L’UQAR va créer une station de recherche montagnarde dans le parc national de la Gaspésie | Réseau de l'Université du Québec

L’UQAR va créer une station de recherche montagnarde dans le parc national de la Gaspésie

2019-10-17

L’UQAR va créer une station de recherche montagnarde dans le parc national de la Gaspésie

Les contributions de la FCI et du gouvernement du Québec représentent 80 % du financement de ce projet de 300 000 $. « La création de cette station va améliorer les conditions de recherche pour étudier la réponse et la résilience de la faune, de la flore, des environnements fluviaux montagnards et des habitats alpins dans un contexte de changements climatiques. Cette station favorisera en outre la collaboration entre les chercheuses et les chercheurs en sciences naturelles du Québec et d’ailleurs dans le monde », indique le recteur de l’UQAR, Jean-Pierre Ouellet.

La ministre déléguée au Développement économique régional et ministre responsable des régions de Chaudière-Appalaches, du Bas-Saint-Laurent et de Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, MmeMarie-Eve Proulx, se réjouit de l’initiative de l’UQAR. « Le gouvernement du Québec est fier de soutenir la création de cette station de recherche, qui favorisera le développement du savoir en ce qui a trait aux effets des changements climatiques. Il est primordial de s’y attaquer dès maintenant. Je suis convaincue que les travaux envisagés permettront de mettre de l’avant des pistes de solution pour mieux préserver notre environnement et assurer un contexte de croissance économique durable dans la région », soutient-elle. 

L’UQAR et la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) ont signé une entente à long terme pour l’utilisation d’un local à des fins de recherche. « L’ouverture de cette station de recherche s’inscrit dans notre mission. Il est important d’avoir une meilleure compréhension des enjeux liés à la biodiversité pour assurer une conservation optimale du patrimoine naturel du parc national de la Gaspésie. La nouvelle station de recherche de l’UQAR va faciliter l’accueil de chercheuses et de chercheurs de partout dans le monde et va contribuer à identifier des pistes de solution pour préserver ce joyau naturel », observe le président-directeur général de la Sépaq, Jacques Caron.

La station de recherche sera aménagée au sous-sol du centre de découverte et de services du parc national de la Gaspésie. L’espace hébergera entre autres les équipements de laboratoire, les ordinateurs et un système de vidéoconférence. Plusieurs équipements scientifiques – dont des stations météorologiques – seront par ailleurs installés en montagne. La station sera accessible à compter du printemps 2020.

Spécialiste en écologie animale, le professeur Martin-Hugues St-Laurent est le responsable de ce projet qui vise à mieux comprendre l’impact des changements globaux sur la structure, la composition et le fonctionnement de l’écosystème boréal montagnard et alpin. Une attention particulière sera notamment accordée au caribou de la Gaspésie, une espèce en voie d’extinction. « La station offrira aux chercheuses et aux chercheurs l’environnement idéal pour préparer leurs sorties sur le terrain et des équipements pour effectuer des mesures selon leurs recherches », précise le professeur St-Laurent.

Les professeurs Thomas Buffin-Bélanger, Francis Gauthier et Luc Sirois sont également coresponsables du projet auquel se greffent plusieurs collaborateurs de différentes universités québécoises et canadiennes. « Le parc national de la Gaspésie est l’un des rares sites offrant un gradient altitudinal présentant des biogéosystèmes que l’on retrouve entre la forêt mixte du sud du Québec et la toundra du nord. Il s’agit d’un site exceptionnel pour mieux comprendre comment les changements globaux influencent les espèces présentes dans une approche multidisciplinaire », observe le professeur St-Laurent. 

Plusieurs thèmes de recherche seront mis de l’avant dans les prochaines années par les chercheuses et les chercheurs qui se rendront à la station de recherche montagnarde et alpine de l’UQAR. Parmi ceux-ci, mentionnons la variabilité hydrométéorologique, l’évolution à long terme des paysages montagnards et alpins, le suivi des bassins versants, l’impact des changements climatiques sur les écosystèmes montagnard et alpin sur la végétation ainsi que les effets des changements environnementaux sur les relations prédateurs – proies en milieux montagnard et alpin.  

Rappelons que l’aide financière accordée par la Fondation canadienne pour l’innovation et le gouvernement du Québec provient respectivement du Fonds des leaders John-R.-Evans et du cofinancement du gouvernement du Québec aux programmes de la FCI.

Source :
Service des communications
UQAR, 17 octobre 2019

Toutes les actualités de l'Université du Québec à Rimouski >>>