Un postdoctorant de l’UQAR contribue à améliorer la qualité de la gestion des études universitaires en Afrique

2018-03-07

Un postdoctorant de l’UQAR contribue à améliorer la qualité de la gestion des études universitaires en Afrique

Judicaël Alladatin est postdoctorant en sciences de l’éducation à l’UQAR et boursier du Fonds québécois de recherche Société et culture (2017-2019). Ingénieur agronome de formation, il est aussi spécialiste de la démographie sociale et de la planification du développement. Le professeur Jean Bernatchez, membre du groupe de recherche Apprentissage et socialisation (APPSO) et du Groupe de recherche interdisciplinaire sur le développement régional, de l’Est du Québec (GRIDEQ), l’accompagne dans son projet.

Judicaël Alladatin est postdoctorant en sciences de l’éducation à l’UQAR.

Détenteur d’un doctorat en sociologie de l’Université Laval (2011-2014), Judicaël enseigne aussi à l’Université de Parakou au Bénin. Il réalise une recherche-action sur les dynamiques sociotechniques à l'œuvre dans la co-création et l’appropriation d'un logiciel libre de gestion des études universitaires en Afrique. Son projet se situe à l'intersection de trois domaines du savoir (la sociologie de l’innovation, la sociologie de l’éducation et l’administration scolaire) avec lesquels est familier le professeur Bernatchez. Judicaël s’intéresse à trois volets de la gestion des études : l’inscription des étudiants, la communication des résultats et la délivrance des diplômes.

Une enquête qu’il a réalisée au cours des derniers mois révèle une insatisfaction généralisée chez les étudiants et chez le personnel de l’Université de Parakou quant à la gestion des études : « elle révèle des dysfonctionnements notables dans le mode de communication des calendriers de cours et des résultats d’examens, des délais déraisonnables et des pratiques douteuses dans la délivrance des attestions et des diplômes » précise le chercheur postdoctoral. « Ce tableau très peu reluisant confirme l’urgence de déployer une stratégie globale », ajoute-t-il.

Critique de l’orientation normative et marchande de l’assurance-qualité promue en contexte néolibéral, le chercheur opte plutôt pour une perspective formative orientée vers l’évaluation et l’amélioration continues des outils de gestion des études, dans une perspective d’efficacité, d’équité et de responsabilisation. Cela sera possible grâce au déploiement d'un logiciel libre de gestion des études, stratégie qu’il mettra en œuvre « sur le terrain » au cours des prochains mois.

Ce projet s’inscrit dans la mouvance d’une recherche financée par le CRSH, pilotée par Florence Piron de l’Université Laval et à laquelle est associé Jean Bernatchez, qui porte sur la transformation des universités postcoloniales en outils de développement local durable grâce entre autres à la création de boutiques de sciences dans les universités africaines et haïtiennes. Judicaël est cofondateur de Alavotodji, la boutique des sciences du Bénin : alavo en langue fon signifie université et todji, société. Une boutique des sciences favorise la rencontre entre des associations de la société civile confrontées à des problèmes que la recherche réalisée par des acteurs de l’université (étudiants, professeurs et chercheurs) peut contribuer à atténuer.

Jean Bernatchez croit que cette collaboration avec Judicaël Alladatin enrichit ses propres travaux sur la justice cognitive, étant entendu que ce concept, pour « faire du sens », doit se traduire en actions concrètes, malgré les problèmes politiques, sociaux et logistiques qui sont légion. Le chercheur postdoctoral aura l’occasion de présenter les résultats de ses travaux aux campus de Rimouski et de Lévis de l’UQAR à l’automne 2018.

Source :
Service des communications
UQAR, 7 mars 2018