Le Brésil et la Corée du Sud bénéficieront de l’expertise de l’UQAT | Réseau de l'Université du Québec

Le Brésil et la Corée du Sud bénéficieront de l’expertise de l’UQAT

2020-03-09

Le Brésil et la Corée du Sud bénéficieront de l’expertise de l’UQAT

Les expertises internationalement reconnues de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) dans les domaines de la forêt ainsi qu’en mines et en environnement seront mises à contribution dans le cadre de deux projets de recherche de l’UQAT réalisés en collaboration avec le Brésil et la Corée du Sud.

En effet, faisant suite aux appels à projets lancés par le ministère des Relations internationales et de la Francophonie (MRIF), les professeurs à l’Institut de recherche sur les forêts (IRF), Yves Bergeron et Miguel Montoro Girona, ainsi que la professeure à l’Institut de recherche en mines et en environnement (IRME), Carmen Mihaela Neculita, ont vu leur projet être accepté.

Ainsi, les professeurs Bergeron et Montoro Girona collaboreront avec le Embrapa Floresta, une entreprise d'État brésilienne spécialisée dans l'agronomie ainsi qu’avec l’Université Fédéral du Paraná qui représente l’université la plus reconnue en foresterie au Brésil. Pour sa part, la professeure Mihaela Neculita collaborera avec le Korea Institute of Geoscience and Mineral Ressource (en Corée du Sud) – KIGAM, un institut de recherche géoscientifique de renommée internationale ainsi qu’avec l’université la plus prestigieuse en Corée du Sud, la Seoul National University (SNU).

Un projet novateur pour évaluer la vulnérabilité du thé brésilien face au changement climatique

Alors que le yerba mate (thé brésilien) représente une variété de plante de grande importance économique et sociale au Brésil, sa viabilité à long terme pourrait toutefois être compromise par les changements climatiques. Récemment exploité pour l’industrie pharmaceutique et cosmétique en raison de ses caractéristiques phytochimiques, le yerba mate pourrait en effet subir négativement les effets des évènements de températures extrêmes qui sont susceptibles de se produire plus fréquemment. Les professeurs Bergeron et Montoro Girona bénéficient ainsi d’un montant de 8 000 $ pour 2 ans du programme de coopération Québec-Brésil du MRIF qui permettra d’initier un projet de recherche visant à étudier la vulnérabilité de cette espèce emblématique du Brésil et de renforcer les partenariats scientifiques et la coopération institutionnelle entre deux puissants leaders mondiaux du secteur forestier : Québec-Brésil. La collaboration du professeur à l’Institut de recherche sur les forêts (IRF) de l’UQAT, Mebarek Lamara sera également importante à la réussite du projet. Soulignons que ce projet permettra le développement d’une thèse de doctorat et qu’il permettra, entre autres, à une étudiante brésilienne, Monica Gabira, de venir à l’UQAT afin d’élargir ses horizons en lien avec la problématique des changements climatiques.

Un colloque en compagnie des meilleurs spécialistes en Corée portant sur les éléments de terres rares

Les éléments de terres rares (ETR) sont des minéraux stratégiques critiques au développement technologique. Cependant, leur consommation croissante et les impacts environnementaux liés à leur production (opération minière), à leur transformation ainsi qu’à leur récupération et leur recyclage, constituent des défis majeurs pour la société. Afin de partager les derniers développements scientifiques et pratiques quant à la formation, à la migration et au traitement des eaux contaminées aux ETR, un colloque regroupant les meilleurs spécialistes internationaux sera organisé en Corée du Sud grâce à une aide de 6 000 $ du programme de coopération Québec-Corée du Sud du MRIF. Ce projet de colloque mènera à la rédaction d'un article de synthèse collaboratif et sera coordonné par la professeure à l’UQAT, Carmen Mihaela Neculita, le professeur Thomas Pabst de Polytechnique Montréal ainsi que par deux chercheurs coréens, dont un de KIGAM et l’autre de la SNU. Notons que ce projet contribuera à apporter des solutions concrètes et innovantes dans un domaine très peu étudié, tout en permettant le développement et le renforcement des collaborations de recherche durables entre les deux pays.

Source :
Service des communications
UQAT, 5 mars 2020

Toutes les actualités de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue >>>