Deux récipiendaires du réseau au concours Relève étoile des Fonds de recherche du Québec | Réseau de l'Université du Québec

Deux récipiendaires du réseau au concours Relève étoile des Fonds de recherche du Québec

Image de l'article

Guillermo Arango Duque et Jose Orlando Montes De La Barrera.

2020-03-27

Deux récipiendaires du réseau au concours Relève étoile des Fonds de recherche du Québec

Le scientifique en chef du Québec, Rémi Quirion, vient de faire l'annonce des récipiendaires de mars du concours Relève étoile des Fonds de recherche du Québec, donc deux étudiants provenant du réseau de l'Université du Québec.

Guillermo Arango Duque

Le postdoctorant en biologie cellulaire de l'Institut national de la recherche scientifique a reçu ce prix grâce à sa publication The host cell secretory pathway mediates the export of Leishmania virulence factors out of the parasitophorous vacuole, laquelle a été publiée dans PLOS Pathogens.

Résumé
Les parasites du genre Leishmania causent des maladies débilitantes à travers le monde. Ce micro-organisme est transmis aux mammifères lorsqu'un insecte phlébotome infecté prend un repas sanguin : à cet instant, le parasite est inoculé sous sa forme promastigote. Celui-ci est alors ingéré par diverses cellules du système immunitaire, dont les macrophages, et se retrouve isolé dans un organite nommé « phagosome ». L'environnement toxique du phagosome permet normalement aux macrophages d'éliminer les microbes. Pourtant, les promastigotes réussissent à y survivre et se différencient en amastigote, forme responsable de la maladie. Pour réaliser cet exploit, Leishmania utilise des molécules de virulence telles que la métalloprotéase GP63 et le lipophosphoglycan. Alors que GP63 désactive les voies antimicrobiennes en clivant des protéines-clé du macrophage, le lipophosphoglycan empêche le phagosome d'acquérir ses propriétés microbicides. Ces molécules de virulence doivent cependant atteindre leurs cibles, réparties de part et d'autre de la cellule. Puisque Leishmania n'injecte pas ses effecteurs à travers la membrane qui entoure le phagosome, Guillermo Arango Duque a évalué la possibilité que ce soit des composantes du macrophage qui entraînent leur redistribution. Il a constaté que Leishmania profite des mécanismes préexistants de sécrétion pour faire sortir ses molécules du phagosome. Ses travaux permettent d'élucider la manière dont Leishmania exploite la biologie des macrophages et ouvrent la voie à l'identification de nouveaux traitements contre la leishmaniose.

Jose Orlando Montes De La Barrera

L'étudiant au doctorat en science, technologie et société de l'Université du Québec à Montréal a reçu ce prix grâce à sa publication Microfactories and the new economies of scale and scope, laquelle a été publiée dans le Journal of Manufacturing Technology Management.

Résumé
L'article de Jose Orlando Montes explore le modèle des micro-usines, les éléments qui le permettent et ses implications sur les économies d'échelle et de gamme. À l'heure actuelle, les fabricants doivent réaliser des investissements importants lors du lancement d'un nouveau produit (malgré l'incertitude élevée), ce qui entraîne des pertes considérables. Une micro-usine offre une alternative plus sûre en permettant à une entreprise de développer et de fabriquer de nouveaux produits et de tester leur acceptation sur le marché local avant de les produire en masse. Les micro-usines peuvent faire évoluer diverses industries vers des écosystèmes commerciaux plus locaux, adaptatifs et durables.

À propos du concours Relève étoile

Le concours Relève étoile fait la promotion des carrières en recherche et vise à reconnaître l’excellence des travaux réalisés par les étudiants et les étudiantes de niveau universitaire, les postdoctorants et postdoctorantes et les membres d’un ordre professionnel en formation de recherche avancée, et ce, dans toutes les disciplines couvertes par les trois Fonds de recherche du Québec.

Afin de rendre hommage à d’éminents membres de la communauté scientifique québécoise pour leur remarquable carrière en recherche et pour leur contribution hors du commun à l’édification de l’écosystème de recherche du Québec, le prix décerné par le Fonds Nature et technologies porte le nom de Louis Berlinguet, celui du Fonds Santé porte le nom de Jacques Genest, et celui du Fonds Société et culture porte le nom de Paul Gérin-Lajoie.

Une fois par mois, chaque Fonds remet un prix de 1 000 $ à un étudiant-chercheur ou une étudiante-chercheuse.

Source :
Direction des communications et de la mobilisation des connaissances
Fonds de recherche du Québec
27 mars 2020