Un peu de reconnaissance, svp

2016-04-19

Un peu de reconnaissance, svp

Les préposés aux bénéficiaires : essentiels, mais laissés dans l’ombre.

Auxiliaires de santé, infirmières et infirmiers auxiliaires, préposés aux bénéficiaires, etc. Pratiquement au bas de l’échelle du système, ils sont les laissés-pour-compte des réformes de la santé. Pourtant, leur apport est indispensable. Ils travaillent dans les centres d’hébergement pour les personnes âgées ou dans les hôpitaux. «Dans le réseau de la santé, c’est le personnel le plus affecté par les accidents de travail et le plus exposé au stress professionnel », soutient François Aubry, professeur au département de travail social de l’Université du Québec en Outaouais (UQO).

Ce sociologue et gérontologue est l’un des rares chercheurs à suivre la situation de ces travailleurs oubliés, qui sont à 80% des femmes lorsqu’on parle de préposés aux bénéficiaires. Selon lui, l’intensification du travail, occasionnée par les récents boule - versements dans le réseau de la santé, n’a aidé en rien. «On met les problèmes du réseau sur les épaules des préposés, dit-il. C’est assez terrible, car ce milieu est déjà extrêmement fragilisé. Et il y a un corollaire à cela : les soignants ont du mal à se rapprocher de leurs patients. Il leur est maintenant difficile de concilier le relationnel avec leurs tâches habituelles. Ne disposer que de 15 minutes pour donner son bain à un patient, ça ne donne pas le temps de créer des liens!»

Lire la suite >>>

Source :
La recherche dans le réseau de l’Université du Québec
Volume 5, No 2, p. X.