
INRS, 12 septembre 2017