Un étudiant de l’UQAR prend part à un stage dans le cadre d’un projet de recherche scientifique international

2017-11-01

Un étudiant de l’UQAR prend part à un stage dans le cadre d’un projet de recherche scientifique international

William Bélanger, étudiant au baccalauréat en chimie de l’environnement et des bioressources, a récemment participé à un stage intégré au projet scientifique international « GHaNA » sur la valorisation de la biomasse marine.

William Bélanger est étudiant au baccalauréat en chimie de l’environnement et des bioressources.

Le projet GHaNA (The Genus Haslea, New marine ressources for blue biotechnology and Aquaculture) est un groupe de travail international de recherche et d’innovation coordonné par le laboratoire Mer, Molécules, Santé de l’Université du Maine. Son objectif est d’explorer et de caractériser une nouvelle ressource biologique marine, la marennine. Il s’agit d’un pigment bleu vert produit par une microalgue de la classe des diatomées, l’algue Haslea ostrearia, qui est présente dans les bassins d’élevage des huitres. L’application de la marennine se retrouve dans l’aquaculture, les cosmétiques et éventuellement dans les secteurs alimentaires et la santé.

Le stage auquel a participé William Bélanger était mené par l’UQAR ainsi que par l’Université du Maine en France. Il visait à extraire et à caractériser la marennine pour identifier les molécules d’intérêt et élucider leur structure moléculaire. Dirigé par le professeur Réjean Tremblay, de l’UQAR-ISMER, M. Bélanger avait le mandat de participer à la compréhension de la nature chimique du pigment et au développement d’une nouvelle méthode d’extraction. Il a par la suite élaboré une méthode d’analyse permettant de caractériser ces extraits.

C’est après avoir suivi des études en technologie de la production horticole et de l’environnement ainsi qu’en administration que William Bélanger s’est inscrit au baccalauréat en chimie de l’environnement et des bioressources. « L’UQAR a reconnu la valeur de ma technique, et j’ai pu m’inscrire en chimie après avoir fait quelques cours d’appoint pour me préparer aux spécificités du baccalauréat », dit-il. « Les stages que j’ai faits pendant mes études à l’UQAR ont été l’occasion de confirmer mon intérêt pour la recherche. Après ma formation, j’aimerais trouver un emploi comportant principalement du travail en laboratoire, par exemple en tant que professionnel de recherche. Je m’intéresse à la valorisation de la biomasse et j’aimerais travailler dans ce secteur. »

Source :
Karen Beaulieu
UQAR-Info, 1er novembre 2017