Les membres du laboratoire international BeBEST se rencontrent à l’ISMER | Réseau de l'Université du Québec

Les membres du laboratoire international BeBEST se rencontrent à l’ISMER

Image de l'article

Le laboratoire international associé BeBEST a été créé en 2016. (Photo : Jean-Luc Théberge)

2019-05-02

Les membres du laboratoire international BeBEST se rencontrent à l’ISMER

Des chercheuses et des chercheurs membres du laboratoire international associé BeBEST se sont récemment réunis à l’ISMER dans le cadre de leur réunion annuelle. Une occasion de faire le point sur les dernières recherches sur l’étude des écosystèmes marins côtiers.

C’est en 2016 que le laboratoire « sans mur » BeBEST a été créé par l’UQAR, l’UQAR-ISMER, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), l'Université de Bretagne occidentale (UBO), l'Institut de recherche pour le développement (IRD) et l'Institut français de recherche pour d’exploitation de la mer (IFREMER). Une trentaine de chercheuses et de chercheurs québécois et français spécialisés dans l’étude des communautés benthiques font partie du laboratoire.

« La réunion annuelle tenue à l’ISMER les 18 et 19 mars a permis aux chercheuses et aux chercheurs de présenter leurs réalisations dans le cadre du programme de recherche BeBEST. Le comité qui pilote le laboratoire a également fait un tour d’horizon quant à l’avancement des travaux de recherche et des grandes orientations de ceux-ci », indique la directrice de l’UQAR-ISMER, Ariane Plourde.

En plus de visiter les installations de la station aquicole de l’ISMER, les participantes et les participants ont organisé une rencontre avec des artistes pour développer un projet mariant les arts et la science à l’instar de celui réalisé par des chercheuses et des chercheurs français.

Le laboratoire BeBEST s’intéresse, entre autres, à la vulnérabilité de certains écosystèmes marins et aux pressions exercées à la fois par les activités humaines et environnementales. Les océanographes étudient la réponse des organismes vivant dans les fonds marins à l’égard de ces pressions et développent de nouvelles méthodes de mesures biologiques pour observer leur évolution.

Une douzaine de chercheuses et de chercheurs ont participé à la rencontre annuelle, dont Gesche Winkler (ISMER), Gwénaëlle Chailloux (ISMER), le directeur scientifique du Québec Réjean Tremblay (ISMER), Christian Nozais (UQAR), Fanny Noisette (ISMER), Virginie Roy (Pêches et Océans Canada/ Institut Maurice-Lamontagne), Luc Comeau (Pêches et Océans Canada/ Institut Maurice-Lamontagne), Sylvain Lamare (CNRS), Luis Tito de Morais (UBO/CNRS/IRD/Ifremer), le directeur scientifique de la France Laurent Chauvaud (UBO), Jean-Marc Guarini (UPMC/UMR et Frédéric Olivier (Station Marine de Concarneau). 

Source :
Jean-François Bouchard
UQAR, 2 mai 2019

Toutes les actualités de l'UQAR >>>