Pandémie et enfants autistes : dévoilement des premiers résultats | Réseau de l'Université du Québec

Pandémie et enfants autistes : dévoilement des premiers résultats

2020-11-12

Pandémie et enfants autistes : dévoilement des premiers résultats

La professeure Claudine Jacques, du Département de psychoéducation et de psychologie, fait partie d’une équipe de chercheures qui, au cours des derniers mois, s’est penchée sur l’impact de la pandémie et du confinement sur les enfants autistes et leurs parents.

Après plusieurs mois de travaux, les premiers résultats de l’étude viennent d’être dévoilés et ceux-ci indiquent entre autres que deux profils de parent se dessinent. Pour certains parents, la situation n’a pas été problématique. Pour d’autres, la situation a causé beaucoup de détresse.

L’étude a été menée par la professeure Jacques, en collaboration avec plusieurs expertes, notamment la professeure Isabelle Soulières, de l’UQAM, Geneviève Saulnier, chercheure au Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) de l’Outaouais, Ghitza Thermidor et Katia Elkouby, toutes deux psychoéducatrices.

« Nous nous sommes intéressées aux besoins des enfants autistes (2-18 ans) et de leur famille durant cette période de crise, en vue de formuler des recommandations pour orienter les services de soutien. Ce qui était essentiel pour nous était de sonder directement les parents d’enfants autistes et les enfants autistes eux-mêmes pour avoir un portrait juste de la situation » explique Claudine Jacques.

Les résultats préliminaires de l’étude sont disponibles sur le magazine Web Sur le spectre, la revue numérique du Groupe de recherche en neurosciences de l’autisme de Montréal.

La pandémie de la COVID-19 a un impact important dans le monde et a changé la vie de plusieurs familles.  Comme le reste de la population, les enfants autistes et leur famille ont vécu une période difficile de confinement et de distanciation physique. Toutefois, il n’existe pas encore de données qui informent sur le vécu des enfants autistes1et de leur famille dans une telle situation, ni les ressources qui sont aidantes pour favoriser leur bien-être, peut-on lire.

Parmi les parents interrogés dans le cadre de l’étude, certains ont dit avoir été laissés à eux-mêmes, avec personne pour les aider durant la période de confinement. La routine qui est pourtant tellement importante était changeante, voire même absente, ce qui a également eu un impact sur les enfants autistes et en conséquence sur leurs familles. 

Comment mieux soutenir les parents et leur famille? Une première piste de solution émise par les parents est de s’assurer que l’information et les directives transmises par les autorités soient justes et cohérentes. Ces informations sont importantes, car selon les parents, 51% des enfants obtiennent de l’information sur la COVID-19 par les médias.

Autre suggestion pour les services sociaux et de santé : maintenir les services spécialisés et faciliter l’accès à des spécialistes en autisme.  Également, offrir du répit et des compensations financières aux parents.

Les parents recommandent également que les milieux de travail sensibilisent les employeurs afin de permettre une meilleure compréhension et flexibilité quant à la gestion du travail pour les parents d’enfants autistes. Et enfin, un constat important, l’étude suggère également d’offrir aux enfants davantage d’occasions de socialiser afin de briser l’isolement.

Prochaine étape, professeure Jacques et son équipe poursuivent l’analyse des informations exhaustives transmises par les parents et les enfants autistes, afin de raffiner leur compréhension de leur expérience et de leurs besoins en période de pandémie et en vue d’émettre d’autres recommandations pour mieux les soutenir.

Cette étude n’aurait pas été possible sans la participation précieuse de parents d’enfants autistes et de jeunes autistes à l’enquête.

Consultez le site Sur le spectre

Source :
Service des communications
UQO, 9 novembre 2020

Toutes les actualités de l'Université du Québec en Outaouais >>>