Première étude sur les transitions scolaires au Québec et au Canada

2007-02-08

Première étude sur les transitions scolaires au Québec et au Canada

Québec, le 8 mars 2007– L'Université du Québec recevra 2 millions de dollars pour réaliser le premier projet de recherche-action sur les modes de transition scolaire dans l'enseignement postsecondaire au Québec et au Canada. Financé par la Fondation canadienne des bourses d'études du millénaire, ce projet vise à mieux comprendre l'effet des modes de transition sur l'accès aux études et sur la persévérance des étudiants. Il accordera une place importante aux étudiants dont les parents n'ont pas poursuivi leurs études après le secondaire. Il constitue également un outil d'intervention et met l'accent sur le transfert des connaissances vers les professeurs, les décideurs et les intervenants en éducation postsecondaire.

« L'essor économique et social du Québec repose sur une participation accrue des Québécoises et des Québécois à l'enseignement postsecondaire. Nous souhaitons que cette recherche contribue à l'atteinte de cet objectif qui est au cœur du mandat que nous a confié le gouvernement du Canada », souligne Paule Leduc, membre du conseil d'administration de la Fondation.

Les réseaux, une source d'impulsion pour la recherche et l'innovation

« Ce projet confirme la capacité des réseaux à donner un élan à la recherche et à l'innovation, voire à trouver des solutions à des problèmes de société. D'ailleurs, dans ce projet en particulier, l'imbrication des activités de recherche et de transfert des connaissances permettra de donner une réelle impulsion de changement dans les milieux de l'enseignement postsecondaire, tant au Québec qu'au Canada », précise Pierre Moreau, président de l'Université du Québec.

Intitulé Les transitions scolaires dans l'enseignement postsecondaire : formes et impacts sur les carrières étudiantes, ce projet est né d'une collaboration entre la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ), le Consortium d'animation sur la persévérance et la réussite dans l'enseignement supérieur (CAPRES), créé par l'Université du Québec, et le Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST) dont les locaux principaux sont situés à l'Université du Québec à Montréal.

« Le projet Transitions est une recherche d'envergure sur les parcours d'études et sur la persévérance en enseignement supérieur. Il exploitera des données très riches de diverses enquêtes de Statistique Canada qui permettront, pour une première fois, des comparaisons pancanadiennes », souligne Pierre Doray, qui pilote l'équipe de recherche au CIRST. « L'occasion qui nous est donnée d'aller au-delà de la production des connaissances sur les transitions et d'influencer le milieu en intégrant les savoirs acquis au processus d'évolution de notre système de formation des personnes est exceptionnelle et stimulante », ajoute Pierre Chenard, qui de son côté pilote l'équipe de transfert du CAPRES.

D'une durée de trois ans, Transitions s'articulera autour des activités de deux équipes de chercheurs de manière à permettre concurremment la production de notes de recherche par une équipe encadrée par le CIRST, et provenant de collèges et d'universités du Québec, et le transfert des connaissances par le CAPRES. Un groupe de conseillers, piloté par M. Réjean Drolet de la CREPUQ, accompagnera le développement des travaux des deux équipes responsables des livrables.

Mieux comprendre la persévérance scolaire et agir pour la réussite

Transitions permettra, pour la première fois, de mener systématiquement une analyse comparative des modes de transition en fonction des structures des systèmes d'enseignement des différentes provinces. Les modes de transition sont les conditions et les modalités de passage d'un ordre d'enseignement à un autre. Par exemple, pour le Québec, les passages du secondaire au collégial puis à l'université. Dans les autres provinces canadiennes, ces passages se résument à celui du High School vers l'université. À l'intérieur de ces modes existent plusieurs variantes qui seront également étudiées.

Le projet dépassera également la simple description empirique de la situation et le produit de l'activité de recherche, puisqu'il vise à créer une dynamique de transfert des connaissances et de changements en éducation supérieure. Cette dynamique de production et de transfert des connaissances permettra, au cours des trois années du projet, de développer des expertises québécoises dans le domaine de la réussite scolaire en enseignement supérieur.

Transitions abordera plusieurs pistes de recherche. Il s'agira, dans un premier temps, de définir les modes de transition et de déterminer comment les différentes caractéristiques des transitions influencent la poursuite des études. La recherche s'intéressera, ensuite, aux processus qui gouvernent l'accès aux études postsecondaires des étudiants dits de première génération et à mieux comprendre la persévérance scolaire chez ces étudiants.

Les analyses réalisées lors du projet conduiront à la rédaction de notes de recherche par l'équipe encadrée par le CIRST. Ces notes porteront sur des thèmes particuliers, comme les déterminants sociaux des modes de transition, les orientations non traditionnelles des filles au cégep, les retours aux études, etc. Une douzaine de thèmes feront l'objet de notes qui documenteront un aspect de la problématique des transitions scolaires dans l'enseignement postsecondaire.

Une fois les notes de recherche produites, l'équipe de transfert des connaissances, coordonnée par le CAPRES, aura la responsabilité de conceptualiser des instruments de transfert et de planifier des activités destinées à favoriser la réussite étudiante. Ces instruments seront mis à la disposition des intervenants et utilisés lors d'activités d'animation et de sensibilisation.

L'équipe de conseillers jouera un rôle de soutien et d'orientation autant en amont qu'en aval des développements et des réalisations des équipes de recherche et de transfert. Elle garantira que cette démarche de recherche-action réponde aux besoins et aux intérêts des chercheurs et qu'elle s'ajuste à la réalité des intervenants sur le terrain.

2007-02-08

Source :
M. Jean Lapierre
Directeur des communications
Fondation canadienne des bourses d'études du millénaire
1000, rue Sherbrooke Ouest, bureau 800
Montréal (Québec) H3A 3R2
Téléphone : (514) 985-0026
Télécopieur : (514) 985-5987
Courriel : jlapierre@bm-ms.org

René Beaudet
Agent d'information
Direction des communications
Université du Québec
475, rue du Parvis
Québec (Québec)
Téléphone : (418) 657-4304
Courriel : rene.beaudet@uquebec.ca