Vagues sous-marines : une découverte majeure dans le fjord du Saguenay

2016-12-08

Vagues sous-marines : une découverte majeure dans le fjord du Saguenay

Une équipe de chercheurs de l’UQAR-ISMER, de l’Institut Maurice-Lamontagne (IML) et du regroupement Québec-Océan vient de publier un article dans la prestigieuse revue scientifique Nature Communications sur une découverte majeure qui lève le voile sur l’origine des vagues sous-marines.

C’est dans un secteur du fjord du Saguenay que les professeurs Daniel Bourgault et Cédric Chavanne, de l’ISMER, et le professeur associé Peter Galbraith, de l’IML, ont effectué une série d’échographies de la colonne d’eau, à l’été 2015, à partir d’un bateau de recherche. L’équipe de scientifiques a pu assister en direct, à partir des données recueillies, à la naissance d’immenses vagues sous-marines d’une dizaine de mètres de hauteur accompagnées de fortes turbulences et de remous.


Dans l’ordre habituel, Daniel Bourgault (UQAR-ISMER), Cédric Chavanne (UQAR-ISMER), Peter Galbraith (IML), Pascal Bourgault (UQAR-ISMER et Alexandre Livernoche (UQAR-ISMER).

« Après l’analyse des échographies et de simulations informatiques de mécanique des fluides, nous avons découvert que ces vagues sous-marines ont été générées par la collision de deux courants marins ayant des températures et des salinités différentes. Or, ces rencontres de courants sont fréquentes dans les milieux comme le golfe du Saint-Laurent et le fjord du Saguenay », indique le professeur Bourgault.

Cette découverte pourrait expliquer, du moins en partie, la présence de vagues sous-marines dans les milieux côtiers, poursuit le spécialiste en océanographie physique. « En effet, les vagues et les déferlantes n’existent pas qu’à la surface des océans. Bien que ce soit contre-intuitif, l’océan est aussi rempli de vagues sous-marines et elles ne sont pas banales. On les retrouve à toutes les profondeurs, des premiers mètres sous la surface jusqu’aux confins abyssaux », mentionne M. Bourgault.

Pouvant atteindre des dizaines, sinon des centaines de mètres, ces vagues sous-marines sont beaucoup plus grandes que les vagues de surface selon les endroits et les conditions climatiques. « Ces vagues sous-marines peuvent aussi déferler de façon similaire aux vagues sur les plages », note le professeur Bourgault. « Bien qu’encore méconnues et difficilement détectables, tout indique que ces vagues sous-marines sont omniprésentes et jouent un rôle fondamental dans le fonctionnement de l’océan, de l’écosystème marin et du climat. »

Lire la suite >>>

Source :
Jean-François Bouchard
UQAR-Info, 7 décembre 2016