Le campus de Saint-Jérôme accueille des chercheurs du Burkina Faso | Réseau de l'Université du Québec

Le campus de Saint-Jérôme accueille des chercheurs du Burkina Faso

Image de l'article

Safiata Kaboré, Drissa Sia, professeur, Benjamin Moyenga, Sylvie de Grosbois, vice-rectrice, Éric Tchouaket, professeur et Laurent Ganou.

2019-05-30

Le campus de Saint-Jérôme accueille des chercheurs du Burkina Faso

Trois chercheurs, au niveau doctorat, originaires du Burkina Faso, viennent de s’installer à Saint-Jérôme pour ainsi poursuivre leur projet d’étude visant l’amélioration de la santé maternelle et infantile en Afrique de l’Ouest à l’aide de la santé numérique. Ils travailleront, avec l’expertise des professeurs du Département de sciences infirmières, Éric Tchouaket et Drissa Sia, au campus de
Saint-Jérôme jusqu’au 16 novembre prochain.

« Nous accueillons la première cuvée de 3 boursiers sur 11 chercheurs, soient 9 doctorants et 2 jeunes chercheurs, dans le cadre du programme des bourses canadiennes du jubilé de diamant de la Reine Elizabeth II (BRE). Ils développeront leur projet de thèse de doctorat et amélioreront ainsi leur production scientifique. C’est une fierté pour l’UQO de recevoir de tels chercheurs dévoués pour l’avancement de solutions à des problèmes nationaux et mondiaux complexes. Nous sommes d’autant plus fiers que notre université fasse partie des 21 universités canadiennes qui avaient été sélectionnées parmi les 80 ayant postulé », explique avec passion le professeur Éric Tchouaket.

Un choix : étudier à l’international
Ces spécialistes osent quitter temporairement leur famille et amis pour découvrir nos méthodes de faire et notre documentation. Le programme BRE est financé par le Centre de recherches pour le développement international (CRDI), le Conseil de recherches en sciences humaines, et la fondation Rideau Hall. 

D’abord, Benjamin Moyenga a choisi de se pencher sur l’amélioration de la prise en charge de la femme enceinte au Burkina Faso à l’aide de la télémédecine. Il faut mentionner que le taux de mortalité des femmes enceintes est élevé et la prise en charge s’avère difficile en milieu rural en raison du manque d’effectifs et des distances très élevées. L’utilisation de télémédecine pourrait être une piste de solution.

Pour sa part, Safiata Kaboré, réalisera des recherches qui porteront sur l’utilisation d’une tablette IeDA pour effectuer des diagnostics électroniques pour améliorer l’accès aux soins de santé infantile au Burkina Faso.

Enfin, Laurent Ganou, se penchera sur des stratégies pour mieux impliquer les patients, les associations et les organismes qui œuvrent dans le domaine de la santé infantile, dans l’amélioration du système d’information sanitaire et numérique. Il veillera à ce que les communications entre tous les paliers soient meilleures pour faciliter la prise de décision.

Ces cadres infirmiers qui rêvent d’obtenir leur doctorat effectueront deux séjours à l’UQO entrecoupés par leur collecte de données. Le premier séjour de 7 mois consistera à la finalisation de la rédaction de leur protocole et l’amorce de la rédaction du cadre théorique de leur thèse. Leur second séjour de 6 mois sera consacré à la finalisation de l’analyse de données et à la rédaction de leur thèse de doctorat. 

Source :
Service des communications
UQO, 29 mai 2019

Toutes les actualités de l'UQO >>>