Enfouir plus profondément les semis d'épinette pourrait être avantageux selon une étude de l'UQAT | Réseau de l'Université du Québec

Enfouir plus profondément les semis d'épinette pourrait être avantageux selon une étude de l'UQAT

Image de l'article

Annie DesRochers, Clémentine Pernot, à l'écran : Brad Pinno, Nelson Thiffault, Yves Bergeron et Benoit Lafleur

2019-05-09

Enfouir plus profondément les semis d'épinette pourrait être avantageux selon une étude de l'UQAT

Lors de la soutenance de sa thèse qui avait lieu le 8 mai dernier, la doctorante en sciences de l'environnement de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), Clémentine Pernot, a démontré qu'il pourrait être avantageux d'enfouir la base de la tige des semis d'épinette noire de quelques centimètres dans le sol afin d'engendrer le développement de racines adventives et ainsi augmenter leur performance durant leurs premières années de croissance. 

« Les épinettes noires possèdent d'abord un système racinaire initial issu de la germination de la graine. Toutefois, dès les premières années des semis, ceux-ci vont développer un système racinaire à la base de la tige, nommé le système racinaire adventif. Ce système va progressivement remplacer le système racinaire initial. Nous nous sommes donc demandé pourquoi l'épinette noire favorisait le développement de racines adventives au détriment des racines initiales. Cette thèse visait à déterminer le rôle des racines adventives lors de la croissance juvénile de l'épinette noire, en explorant leur aptitude à capter l'eau et les nutriments et leur capacité d'adaptation à la limitation de ressources », souligne Mme Pernot.

Grâce à différents tests de comparaison, la doctorante a entre autres pu constater une plus forte captation de nutriments des semis avec racines adventives deux ans après la plantation en forêt boréale, de même qu'une croissance relative en hauteur plus importante et de meilleures performances physiologiques, en particulier en conditions pauvres en eau, après une saison de croissance en milieu contrôlé.

L'étude de Mme Pernot a ainsi permis de relier la présence de racines adventives à de meilleures performances des semis durant les premières années de croissance, engendrant ainsi des retombées au niveau de la production des semis d'épinette noire. En effet, selon elle, il pourrait être avantageux d'enfouir la base de la tige afin de favoriser le développement de racines adventives, en particulier pour les semis destinés à des sites de reboisement où la disponibilité en ressources peut être problématique.

Intitulée « Croissance et nutrition de l'épinette noire en lien avec le développement de racines adventives », la thèse de Clémentine Pernot a été réalisée sous la direction d'Annie DesRochers, ing. f., Ph. D., professeure à l'IRF de l'UQAT et sous la codirection de M. Nelson Thiffault, ing. f., Ph. D., chercheur scientifique au Centre canadien sur la fibre du bois de Ressources naturelles Canada. 

- 30 -

Source : 
Nathalie Cossette, agente d'information
Service des communications et du recrutement
Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
819 762-0971 poste 2628 

Toutes les actualités de l'UQAT >>>