Lauréats de l'année | Réseau de l'Université du Québec

Lauréats de l'année

Prix d'excellence 2019

Hélène Vézina – Prix d’excellence en recherche et création, volet Réalisation

Professeure au Département des sciences humaines et sociales de l’UQAC, Hélène Vézina a développé une expertise en démographie historique et génétique. Depuis 2010, elle dirige le Projet BALSAC qui est responsable du développement et de l’exploitation du fichier de population. De 2013 à 2018, elle a piloté la construction de l’Infrastructure intégrée des microdonnées historiques de la population québécoise (IMPQ). Ce projet financé par la Fondation canadienne pour l’innovation a été réalisé en partenariat avec l’Université de Montréal et l’UQTR. L’IMPQ est une infrastructure intégrant en un seul ensemble les banques de données du fichier BALSAC et du Programme de recherche en démographie historique (PRDH) construites à partir des registres paroissiaux et de l’état civil du Québec sur plus de 300 ans, en plus des données québécoises des recensements canadiens de 1852 à 1911. Les travaux réalisés permettent de rendre ces données disponibles à la communauté de recherche et à la population en général, en format standardisé et interconnecté. Avec l’IMPQ, les chercheurs ont désormais accès à un vaste ensemble d’informations biographiques pour l’étude des populations historiques sur la base des trajectoires individuelles au sein des familles, des ménages et des communautés dans une perspective multigénérationnelle et multidisciplinaire. La professeure Hélène Vézina a su mobiliser les chercheurs et les partenaires et aller chercher les ressources nécessaires à la réalisation de ce projet qui positionne le Québec parmi les rares endroits au monde où il est possible de réaliser des études de population à l’échelle individuelle sur une aussi longue période et prenant en considération des effectifs d’aussi grande taille.

Hugo Asselin – Prix d’excellence en recherche et création, volet Leadership

Le leadership du professeur titulaire Hugo Asselin dans le domaine de la recherche autochtone combiné à son approche collaborative respectueuse des communautés lui ont permis de fonder l’École d’études autochtones de l’UQAT en 2016. Premier directeur de cette école, il a réussi, en seulement deux ans, à ce qu’elle soit reconnue au Québec, au Canada et à l’étranger pour son rôle moteur dans l’innovation en recherche autochtone. Le professeur Asselin a instauré un climat de recherche marqué par l’affirmation d’une perspective collaborative et multidisciplinaire attentive aux savoirs autochtones et aux intérêts des communautés. Sous sa direction, l’École contribue ainsi au rapprochement entre les peuples et mise sur une approche de recherche dont le principe est de travailler avec et pour les communautés autochtones. Par ailleurs, les recherches menées à l’École apportent des réponses concrètes à des questions soulevées par les communautés et entraînent des répercussions importantes au sein de la société en permettant une contribution unique au vivre ensemble sur le territoire. Le professeur Asselin a également fait de la formation de la relève en recherche une priorité afin de former des étudiants autochtones et non autochtones aux cycles supérieurs et assurer le développement d’une relève diversifiée en recherche.

Bryan Boudreau-Trudel – Prix d’excellence en enseignement, volet Réalisation

Natif de l’Abitibi-Témiscamingue et professeur à l’Unité d’enseignement et de recherche (UER) en sciences de la gestion de l’UQAT depuis 2014 et directeur du module des sciences de la gestion depuis 2016, Bryan Boudreau-Trudel a développé un nouveau baccalauréat en administration. Ce programme d’études unique se compose d’une majeure en gestion des ressources humaines et d’une mineure en santé et sécurité au travail ou en gestion des entreprises. Bien que la majorité des cours soient offerts en présentiel, le programme est également disponible entièrement à distance, une première à l’UQAT au niveau d’un baccalauréat. De nouvelles pratiques d’enseignement ont été développées par le professeur Boudreau-Trudel pour amener les étudiants à travailler en coopération et à développer des liens avec des entreprises, peu importe leur lieu de résidence. Reconnu par l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA), le nouveau programme a démarré avec une première cohorte de 30 étudiants à l’automne 2018 et une autre de 40 à l’hiver 2019, ce qui en fait maintenant le programme de baccalauréat le plus populaire du département.

Patrick Pelletier – Prix d’excellence en enseignement, volet Leadership

Spécialisé dans le domaine de la théorie des organisations, Patrick Pelletier est professeur de management à la TÉLUQ depuis 2009. Il s’intéresse à l’institutionnalisation de la formation à distance, à l’innovation pédagogique dans les sciences de l’administration, à l’expertise pédagogique et curriculaire (transformation des programmes d’enseignement), au changement institutionnel et à la gouvernance en enseignement supérieur. Les défis de l’enseignement à distance l’ont incité à promouvoir diverses innovations pédagogiques dans ses cours (portfolio, journal de bord, cartes de connaissances, questionnaire d’auto-évaluation, cas multimédias, stage, etc.) afin de favoriser le rapprochement entre le professeur et l’étudiant permettant à l’apprenant d’être au cœur de son apprentissage. Au cours des dix dernières années, le professeur Pelletier a, avec différents collaborateurs, réformé le programme de baccalauréat en administration, créé un MOOC (Massive open online course) en plus de concevoir des programmes et des cours centrés sur l’apprentissage. À elle seule, la réforme du programme de baccalauréat en administration a impliqué pour le professeur Pelletier un travail colossal et fait appel à son leadership, son sens de la collaboration et à sa grande connaissance du système pédagogique. Implanté à l’automne 2018, le baccalauréat réformé a permis une augmentation annuelle de 24 % des demandes d’admission dans ce programme. Il a co-dirigé le livre « Construire l’expertise pédagogique et curriculaire en enseignement supérieur », premier ouvrage en accès libre aux Presses de l’Université du Québec.

Yves Bergeron – Prix d’excellence du partenariat

Professeur à l’UQAM depuis 1985 et à l’UQAT depuis 1994, Yves Bergeron est l’instigateur de la Chaire industrielle CRSNG-UQAT-UQAM en aménagement forestier durable (AFD). Créée il y a plus de 20 ans, la Chaire AFD a pour mission d’assurer le développement et la qualité des activités de recherche, la formation et le transfert technologique nécessaires à l’élaboration et à l’application de stratégies et de pratiques d’aménagement forestier durable. Les travaux de la Chaire AFD ont contribué au développement de nouvelles approches sylvicoles et d’aménagement ainsi qu’à la mise en place de normes et d’objectifs de protection et de mise en valeur des forêts. La Chaire AFD a fourni des outils à ses différents partenaires, établissements du réseau, entreprises forestières, agences gouvernementales et regroupements de recherches internationaux, leur permettant de modifier efficacement leurs pratiques. Les modèles développés au sein de la Chaire du professeur Bergeron influencent plusieurs entreprises à l’échelle provinciale, nationale et mondiale et permettent ainsi à l’UQAM et l’UQAT de rayonner. La mise en place du nouveau régime forestier québécois en est un bon exemple avec la mise de l’avant, en 2013, de l’aménagement écosystémique comme moyen déterminant pour atteindre les objectifs d’aménagement forestier durable.

Valérie Langlois – Prix d’excellence de la relève

Véritable pionnière et leader mondial dans le domaine de l’écotoxicogénomique et de l’endocrinologie comparée, Valérie Langlois s’est jointe à l’INRS à titre de professeure agrégée depuis 2017. Son apport scientifique important contribue à l’avancement de la recherche dans ce domaine et, à ce titre, le Gouvernement du Canada lui a récemment octroyé une Chaire de recherche de niveau 2 en écotoxicogénomique et perturbation du système endocrinien. Dans le domaine de l’écotoxicogénomique et de l’endocrinologie comparée, la professeure Langlois a notamment été la première à démontrer une régulation croisée entre les hormones thyroïdiennes et les androgènes chez les amphibiens. Elle travaille actuellement avec le seul modèle amphibien qui possède un knock-out des 5-alpha-réductases, poussant ainsi les connaissances à la limite du savoir dans ces domaines de recherche respectifs. D’autre part, Valérie Langlois étudie activement la caractérisation des impacts physiologiques des produits pétroliers chez les espèces fauniques. Elle s’intéresse aux effets des composés aromatiques polycycliques contenus dans le bitume dilué sur les espèces aquatiques. Elle a ainsi récemment démontré que le bitume dilué était tout aussi toxique pour les organismes aquatiques que le pétrole conventionnel. La professeure Langlois a récemment été choisie par le Gouvernement du Québec pour mettre en place un processus de biosurveillance des rejets municipaux et industriels pour la province.

Robert Lemieux – Prix d’excellence en gestion, volet Carrière

Robert Lemieux entouré de Johanne Jean, présidente de l'Université du Québec et de François Gagnon, directeur général de l'ÉTS.

Robert Lemieux a été embauché à l’ÉTS en 1991 comme technicien en administration, il a ensuite été successivement promu régisseur des résidences et des sports, responsable des services aux étudiants, puis directeur en 2003 — poste qu’il occupe encore aujourd’hui. Au rythme de la croissance de l’ÉTS, il a su composer avec une augmentation considérable de la clientèle entraînant plusieurs développements des services offerts aux étudiants, au personnel et à la communauté, en faisant toujours preuve d’innovation, de créativité et de pragmatisme. Il a ainsi créé le Service des activités physiques et sportives, le programme de bourses au mérite, le service des résidences universitaires, le programme de sport d’excellence et le camp de jour Les futurs génies ÉTS, dédié aux enfants de 6 à 11 ans et qui affiche complet chaque année. On lui doit également l’instauration de services d’aide psychologique, d’appui à la réussite et de services aux étudiants en situation de handicap ainsi qu’un centre de la petite enfance. Plus récemment, il a favorisé l’implantation d’un programme novateur, précurseur et inclusif appelé NeuroFOCUS et qui est spécialement conçu pour les étudiants souffrant d’un déficit de l’attention. Par ailleurs, il assure depuis quelques années la gestion des clubs étudiants technologiques et scientifiques de l’ÉTS. Sous sa responsabilité, les clubs bénéficieront bientôt d’espaces plus adéquats dans un bâtiment qui ouvrira ses portes à l’automne 2019.