Vers de nouvelles stratégies de lutte contre le parasite Leishmania

2017-11-20

Vers de nouvelles stratégies de lutte contre le parasite Leishmania

Au sein de sa nouvelle Chaire de recherche du Canada en biologie du parasitisme intracellulaire, le professeur Albert Descoteaux de l’INRS poursuivra ses recherches en vue d’élucider les mécanismes moléculaires qui permettent au parasite Leishmania de déjouer le système immunitaire. Avec son équipe, il cherche à découvrir de nouvelles approches pour prévenir et traiter des infections causées par des microorganismes pathogènes intracellulaires. 

Comment ce parasite intracellulaire responsable de la leishmaniose modifie-t-il la machine de fusion membranaire de la cellule hôte? Quelles sont les conséquences de cette altération sur les fonctions des cellules infectées et la réponse immunitaire? Pour répondre à ces questions qui sont au cœur de son programme de recherche, le professeur Descoteaux utilisera des approches issues de la biologie cellulaire, génétique, protéomique, immunologique et in vivo.
 
« Leishamia est particulièrement habile à transformer le macrophage en une cellule hôte hospitalière et constitue donc un outil unique pour étudier les mécanismes fondamentaux de la biologie des macrophages, des cellules du système immunitaire », précise le titulaire de la Chaire de recherche du Canada en biologie du parasitisme intracellulaire, niveau 1.
 
À ce jour, il n’existe aucun vaccin efficace pour se protéger contre le parasite Leishamia responsable de maladies allant de la lésion cutanée à une infection viscérale pouvant être fatale, si elle n’est pas traitée. Les traitements actuels sont difficiles à administrer, coûteux et entraînent une résistance. Les avancées réalisées par l’équipe du professeur Descoteaux permettront d’identifier de nouvelles cibles thérapeutiques pour les maladies infectieuses et inflammatoires, dont les leishmanioses qui constituent un grave problème de santé dans près d’une centaine de pays. 
 
Notes biographiques du titulaire
Détenteur d’un doctorat en parasitologie de l’Université McGill, le professeur Albert Descoteaux a poursuivi des études postdoctorales à l'Université du Kentucky et à la Harvard Medical School. Depuis plus de vingt ans, il a développé une expertise unique en biologie moléculaire et cellulaire de l’interaction Leishmania-macrophage au Centre INRS–Institut Armand-Frappier et a acquis une reconnaissance scientifique internationale en parasitologie. Il a été titulaire de la Chaire de recherche du Canada en infections et immunité de 2001 à 2011. Il est directeur du programme de doctorat en immunologie et virologie offert à l’INRS.
 
Source :
Gisèle Bolduc
INRS, 20 novembre 2017