Une étudiante en travail social à Paris pour présenter son mémoire de maîtrise | Réseau de l'Université du Québec

Une étudiante en travail social à Paris pour présenter son mémoire de maîtrise

2019-10-22

Une étudiante en travail social à Paris pour présenter son mémoire de maîtrise

Karine Tremblay, étudiante à la maîtrise en travail social sous la direction de la professeure Geneviève Pagé, a été invitée à présenter son mémoire dans le cadre d’un colloque qui s’est tenu à Paris le 10 octobre 2019.

Madame Tremblay était invitée au 10e colloque annuel de la Mission de l'Adoption Internationale (MAI), qui est l’autorité centrale en matière d’adoption internationale au sein du gouvernement français.

Intitulée Quand le lien parental s’installe dans la souffrance : l’expérience des parents adoptifs d’un enfant présentant un trauma complexe, sa présentation visait à diffuser les résultats qualitatifs de son mémoire de maîtrise, réalisé auprès de 12 parents (10 familles) ayant adopté un enfant dans le cadre du programme Banque-mixte.

 « C’est avec grande fierté que j’ai pu présenter les résultats de ma recherche auprès d’intervenants en adoption de toute la France. Je me suis sentie privilégiée de pouvoir parler au nom des participantes de mon étude sur un sujet que les français considèrent tabou, soit le trauma vécu par les parents adoptant un enfant traumatisé. J’ai réussi à leur faire vivre, pendant quelques minutes, la force d’être un grand village, ensemble, et vulnérables, pour être capables d’une plus grande empathie face à ces parents. »

Karine Tremblay a été invitée à participer lorsqu’elle a rencontré des représentant(e)s de la Mission de l’Adoption internationale qui étaient présents à l’International Conference on Adoption Research 6, en juillet 2018. Cette conférence était alors présidée par Geneviève Pagé.

S’étant intéressée initialement à l’expérience du trauma secondaire chez des parents adoptifs qui prennent soin d’un enfant lui-même victime d’un trauma complexe, Karine Tremblay s’est aperçu que ce concept ne rendait pas justice à l’expérience de souffrance vécue par ces parents, qui tentent de développer un lien parental avec un enfant dont les traumatismes engendrent des difficultés d’attachement et peuvent même mener à la violence.

Ainsi, elle a développé un nouveau concept : le trauma de filiation. Le mémoire de madame Tremblay sera déposé à la fin de l’année 2019 et fera l’objet d'une publication scientifique après son dépôt. De plus, l’intégralité de sa conférence sera publiée dans les actes du colloque MAI en janvier prochain.

Source :
Service des communications
UQO, 22 octobre 2019

Toutes les actualités de l'Université du Québec en Outaouais >>>