Valérie Forgues, une diplômée de l’UQO, obtient l'appui des «dragons»

2017-04-27

Valérie Forgues, une diplômée de l’UQO, obtient l'appui des «dragons»

Diplômée de l’UQO en administration au campus de Saint-Jérôme, Valérie Forgues a réalisé un rêve qui s’est avéré très rentable! Entrepreneure dynamique, la jeune femme de 23 ans a participé à l’émission Dans l’œil du dragon, diffusée le lundi 24 avril 2017, et elle en est repartie avec un appui de 30 000 $ pour sa jeune entreprise Créatival.

« Au niveau du stress, c’est un rêve que je visualisais depuis tellement longtemps, alors lorsque je me suis rendue là, je me sentais prête.  Ça été une belle ambiance sur le plateau », affirme la résidante de Boisbriand, au lendemain de la diffusion de l’émission. Valérie Forgues est sur le point de terminer une maîtrise en marketing au HEC et elle continue de travailler pour Créatival, qui se spécialise dans la conception de bijoux et la vente au détail en ligne.

Deux dragons ont appuyé la jeune entrepreneure : Christine Germain, cofondatrice et coprésidente du Groupe Germain Hôtels, et Gilbert Rozon, créateur du Festival Juste pour rire de Montréal.  Les deux ont investi 30 000 $ (15 000 $ chacun) en retour de 15 % des intérêts de Créatival.

Cet appui permettra à Valérie Forgues de faire davantage de commercialisation et du marketing de ses produits, car pour le moment, Créatival mise surtout sur les réseaux sociaux. « C’est de faire des campagnes pour optimiser mon site Internet. »

L’impact de son passage à l’émission Dans l’œil du dragon a été immédiat. Dès le lendemain (mardi 25 avril), les commandes ont augmenté pour ses boîtes de bijoux. « Ça été une belle vague d’énergie. Les commandes rentrent, il y a plusieurs messages sur les réseaux sociaux. »

Créatival propose des collectes de fonds pour les étudiants via la vente de bracelets thématiques. Ses bijoux sont fabriqués par elle et quelques employés à son atelier chez elle à Boisbriand. En plus de vendre en ligne, Créatival a une cinquantaine de points de vente, notamment chez Simons, des boutiques de vêtement prêt-à-porter, dans des boutiques à Saint-Sauveur et au Mont-Tremblant.

Lire la suite >>>

Source :
Service des communications
UQO