Succès pour le premier colloque scientifique de l’I2E3 et d’Innofibre | Réseau de l'Université du Québec

Succès pour le premier colloque scientifique de l’I2E3 et d’Innofibre

Image de l'article

De gauche à droite : Simon Barnabé, professeur au Département de chimie, biochimie et physique (UQTR) et directeur adjoint de l’I2E3, Nathalie Bourdeau, chercheuse Innofibre (Cégep de Trois-Rivières), Jean Lamarche, maire de Trois-Rivières, Mario De Tilly, directeur d’Innovation et Développement économique Trois-Rivières, et Patrice Mangin, professeur au Département de génie chimique (UQTR) et directeur de l’I2E3.

2020-02-11

Succès pour le premier colloque scientifique de l’I2E3 et d’Innofibre

Les 29 et 30 janvier dernier a eu lieu le tout premier colloque scientifique de l’I2E3 et d’Innofibre, un événement couronné de succès auquel plus de 120 personnes ont participé. Innovation et Développement économique Trois-Rivières était un fier partenaire de l’événement, qui s’est tenu à l’hôtel Gouverneur de Trois-Rivières.

L’objectif du colloque était de mettre de l’avant la synergie des deux équipes en présentant des projets communs de recherche innovants, régionaux et structurants réalisés en partenariat avec le milieu.

Le 4@8 du 29 janvier incluait une rafale de présentations en 180 secondes et une visite des installations de l’I2E3 et d’Innofibre. Le soir même, une délégation de la Mauricie participait à l’Université de Sherbrooke au lancement du Centre d’excellence sur les technologies propres (CETP), figure emblématique du Corridor vert. La journée du 30 janvier a débuté par un mot de bienvenue inspirant du maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, et du directeur d’Innovation et Développement économique Trois-Rivières, Mario De Tilly. Diverses présentations sur l’I2E3 et Innofibre et les projets qui y sont réalisés ont suivi.

La journée s’est poursuivie avec une présentation du président de Bioénergie La Tuque (BELT), Patrice Bergeron, sur l’état d’un projet de bioraffinerie forestière dans la région du Haut-Saint-Maurice. La synergie collège-université a aussi été abordée avec les témoignages de deux étudiantes de l’UQTR travaillant maintenant dans des Centres collégiaux de transfert de technologie.

Le directeur de l’Association québécoise des producteurs d’énergies renouvelables (AQPER), Jean-François Samray, était présent pour animer une table ronde sur l’urgence et les opportunités climatiques. Le panel était composé de Patrice Mangin, directeur de l’I2E3/UQTR et de Bioénergie La Tuque, de Geneviève Dubois, mairesse de Nicolet, et d’Yves Tourre, éminent climatologue de l’Université de Colombia et cofondateur de Climate City. M. Mangin a évoqué la nécessité de transformer l’urgence climatique en opportunité pour provoquer plus rapidement des changements. Mme Dubois a démontré que l’urgence climatique peut servir de levier pour mobiliser les citoyens pour le développement durable et la transition écologique. Elle a aussi expliqué que les petites municipalités sont sérieusement affectées par les changements climatiques et qu’elles sont capables, grâce à leurs citoyens, de participer à la lutte malgré leurs ressources limitées. Quant à M. Tourre, il a vulgarisé au public la perception des climatologues sur l’urgence climatique et le besoin imminent de recueillir des données sur les sites urbains pour mieux maîtriser l’influence humaine. Il a également expliqué le projet de « Cité des trois climats » à Trois-Rivières.

Le colloque s’est conclu par la tenue d’un concours d’affiches scientifiques avec plusieurs étudiants de l’I2E3 vulgarisant leur projet de recherche au grand public. Deux d’entre eux se sont particulièrement démarqués. Il s’agit de Marguerite Cinq-Mars et de Kevin Lajoie, deux étudiants à maîtrise en sciences de l’environnement, qui se sont vu décerner le prix du jury et le prix coup de cœur, respectivement.

Les organisateurs du colloque remercient à nouveau les partenaires de l’événement, dont le Conseil de recherches en sciences naturelles et génie du Canada (CRSNG), Innovation et Développement économique Trois-Rivières, Sani-Marc, Biopterre, le Centre de recherche sur les matériaux renouvelables (CRMR), l’Institut de recherche sur l’hydrogène (IRH) et le Corridor vert. Merci également aux partenaires de diffusion dont le CRIBIQ, Prima Québec, l’AFVSM, le CIRROD et Environnement Mauricie.

Source :
Service des communications
UQTR, 7 février 
2020

Toutes les actualités de l'Université du Québec à Trois-Rivières >>>