Les critères de performance d’une technique de restauration de sites miniers étudiés à l’UQAT | Réseau de l'Université du Québec

Les critères de performance d’une technique de restauration de sites miniers étudiés à l’UQAT

Image de l'article

Eric Rosa, président du jury, Nicolas Rey, doctorat en sciences de l'environnement, Mamert Mbonimpa, cordirecteur de recherche, Isabelle Demers, directrice de recherche.

2019-11-05

Les critères de performance d’une technique de restauration de sites miniers étudiés à l’UQAT

Le 4 novembre dernier, le doctorant en sciences de l’environnement, Nicolas Rey, a présenté les résultats de son étude visant à identifier les critères de performance d’une technique prometteuse de restauration des parcs à résidus potentiellement générateurs de drainage minier acide.

En effet, lors de la soutenance de sa thèse, Nicolas Rey a démontré que le critère de la hauteur de la nappe phréatique jouait un rôle prépondérant dans la performance de la technique du recouvrement monocouche avec nappe phréatique surélevée. Cette technique vise à installer un recouvrement constitué de rejets miniers désulfurés par-dessus des résidus miniers contenant des minéraux sulfurés potentiellement générateurs d’acide minier lorsque ceux-ci sont mis en contact avec de l’eau et de l’oxygène. En contrôlant le niveau de la nappe phréatique surélevée, il est ainsi possible d’assurer le maintien du système dans des conditions de saturation en eau suffisantes pour limiter la diffusion de l’oxygène et ainsi empêcher la formation du drainage acide minier.

Alors que les résultats de cette étude, réalisée au site Doyon-Westwood et en laboratoire, ont su démontrer le rôle prépondérant de la hauteur de la nappe phréatique surélevée dans la performance en termes de flux d’oxygène, les résultats ont également permis de comparer le rôle joué par la grosseur des grains (granulométrie) du recouvrement. En effet, selon les résultats du doctorant, une couverture à granulométrie fine favorise la rétention d’eau dans le recouvrement, ce qui participe à réguler le flux, tandis qu’une granulométrie grossière permet de contrôler l’évaporation.

Intitulée « Étude expérimentale et conceptuelle de la technique du recouvrement monocouche avec nappe phréatique surélevée incluant l’utilisation de résidus désulfurés », la thèse de Nicolas Rey fut réalisée sous la direction d’Isabelle Demers, professeure à l’IRME, ainsi que sous la codirection des professeurs Bruno Bussière et Mamert Mbonimpa à l’IRME.

Source :
Service des communications
UQAT, 4 novembre 2019

Toutes les actualités de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue >>>