Subvention de 2,5 M$ à 29 chercheurs, dont Diane-Gabrielle Tremblay | Réseau de l'Université du Québec

Subvention de 2,5 M$ à 29 chercheurs, dont Diane-Gabrielle Tremblay

2020-05-28

Subvention de 2,5 M$ à 29 chercheurs, dont Diane-Gabrielle Tremblay

Une subvention de partenariat au montant de 2,5 M$ du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) a été octroyée à une équipe de 29 chercheurs de partout dans le monde, dont la professeure Diane-Gabrielle Tremblay, de l’École des sciences de l’administration de l’Université TÉLUQ, pour étudier les politiques qui touchent les familles canadiennes.

Dirigée par Andrea Doucet, professeure de sociologie et d’études des femmes et du genre à l’Université Brock, l’équipe de recherche analysera les trois types de politiques emploi, congés parentaux et services de garde afin de développer des connaissances de pointe sur ces thèmes et ainsi améliorer les politiques mises en place au Canada, dans les provinces et à l’international.

Plus spécifiquement, le projet vise à déterminer les meilleures politiques pour les femmes et les familles, du point de vue notamment de l’inclusion et des liens avec le marché du travail. Il a aussi pour but de développer des méthodes qualitatives innovatrices permettant d’évaluer les effets des politiques sur les femmes et les familles. Les chercheurs réaliseront aussi des comparaisons internationales, notamment avec la France et les pays nordiques européens. Pour sa part, la professeure Tremblay se penchera sur le Québec en comparaison des autres pays.

« Il s’agit de la première grande initiative permettant de réaliser une analyse intégrée des politiques familiales, de leurs interactions ainsi que de leurs effets, et nous sommes très heureux que Diane-Gabrielle Tremblay représente le Québec dans ce grand projet », a indiqué Lucie Laflamme, directrice générale de l’Université TÉLUQ.

De son côté, Diane-Gabrielle Tremblay explique que « cette subvention de partenariat du CRSH, qui regroupe 34 partenaires (associations, ministères, organisations sans but lucratif, entreprises, syndicats, etc.) dans les diverses régions du Canada et même d’ailleurs dans le monde, se veut une occasion unique de travailler avec les meilleurs chercheurs du domaine ».

Source :
Service des communications et des affaires publiques
TÉLUQ, 28 mai 2020

Toutes les actualités de la Télé-université >>>