Fouilles archéologiques sur le futur site du pavillon F | Réseau de l'Université du Québec

Fouilles archéologiques sur le futur site du pavillon F

2020-09-08

Fouilles archéologiques sur le futur site du pavillon F

L’inventaire archéologique réalisé du 15 au 18 juin dans la partie nord du quadrilatère formé des rues William, Young, Ottawa et Murray a eu pour résultats la découverte d’une chambre à combustion d’un four à pain.

Préalablement à l’intervention, l’étude du cadre historique et de l’évolution du cadre bâti a permis d’établir que la boulangerie Gallery était l’élément le plus susceptible de détenir des valeurs d’évocation et d’appropriation pour le quartier. Les tranchées ont donc conséquemment été positionnées à l’emplacement présumé de ladite boulangerie.

Partout où les sols ont été retirés, on a mis au jour les vestiges de la boulangerie. Dans la portion est, où une tranchée a été excavée dans l’axe est‐ouest, les dépôts de démolition reposaient sur une dalle de béton. Cette dalle, apparue à 2,30 m sous la surface, formait le plancher du sous‐sol de la boulangerie.

À l’extrémité est de la tranchée, un pilier de briques a été dégagé, près duquel se trouve un drain de plancher percé dans le béton. Ce pilier servait probablement à soutenir le plancher du rez‐de-chaussée de la boulangerie.

Le long de la paroi sud de la tranchée est‐ouest, quelques assises du mur de pierres sud de la boulangerie ont été dégagées.

Considérant que l’objectif principal de l’intervention était de mettre au jour les vestiges de la boulangerie Gallery en activité à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, les résultats obtenus se révèlent fort satisfaisants.

Les analyses qui restent à faire permettront sans doute d’identifier les méthodes employées dans la fabrication industrielle du pain à cette époque, ouvrant ainsi une fenêtre qui permettra d’obtenir un coup d’œil sur l’environnement de travail des boulangers de cette époque.

Les relevés du four en élévation et en plan réalisés au terrain rendent bien compte, d’une part, de la sophistication de l’ouvrage et, d’autre part, de sa facture artisanale. Pour compléter les données et fournir un rendu plus dynamique des vestiges, un relevé 3D a également été réalisé.

.Source :
Service des communications
ÉTS, 10 août 2020

Toutes les actualités de l'École de technologie supérieure >>>