STEP: soutenir les adultes victimes de maltraitance en enfance au moment où ils deviennent parents

2017-05-04

STEP: soutenir les adultes victimes de maltraitance en enfance au moment où ils deviennent parents

Devenir parent est un défi en soi. Devenir parent lorsqu’on a soi-même vécu de la négligence ou de l’abus lors de l’enfance est une autre paire de manches. C’est précisément de façon à mieux répondre aux besoins spécifiques de cette clientèle de futurs parents que Nicolas Berthelot, professeur au Département des sciences infirmières de l’Université du Québec à Trois-Rivières, et son équipe ont conçu le projet STEP.


Nicolas Berthelot est professeur au Département des sciences infirmières.
(Photo: Annie Brien)

Un projet unique

Le projet STEP (Soutenir la transition et l’engagement dans la parentalité) se concentre autour de l’élaboration et de la mise en place d’un programme d’accompagnement visant à outiller les futurs parents face aux différents défis pouvant se présenter dans le chemin vers la parentalité. En effet, les gens ayant vécu de l’abus lors de l’enfance peuvent se voir confrontés à des situations difficiles telles que la dépression, l’anxiété ou encore des problèmes relationnels, et peuvent en venir à reproduire malgré eux des comportements proches de ceux qu’ils ont vécus. La recherche en cours à l’UQTR est unique puisqu’il n’existe présentement aucun programme d’intervention orienté uniquement sur les besoins de cette clientèle.

Le programme s’étend sur divers plans. Bien qu’il s’agisse principalement de rencontres individuelles et de groupe, on peut également compter la création de manuels d’intervention, de dépliants d’information et d’un site Web sur les défis de la parentalité à la suite d’événements difficiles. Ces moyens visent à faciliter l’adaptation lors de la période – marquée par d’importants changements – qu’est celle de devenir parent.

Le concept de mentalisation, au coeur de STEP

L’équipe s’intéresse particulièrement au concept de mentalisation, c’est-à-dire la capacité à réfléchir aux émotions et aux motivations qui guident les comportements. Dans le contexte particulier de l’abus/négligence, elle permet de se représenter les impacts psychologiques et relationnels qu’ont pu engendrer ces expériences traumatiques. Ceux qui parviennent à mentaliser ces expériences le font de façon cohérente, sans nier ou minimiser ce qui s’est passé et sans s’en attribuer le blâme.

Les travaux de l’équipe ont démontré que les futurs parents qui parviennent à prendre conscience des mécanismes qu’ils ont employés pour passer à travers ces situations difficiles (la mise à distance émotionnelle, par exemple) sont davantage en mesure de développer une relation positive et sécurisante avec leur enfant et d’intercepter les cycles intergénérationnels de risques associés à leur vécu.

L’état des travaux

Les chercheurs sont présentement dans la période de préparation visant à construire le programme. Ils se sont d’abord entretenus avec une quinzaine de professionnels des milieux communautaires, de la santé et des services sociaux afin de sonder leur perception quant aux actions prioritaires à mettre en place.

Actuellement, l’équipe de recherche rencontre des parents ayant eux-mêmes vécu de l’abus, de façon à connaître ce qui aurait facilité leur transition vers la parentalité et les types de services qu’ils auraient aimé recevoir. Le projet STEP ne constitue pas une psychothérapie, mais bien un programme axé sur la capacité du futur parent à prendre conscience de ses zones de fragilité, de ses ressources personnelles et des ressources qui lui sont offertes.

Lire la suite >>>

Source :
Vice-rectorat recherche et développement
UQTR, 4 mai 2017