Des connaissances nouvelles pour l'industrie minière et forestière grâce à 652 500 $ en subventions à la découverte | Réseau de l'Université du Québec

Des connaissances nouvelles pour l'industrie minière et forestière grâce à 652 500 $ en subventions à la découverte

2019-05-06

Des connaissances nouvelles pour l'industrie minière et forestière grâce à 652 500 $ en subventions à la découverte

Afin de fournir des connaissances essentielles à l'avancement et au développement de l'industrie forestière et minière, quatre professeurs de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) ont reçu 652 500 $ du Programme de subventions à la découverte du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) pour la réalisation de quatre projets novateurs au cours des cinq prochaines années.   

Une toute première modélisation physique du comportement mécanique des ouvertures minières comblées avec du remblai en pâte cimenté par le professeur Tikou Belem
Le professeur titulaire à l'Institut de recherche en mines et en environnement (IRME), Tikou Belem, a obtenu une subvention pour son projet intitulé Physical modelling of the hydro-mechanical properties of backfilled mine stopes. Ce projet permettra de réaliser, pour la toute première fois, une modélisation physique de la stabilité des ouvertures minières créées par l'exploitation souterraine du minerai, incluant celles des barricades de retenue du remblai en pâte, composées de roches stériles. Les travaux fourniront des connaissances sur les paramètres de conception et permettront de répondre aux questions cruciales et récurrentes formulées notamment par les sociétés minières et les bureaux d'ingénierie. Le professeur Belem s'est ainsi vu octroyer le montant annuel de 36 000 $ pour 5 ans, soit un total de 180 000 $.

Le professeur Benoit Lafleur étudiera l'influence des vers de terre exotiques afin d'élaborer des lignes directrices en sylviculture
Dans le cadre de son projet Investigating the effects of invading earthworms on soil properties and seedling growth in forest ecosystems, le professeur à l'Institut de recherche sur les forêts (IRF), Benoit Lafleur, cherchera à mieux comprendre l'influence des vers de terre exotiques sur les sols et la végétation. En effet, dans un contexte où ces vers ont récemment colonisé plusieurs parties de la forêt boréale, les résultats de son étude permettront d'élaborer des lignes directrices en matière de sylviculture tout en tenant compte de ce phénomène. Le professeur Lafleur reçu ainsi 28 000 $ pour 5 ans, pour un total de 140 000 $. De plus, grâce au suppléments Tremplin vers la découverte de 2019, le professeur Lafleur reçoit également un surplus de 12 500 $ portant le montant total octroyé par le CRSNG à 152 500 $.

La professeure Carmen Mihaela Neculita étudiera le traitement passif et actif des effluents miniers afin d'aider le Canada à maintenir son rang de chef de file mondial en matière de développement minier durable
Carmen Mihaela Neculita, professeure titulaire à l'IRME, a obtenu une subvention pour son projet Passive and active treatment of contaminated mine water. L'étude novatrice de la professeure Neculita vise à produire des connaissances afin d'améliorer la performance du traitement passif des effluents miniers, en climat froid et à forte salinité, d'optimiser la performance et la valorisation des matières naturelles modifiées et des résidus industriels dans la prévention et le traitement passif/actif des eaux minières et d'améliorer l'efficacité du traitement actif des éléments de terres rares dans les eaux minières contaminées. La professeure Neculita obtient donc 36 000 $ par année pour 5 ans, pour un total de 180 000 $. 

Des solutions novatrices pour les communications sans fil dans les mines souterraines développées par le professeur Mourad Nedil
La recherche du professeur Mourad Nedil, de l'École de génie, vise le développement de solutions novatrices pour les communications sans fil dans les mines souterraines grâce à la conception et à la mise en œuvre de nouvelles technologies avancées des réseaux corporels de communication sans fil (WBAN). La technologie pourrait être utilisée à l'avenir dans l'exploitation minière intelligente qui utilise la technologie de pointe 5G pour se connecter et communiquer entre les systèmes impliqués dans l'exploitation minière afin d'assurer un fonctionnement efficace et fiable. Pour son projet de recherche Wireless Body Area Networks for future mining applications, le professeur Nedil s'est vu octroyer 28 000 $ par année pour une durée de 5 ans, pour un total de 140 000 $.

- 30 -

Source : 
Nathalie Cossette, agente d'information
Service des communications et du recrutement
Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
819 762-0971 poste 2628 

Toutes les actualités de l'UQAT >>>