Les chercheurs des établissements de l’Université du Québec au 87e Congrès de l’Acfas : mercredi 29 mai 2019 | Réseau de l'Université du Québec

Les chercheurs des établissements de l’Université du Québec au 87e Congrès de l’Acfas : mercredi 29 mai 2019

2019-05-28

Les chercheurs des établissements de l’Université du Québec au 87e Congrès de l’Acfas : mercredi 29 mai 2019

Québec, le 28 mai 2019 – Les dix établissements du réseau de l’Université du Québec présenteront de nombreuses contributions scientifiques lors de la 87e édition du Congrès de l’Association francophone pour le savoir (Acfas). Ils seront des centaines de professeurs et de chercheurs du réseau à livrer plusieurs exposés, tant lors de colloques que de communications libres.
 
Tout au cours de ce congrès, l’Université du Québec mettra quotidiennement de l’avant une communication scientifique sélectionnée pour chacun des dix établissements du réseau.
 
Parmi les sujets du mercredi 29 mai :
 
Université du Québec à Montréal (UQAM)
 
Colloque 15 — Entre agilité et entropie : des transformations utopiques
Magda Fusaro (rectrice, UQAM)
Dans le cadre d’une table ronde des administrateurs de la recherche et de l’enseignement animée par Claude Corbo, la rectrice de l’UQAM commente la pression croissante exercée sur les universités, qui requiert une très grande capacité d’adaptation des administrations. La recherche et l’enseignement peuvent-ils, raisonnablement, fonder leur légitimité et leur pertinence en matière de rentabilité, de rendement pratique et de formation de la main-d’œuvre ? Par ailleurs, comment intégrer les revendications des groupes de pression dans le débat rationnel et ouvert qu’incarne l’enceinte universitaire ?
Heure : 16 h 15
Lieu : Université du Québec en Outaouais, Pavillon Alexandre-Taché, local C0420
Relations de presse : Jenny Desrochers, 514-987-3000, poste 7730
 
 
Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR)
 
Colloque 401 – La technologie mobile en soutien aux parents présentant une déficience intellectuelle
Annie-Claude Villeneuve (UQTR), Dany Lussier-Desrochers (UQTR) et Marjorie Aunos (Parenting Special Interest Group, International Association for the Scientific Study of Intellectual and Developmental Disabilities)
Certaines personnes présentant une déficience intellectuelle (DI) peuvent avoir besoin de soutien dans l’exercice de leur parentalité. Il est bien connu qu’en offrant des interventions adaptées aux caractéristiques des parents, ces derniers peuvent assumer leur rôle adéquatement. Un projet pilote vise à explorer l’expérience d’utilisation de l’intervention technoclinique (IT) en soutien aux pratiques parentales de cinq parents présentant une DI. Ce projet permettra de mieux comprendre le processus vécu par les participants ainsi que d’ajuster les recherches subséquentes dans ce domaine de recherche en émergence.
Heure : 13 h
Lieu : Université du Québec en Outaouais, Pavillon Lucien-Brault, local A0302
Personne-ressource : Annie-Claude Villeneuve
Relations de presse : Jean-François Hinse, 819-244-4119
 
 
Université du Québec à Chicoutimi (UQAC)
 
Colloque 401 — Sécurité des usagers du milieu naturel : évaluation scientifique de l’efficacité des abris de fortune en situation de survie en forêt boréale
Manu Tranquard (UQAC)
Au Québec, les activités de plein air se caractérisent par une vulnérabilité des individus face aux conditions du milieu (Montalvo, 1998), notamment météorologiques. En zone boréale particulièrement, le froid étant le premier danger, il peut alors être vital dans certains cas critiques dits de survie, de savoir réaliser un abri efficace permettant de contrer le stress métabolique et psychologique lié à l’exposition aux basses températures (Défense nationale, 1992) et aux conditions extérieures de nature à intensifier l’effet du froid (vent, intempéries).
Dans ce contexte, la présente recherche a été conduite afin de valider l’efficacité des principaux abris de fortune utilisés par les professionnels. À l’aide d’une méthodologie et d’outils utilisés sur le plan industriel pour l’inspection des bâtiments, incluant le recours à des caméras thermiques, 6 méthodes d’abris de survie ont été évaluées au regard de leur capacité d’isolation et de concentration thermique. Ces résultats quantitatifs ont pu ensuite être mis en perspective avec les besoins physiologiques humains pour estimer les bénéfices reliés aux différents abris. Enfin, l’analyse du rapport efficacité thermique par opposition aux contraintes de réalisation a permis de souligner les avantages et inconvénients des abris analysés et de préconiser le plus efficace. À terme, cette recherche a permis d’enrichir sur la base d’informations scientifiques différents programmes de formation de survie destinés à accroître l’autonomie des usagers.
Heure : 9 h
Lieu : Université du Québec en Outaouais, Pavillon Alexandre-Taché, local D0420
Relations de presse : Marie-France Audet, 418-545-5011, poste 2274
 
 
Université du Québec à Rimouski (UQAR)
 
Colloque 617 – La valorisation des données massives pour une meilleure prise de décision dans les organisations
Loubna Benabbou (UQAR)
L’utilisation des méthodes de la valorisation des données massives issues de l’intelligence artificielle pour la prise de décision en temps réel représente un défi pour les organisations. Cette communication va en faire illustration avec l’application des méthodes d’apprentissage automatique et d’apprentissage profond pour la prédiction des cours boursiers en temps réel à très court terme.
Heure : 15 h 25
Lieu : Université du Québec en Outaouais, Pavillon Lucien-Brault, local A2355
Personne-ressource : Loubna Benabbou, professeure en méthodes quantitatives, 418-833-8800, poste 3199
Relations de presse : Jean-François Bouchard, Service des communications, 418-723-1986, poste 1426
 
 
Université du Québec en Outaouais (UQO)
 
Colloque 103 — Suicide : nouvelles perspectives scientifiques et importance pour la prévention
Monique Séguin (UQO), Marie-Claude Geoffroy (Université McGill) et Sylvanne Daniels (Institut universitaire en santé mentale Douglas)
Experte de renommée mondiale, la professeure Monique Séguin de l’UQO est l’une des responsables de ce colloque. Au Québec, le taux de mortalité par suicide a diminué depuis le début des années 2000, passant de 1463 décès en 1996 à 1128 en 2015. Pour la période couverte, le taux de mortalité par suicide de l’ensemble des groupes d’âge a connu une légère diminution. C’est le groupe des 18 à 64 ans qui a connu la plus importante diminution. L’objectif de ce colloque sera de faire le lien entre les données scientifiques et l’importance des actions de prévention. Il permettra de discuter des actions à développer en vue d’avoir un impact en prévention du suicide.
Heure : 9 h
Lieu : Université du Québec en Outaouais, Pavillon Alexandre-Taché, local D0445
Relations de presse : Louis Lafortune, 819-595-3900, poste 3956
 
 
Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT)
 
Colloque 401 — Stratégies adaptatives de résilience familiale : État de la question
Carol Castro et Patrice LeBlanc (UQAT)
La résilience familiale englobe un ensemble de caractéristiques basées sur sa capacité à fonctionner de manière optimale et à contenir les problèmes qui peuvent affecter ses membres. Cette présentation répondra à la question suivante : quelles sont les stratégies adaptatives favorisant la résilience sur le plan familial ? À partir d’une recension des écrits scientifiques, quatorze stratégies adaptatives qui favorisent la résilience familiale ont été identifiées. Elles reposent sur des facteurs de protection qui agissent sur le plan de la structure familiale, des rapports familiaux et des ressources économiques et sociales.
Heure : 13 h
Lieu : Université du Québec en Outaouais, Pavillon Lucien-Brault, local A0302
Relations de presse : Nathalie Cossette, 1-877-870-8728, poste 2628
 
 
Institut national de la recherche scientifique (INRS)
 
Colloque 15 — Doit-on revoir l’organisation disciplinaire de l’université ?
Luc-Alain Giraldeau (directeur général, INRS)
Le directeur général de l’INRS Luc-Alain Giraldeau participe au colloque L’université du XXIe siècle : enjeux, défis et prospectives. L’intensification de la recherche scientifique subventionnée, surtout depuis la seconde moitié du XXe siècle, crée des tensions au sein de l’université traditionnelle. Celle-ci, organisée par regroupements disciplinaires, dispense une formation à partir d’un catalogue de connaissances que sa recherche enrichit. Mais, l’avènement des agences subventionnaires permet à ces bailleurs de fonds gouvernementaux de venir infléchir l’objet de la recherche, privilégiant davantage celle qui contribue à l’innovation et le développement économique. La recherche universitaire ne sert plus alors qu’à alimenter les savoirs et cette pression se répercute sur le contenu de ses programmes. Finalement, c’est l’organisation même de l’université, sa gouvernance, son évaluation par les pairs et ses programmes, tous fondés sur l’unité disciplinaire, qui se voit remise en cause. Le défi de l’université du XXIe siècle sera de repenser sa structure afin de résoudre cette tension entre la recherche devenant plus sectorielle et son institution érigée en disciplines étanches.
Heure : 13 h 50
Lieu : Université du Québec en Outaouais, Pavillon Alexandre-Taché, local C0420
Relations de presse : Amélie Daoust-Boisvert, 514-499-6603
 
 
École nationale d’administration publique (ENAP)
 
Colloque 434 – Pour réduire l’itinérance des jeunes sortants de placement
Martin Goyette (ENAP)
Les recherches effectuées au Québec démontrent l’enjeu de la rupture abrupte de services à la fin de la prise en charge en protection de la jeunesse et une difficulté de continuité relationnelle et d’obtention de services des jeunes sortants de placement. Les recherches montrent aussi à quel point ils sont surreprésentés dans les recensements de jeunes de la rue, dans des populations judiciarisées et à l’aide sociale.
Cette communication prend appui sur les résultats de la première vague (16-17 ans) de l’étude longitudinale sur le devenir des jeunes placés (EDJeP), un recensement représentatif qui a rencontré 1136 jeunes dans toutes les régions du Québec. À partir de ces résultats, il est possible de réfléchir aux pratiques sociales qui visent le soutien aux transitions à la vie adulte des jeunes placés au Québec en s’appuyant sur un regard longitudinal de l’évolution de ces pratiques depuis 15 ans.
Heure : 10 h
Lieu : Cégep de l’Outaouais, Campus Gabrielle-Roy, local 2.905
Personne-ressource: Martin Goyette
Relations de presse : annie.mathieu2@enap.ca, 418-641-3000, poste 6350, cell. : 418-255-7374
 
 
Télé-université (TÉLUQ)
 
Colloque 516 – Les administrateurs-trices universitaires entre le mythe d’un âge d’or et celui de Sisyphe
Michel Umbriaco (TÉLUQ)
Dans le cadre d’une recherche de l’Équipe de recherche sur les administrations universitaires (ERAU), nous avons entrepris depuis quelques mois une série d’une centaine d’entrevues avec des administrateur-trices des universités du Québec (recteurs, vice-recteurs, secrétaires généraux, etc.). À la suite de la publication récente de premières données sociodémographiques de cette recherche (Demers et coll., 2019), nous vous présenterons quelques données très préliminaires tirées de verbatim d’entrevues. Ainsi, en 1993, une majorité des personnes en poste, qui n’avaient pas été formées dans les universités dites de masse, nourrissaient une nostalgie liée au mythe d’un âge d’or (soit médiéval ou humboltdien) des universités. En 2019, très peu de personnes se réfèrent à ces archétypes (volontaire amnésie postmoderniste) pour plutôt reconnaître la nécessité de l’accessibilité encore visée de l’université de masse tout en misant sur les promesses de modèles d’universités plus performantes et plus utiles (socialement et individuellement) tout en étant en phase avec les avancées technologiques.
Heure : 9 h 5
Lieu : Université du Québec en Outaouais, Pavillon Alexandre-Taché, local C0426
Relations de presse : Denis Gilbert, 1-800-463-4728, poste 5282
 
 
À propos de l’Université du Québec
Depuis 50 ans, le réseau de l’Université du Québec est engagé dans son mandat d’accessibilité à l’enseignement supérieur, de progrès scientifique du Québec et de développement de ses régions. Les dix établissements du réseau créent, transfèrent et mobilisent les connaissances répondant aux défis actuels posés à nos sociétés.
 
Chaque année, ils accueillent le tiers des étudiants universitaires du Québec. Au total, plus de 100 000 étudiants fréquentent l’un ou l’autre des 1 300 programmes offerts aux trois cycles d’études par l’Université du Québec à Montréal, l’Université du Québec à Trois-Rivières, l’Université du Québec à Chicoutimi, l’Université du Québec à Rimouski, l’Université du Québec en Outaouais, l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, l’Institut national de la recherche scientifique, l’École nationale d’administration publique, l’École de technologie supérieure et la Télé-université. 
 

– 30 –

 
Source :
Valérie Reuillard
Directrice des communications
Université du Québec
Téléphone : 418-657-4432
Cellulaire : 418-573-5785